Nemeth, Gardiner, Benn, Kulak et Mete

Rapidement poussé vers la sortie par l’arrivée du sensationnel Cale Makar, Patrik Nemeth n’a pas vu beaucoup de temps de glace en séries. Tandis que ses deux plus récentes campagnes pourraient contribuer à en faire un candidat de choix à l’ouverture du prochain marché des joueurs autonomes, on pourrait présumer que Marc Bergevin risque de lui témoigner un certain intérêt. D’autant plus que Nemeth lance de la gauche…


Après tout, si Jake Gardiner, un autre gaucher, est bien plus talentueux il risque de demander beaucoup trop cher. Quelque chose qui risque de refroidir les ardeurs de Bergevin à son endroit. Le DG le répète depuis qu’il est en place à Montréal; le 1er juillet peut rapidement devenir un dangereux piège pour qui n’y prend pas garde. Cela dit, si Gardiner se montre un tant soit peu raisonnable, il est fort probable de voir l’architecte du Tricolore tout faire pour l’attirer dans sa cours. Avec une campagne de 52 points en 2017-18 et une récolte de 30 points en seulement 62 matchs l’année dernière, il est très peu probable qu’on choisisse de ne pas au moins ouvrir le dialogue. Les Leafs ne pourront pas se le payer… Pour le Canadien, disons que l’état financier est quelque peu différent.

Cela dit, Nemeth représente une cible plus raisonnablement accessible. D’ailleurs, plusieurs rumeurs ont déjà fait état de l’intérêt de Bergevin envers ce joueur… Bien entendu, la venue de ce dernier ne réglerait pas le problème du flanc gauche comme celle de Gardiner pourrait le faire, mais le jeune vétéran de 27 ans serait en mesure d’offrir du jeu solide pour pas trop cher. Après tout, Nemeth a terminé la saison 2017-18 à la tête de son équipe au chapitre du différentiel. Avec un cumulatif de +27, l’arrière devançait de beaucoup ses deux plus proches poursuivants; Landeskog (+16) et MacKinnon (+11). Cette saison, bien que ce fut moins impressionnant, son différentiel de +5 lui a tout de même valut la 3e place chez les défenseurs, légèrement derrière Girard et Johnson (+8 chacun). Ce qui est tout de même très bien lorsqu’on considère le fait que l’équipe a terminé le calendrier régulier avec une moyenne de 3 buts alloués par match…

De plus, bien qu’on ait pu voir sa production chuter de 15 à 10 points, il faut tenir compte du fait que son temps de glace a lui-même diminué de près de 20 minutes (19:51) l’année dernière à un peu plus de 16 (16:29) cette saison. Malgré tout, Nemeth a trouvé le moyen de délivrer plus de deux fois plus de coup d’épaules (66 vs 137). À 6’3 et près de 220lb, il a su utiliser son physique à bon escient. Au cours des deux dernières campagnes, le défenseur a également bloqué un joli total de 316 lancers. Avec seulement 250 matchs d’expérience dans la LNH, il y a encore place à l’amélioration.

Advenant qu’on attire Nemeth à Montréal, et en présumant qu’on ramène Jordie Benn, on aurait droit à une saine compétition entre deux arrières qui voudront occuper le même poste. Rappelons que Benn vient tout juste de connaître la meilleure campagne de sa carrière avec une superbe récolte de 5 buts, 22 points et un différentiel de +15. Avec, en plus, Kulak sur ce flanc, la profondeur commencerait à y être pas pire. Et puis, si Kulak flanche, Nemeth pourrait être une très belle option pour venir combler les lacunes défensives de Jeff Petry. De plus, Benn et Nemeth pourraient dépanner sur le côté droit, advenant que Juulsen et/ou Folin soient blessés.

Si on parvenait de surcroît à convaincre Gardiner de poursuivre sa carrière à Montréal, avec Mete, Kulak, Benn, et peut-être Nemeth, Claude Julien pourrait avoir des choix déchirants à faire à l’issue du prochain camp. De tels ajouts pourraient même permettre à Victor Mete d’aller poursuivre son perfectionnement à Laval. Qu’on se comprenne, je suis parfaitement conscient qu’il a offert du jeu solide à la gauche de Weber. Cela dit, il est encore jeune, et on a bien vu les bénéfices de son court séjour sous l’égide de Joel Bouchard. Imaginons un peu le joueur qu’il pourrait devenir s’il bénéficiait encore un peu des enseignements du pilote des Rockets…



Personnellement, c’est le genre de problème que je préfère. Après tout, lorsque Kulak a poussé Reilly vers la sortie, c’est parce qu’on s’améliorait. Idem, lorsque ce même Reilly est venu prendre la place de Joe Morrow. Même chose pour l’attaque. Lorsqu’on peut se permettre de perdre des joueurs comme DLR, Scherbak et Agostino pour rien, c’est parce que les choses vont mieux que prévu. En plus de tout ça, on sait tous que Romanov risque fort bien de s’amener dans un an ou deux. Sans oublier la récente signature de Leskinen, qui aussi bien se révéler être une bonne carte cachée qu’un flop.

Otto Leskinen, les bons mots de Joni Ikonen

Et qui sait si le Canadien ne pourrait pas mettre la main sur un bon jeune arrière avec le 15e choix au total qu’il détient pour le prochain encan ? En plus des potentielles deux signatures abordées plus haut, il y a évidemment toujours l’option du marché des transactions… D’une façon ou d’une autre, le flanc gauche peut espérer voir des jours meilleurs dans un avenir rapproché.


Ailleurs dans la LNH
C’est indéniable, les Rangers mettront la main sur un véritable bijou :

À moins, bien entendu, que ce soit les Devils qui mettent la main dessus, advenant qu’ils causent une surprise en préférant Kakko à Hugues… D’une façon ou d’une autre, la région New-yorkaise se retrouvera améliorée par l’arrivée de deux joueurs d’exceptions.

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


Crédit image entête, NHL.com


Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: