Dossier Skinner, vers un dénouement prochain ?

Transigé pour des peanuts  – des (Cliff) Pu-nuts ? – l’été dernier, Jeff Skinner a fait passer Jason Botterill pour un génie. S’il a eu besoin de quelques matchs pour trouver ses repères avec sa nouvelle formation, Skinner a rapidement pris son rythme de croisière, engrangeant sa large part de points par la suite. Bien qu’il ait ralenti en fin de saison, l’ailier a terminé le calendrier avec 40 buts, un sommet en carrière !

De plus, avec 63 points, il a égalé ses deux meilleures campagnes (2010-11, 2016-17). Il faut également mentionner que Skinner a produit 37 buts en 79 matchs il y a deux ans de cela. Enfin, il faut préciser que, malgré la réputation (injustifiée) de fragilité qui lui colle à la peau, l’attaquant de 27 ans est en réalité relativement épargné par les blessures. Par exemple, au cours des 4 dernières campagnes, il a raté un gros total de 3 matchs…

Cela dit, tel que mentionné plus haut, malgré une superbe campagne, Skinner a éprouvé des ennuis durant le dernier quart du calendrier régulier, inscrivant seulement 6 points lors de ses 19 derniers matchs… Autre bémol, malgré ses 40 buts, on remarquera qu’il peine à franchir la barre des 60 points. En ce sens, le fait de vouloir lui accorder 9 millions de dollars par saison pour une période de 8 ans semble être un brin excessif :

À des fins de comparaison : Du même âge et au même salaire, prendriez-vous Mark Stone (9.5M) ou Jeff Skinner (9M) dans votre équipe ? Autant j’aurais voulu que Marc Bergevin puisse soumettre une offre à l’ailier des Sabres, autant j’aurais été déçu de le voir le signer à ce prix…

Cela dit, à Buffalo, on se retrouve dans une position particulière. On veut gagner. C’est normal; au cours des 12 dernières saisons, l’équipe n’a pas remporté une seule série, participant aux éliminatoires à seulement 2 occasions. Tandis que la ligne bleue commence à avoir solidement de la gueule, avec Dahlin, Ristolainen, McCabe et Beaulieu Montour, on manque toutefois de munitions à l’avant (et devant le filet… mais ça, c’est une autre histoire).

En ce sens, tandis que l’impatience grandit autour de l’équipe, il semble évident qu’on ne peut en aucun cas se permettre de perdre Skinner. Pas sans rien obtenir en retour… Avec Reinhart et Eichel, il a été l’un des trois seuls joueurs de l’équipe à marquer plus de 20 buts ! Considérant que cette formation a inscrit un maigre total de 199 buts en 2017-18, avant de procéder à son acquisition, il est bien normal qu’on désire conserver les services de ce franc-tireur.

Et puis, ce n’est pas comme si Botterill pouvait recevoir quelques choix en compensation, une fois le 1er juillet venu. #Marner. Conséquemment, si le tout se concrétise, je pense qu’on sera en mesure de bien saisir les motivations derrière ce (très) gros contrat. Par ailleurs, d’autres intervenants parlent plutôt de 8.5, même 8M, par saison. Ça serait déjà plus raisonnable. À mon avis, pour le bien des Sabres, il faudrait cependant parvenir à descendre jusqu’à un salaire d’environ 7.5M par saison. Quitte à laisser quelques années sur la table…

D’une façon ou d’une autre, au lieu de le perdre pour rien, il vaut mieux s’assurer de conserver ses services. Cela dit, la meilleure option aurait encore été de le transiger à gros prix au cours de la dernière date limite… Mais bon, on est tanné de perdre, on veut participer aux séries, et cette équipe ne manque pas de bons petits prospects. La décision de ne pas le larguer s’explique donc assez bien.

De plus, avec le plafond qui monte sans cesse, il y aura toujours moyen de passer Skinner à une équipe dans le besoin, advenant que l’association entre les deux clans ne fonctionne plus. Dans quelques saisons, le contrat de ce dernier sera beaucoup moins lourd. Et puis, après tout, l’avant se maintient parmi les meilleurs buteurs à 5vs5 de la ligue depuis qu’il y a fait ses débuts après avoir été sélectionné en 1ere ronde, 7e au total, de l’encan 2010 :

Quand on regarde ça de plus près, disons qu’il a les arguments – et un contexte favorable – pour se faire payer…

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


En Prolongation
D’une certaine manière, il y a un parallèle à dresser avec le contrat de Kane :

Le nouveau contrat de Kane… Fou, mais pas si fou ?


Ailleurs dans la LNH
Si vous l’avez manqué, je vous invite à lire l’article de ce matin :

Gunnarsson et les Blues écrivent l’histoire !


Crédit image entête, Jeffrey T. Barnes/AP via SportsNet.ca

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: