Mes surprises et mes déceptions des séries 2018

Tandis que les gagnants de Coupe se remettent encore des péripéties des deux dernières soirées, je pensais vous livrer mes impressions sur 4 équipes décevantes/qui n’ont pas répondu aux attentes, et 3 autres équipes qui m’ont surpris durant le tournoi printanier.

Les déceptions :

Ducks d’Anaheim
Cette équipe de la Californie en était à une sixième présence de suite en séries. Ils n’avaient, par contre, jusqu’alors jamais été muselés comme ce fut le cas cette année par les Sharks qui les ont limité à un maigre total de 4 buts !

Décevante performance des gros noms des Canards qui ont vu leur trois gros cannons combinés (Rackell, Perry et Getzlaf) récolter seulement 1 but et 2 passes !

Les Californiens devront réfléchir à leur avenir. Ils présentent souvent une belle fiche durant la saison régulière, mais les séries laisse plus souvent qu’autrement les fans sur leur appétit et ce, malgré deux apparitions en 3e ronde au cours de leurs six dernières apparitions lors des joutes éliminatoires…

Les Maple Leafs de Toronto
Cette jeune équipe, qui a démontré de bien belles choses durant la dernière saison, est passée très près de se rendre en 2e ronde cette année. L’espace d’un moment, ils ont même pris les devants lors du 7e et ultime match de la série les opposant aux Bruins, mais le manque d’expérience était une lacune visible chez les représentants de la ville Reine. Personnellement, je pense que Mike Babcock aurait pu mieux préparer ses joueurs en vue de ce match.
Les Leafs ne sont pas très loin de pouvoir aspirer être en mesure d’effectuer un plus long trajet en séries. Ils sont peut-être à un bon défenseur de pouvoir mettre la main sur le grand trophée, selon moi !

Les Predators de Nashville
Les Preds étaient vu parmi les favoris pour être finalistes dans l’Ouest, dès le début de la saison. Après tout, ils comptaient sur l’un des meilleurs trio de défenseurs de la ligue et pouvaient se fier sur une jeune attaque qui a fait le travail tout du long de la dernière saison.

Que s’est-il passé avec les joueurs de la capitale du Country ?

Les récipiendaires du Trophée des Présidents démontraient déjà, versus l’Avalanche, un manque de souffle encore plus notable une fois parvenu au tour suivant, dans une ronde qui les opposaient aux Jets. Certes, il se sont rendus jusqu’au 7e match, mais la contre-performance de Pekka Rinne fut alors le coup de grâce pour les Preds… Et qui sait, il s’agissait peut-être même de son dernier match avec les jaunes de l’Ouest?
Pour ma part, je pense qu’il est temps de laisser la place à Juuse Saros. Depuis deux ans, le petit gardien démontre qu’il sait jouer gros et avec une défensive comme celle des Prédateurs, il devrait être en mesure de tirer son épingle du jeu.

Les Penguins de Pittsburgh
Les champions des deux dernières années ont débuté les séries face à leurs éternels rivaux: les Flyers de Philadelphie. Ce fut une belle série, comme on les aime : du jeu physique et beaucoup de buts ( 42 au total, dont 28 pour les Pens !). Pittsburgh semblait alors partis pour la gloire, mais ce fut une tout autre histoire lorsqu’ils ont frappé un mur appelé la bande à Ovi ! Selon moi les Manchots ont tout simplement pris cette série à la légère… Après tout, ils avaient battu Washington lors de leurs trois plus récentes conquêtes de la Coupe (2009-2016-2017)
et n’avait pas perdu une série face aux Caps depuis 1994!
Bien sûr, les Pens vont demeurer compétitif la saison prochaine, mais je pense que Matt Murray aura besoin d’un gardien 1B pour le seconder. Aussi, un gros défenseur défensif et mobile ferait le plus grand bien à un Kris Letang qui en est à une commotion cérébrale près de devoir sérieusement envisager la retraite…

Les surprises :

Les Jets de Winnipeg
Une équipe bien nantie, supportée par une mer de fans qui vivent pour leur club. Les Jets étaient déjà reconnus comme étant l’une des meilleures jeune équipe de la ligue, mais l’éclosion du gardien Connor Hellebuyck ( que j’avais placé loin dans mes prédictions : lien ) leur a permis de passer au niveau suivant et de terminer au plus fort de la course au Trophée des Présidents!

Ils furent donc invité en Avril à leur deuxième apparition en séries depuis que les Jets sont de retour à Winnipeg. Dès le début, le rouleau compresseur du Manitoba – deuxième puissance offensive du circuit Bettman – a démontré qu’ils n’étaient pas en séries par imposture. 5 matchs et deux blanchissages plus tard, ils disposaient déjà du Wild et se préparaient à affronter les finalistes déchus de la saison précédente.

La série contre les Prédateurs fut, selon moi, la plus intéressante du tournoi printanier 2018. Physique, vitesse, implication… elle était pour moi une sorte de finale avant la Finale. Winnipeg profita alors de ses jeunes talents, et des largesses de Rinne, pour aller en Finale de l’Association de l’Ouest et y affronter les surprenants Golden Knights!

Selon moi, le manque de dévouement et de confiance en leurs moyens ont coulé les Jets. Ils étaient plus gros, et pensaient probablement être en mesure d’intimider les Knights en jouant le style de jeu robuste qu’ils préconisaient depuis Octobre… Malheureusement pour eux, leurs adversaires avaient un autre plan en tête et les ont éliminé en 5 petits matchs!

Tout de même, il s’agissait d’une superbe saison des Jets, qui ont gagné à se faire connaitre. Il resteront assurément une puissance dans le circuit durant quelques années encore!

Les Golden Knights de Vegas
Les représentants de Sin City ont, tout comme les Jets, surpris tous les fans de hockey durant la saison… et que dire de leur tournoi printanier ?

Ils se sont glissés jusqu’en Finale en seulement 15 matchs, tout en trouvant le moyen de dominer leurs adversaires pourtant clairement favoris avant chacune de ces confrontations. Durant ces 15 parties, ils n’ont alloué que 15 buts, tout en parvenant à encaisser 4 blanchissages. Une vitesse imparable et des « highlights » à chacune de leurs rencontres, font partie de la recette de ce conte de fée qu’est devenu leur parcours éliminatoire. Une équipe de « rejetés » des 30 autres clubs du circuit qui, contre toute attente, se rend à 3 victoires du trophée de Lord Stanley…

À quand le film Hollywood??

Les Knights devront se ressaisir de leur dernière saison et trouver le moyen de la mettre de côté. Sauront-ils être aussi performants? J’en doute, mais cette équipe pourra miser sur plusieurs bons choix pour les repêchages à venir ( merci à la dernière formule d’expansion avantageuse de la LNH ) et devrait sans doute être en mesure de former un club redoutable dans un avenir rapproché, avec Gerard Gallant ( le gagnant du prochain Jack Adams, selon moi, dans deux semaines…) pour les diriger.

Les Capitals de Washington 

À tout seigneur tout honneur, les Capitals remportent enfin une Coupe Stanley, après 43 ans dans la LNH!
Étant l’une des puissances de la ligue depuis plusieurs saison, ils étaient régulièrement dominants en saison, avant de devenir les dominés, une fois Avril venu…

Ils ont, dans les dix dernières années, gagné 3 fois le Trophée des Présidents, fini avec 7 saisons de plus de 100 pts, ainsi qu’à 9 reprises parmi les 5 meilleures équipes offensives, sans jamais parvenir à franchir le second tour éliminatoire ! Une terrible malédiction semblait alors s’acharner sur eux! Pour vous donner une idée, lorsqu’ils ont éliminé les Penguins, c’était seulement la troisième fois qu’ils passaient la deuxième ronde en 29 présences (!)
au tournoi printanier !

On peut comprendre, je pense, tout le soulagement qu’a ressenti Alex Ovechkin lorsqu’il a enfin pu soulever le gros trophée. Un soulagement sans doute partagé par tous ses coéquipiers.

Les Caps ont commencé en baissant le pavillon lors de leurs deux premières joutes contre les Blue Jackets de Colombus, en misant sur Philippe Grubauer devant le filet. Ce fut assez pour Trotz, qui replaça alors Braden Holtby devant le filet des siens. Ce fut une décision qui allait s’avérer payante, à tout le moins ! Le gardien le Lloydminster remportant les 4 matchs suivants pour ainsi éliminer les Jackets.

Dès lors, encore une fois, nous allions avoir droit à une série entre les Caps et les Penguins au deuxième tour des éliminatoires… Et plusieurs s’attendaient à une autre victoire des Pens. Ils avaient quand même remporté chacune des séries entre les deux clubs depuis pratiquement un quart de siècle…

Eh bien non! Cette fois-ci, Ovi et sa bande étaient en mission! Les Caps gagnèrent cette série de façon convaincante en 6 matchs et enfin, la talentueuse équipe se rendait en 3e ronde des séries pour la première fois en 20 ans!

Versus le Lightning, en Finale de l’Association de l’Est, ce duel nous a permis d’admirer la puissance offensive des deux clubs. En fait, les Éclairs menaient la série 3 à 2, avant de se rendre à Washington. Un match sans bavure des Caps donna à ces derniers une chance de jouer le match ultime en Floride, qu’ils ont conclu avec un deuxième blanchissage en autant de matchs, leur permettant de se rendre enfin en grande Finale!

Et quelle Finale, mes amis!

Les Knight sortirent du premier match avec la victoire et les Caps semblaient déconfits, découragés…
Ce qui a alors suivi nous a démontré toute l’étendue du talent des représentants de la capitale Américaine.

Kuznetsov sortait des tours de magie à répétition, comme il le faisait depuis le début des séries, Tom Wilson distribuait de retentissants coups d’épaule, Ovechkin marquait les buts importants, et Holtby fermait la porte au bon moment ( son arrêt du bâton dans les derniers instants du 2e match est déjà passé dans les annales de l’histoire de la Ligue nationale! ) sans oublier l’aide offensive opportune des joueurs de profondeur ( entre autres, Eller et Smith-Pelly) pour mener les Caps aux grands honneurs!!

Sans aucun doute, le dernier printemps en est un dont je vais me souvenir longtemps!
…Et vous, quelles sont vos surprises et déceptions?


Crédit image entête, CBCsports.com

Alexandre Mallette
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: