1

Les Jets et le cap…

Forcément, lorsqu’on regroupe autant de joueurs de talent que les Jets, on entame une inexorable course contre la montre avec le plafond salarial afin de conserver tous ces joueurs le plus longtemps possible. Malheureusement, la montre vient de remporter une première manche. Si on a su gagner un peu de temps en expédiant Mason et Armia à Montréal l’été dernier, le moment est venu de prendre des décisions difficiles. Au moment d’écrire ces lignes, il n’y avait pas beaucoup de joueurs sous contrat :

Blake Wheeler, 8.25M
Mark Scheifele, 6.125M
Nicolaj Ehlers, 6M
Bryan Little, 5.291M
Mathieu Perreault, 4.125M
Adam Lowry, 2.917M
Jack Roslovic, 894K
Dustin Byfuglien, 7.6M
Dimitry Kulikov, 4.33M
Josh Morrissey, 3.15M
Sami Niku, 775K
(Tucker Poolman, 775K)*
Connor Hellebuyck, 6.167M

*Capfriendly tient compte du contrat de ce défenseur de 25 – bientôt 26 – ans dans son calcul de la masse salariale des Jets. Après avoir disputé 24 matchs avec le gros club en 2017-18, il a 25 points en 43 matchs dans la Ligue américaine cette saison. 

Avec un peu moins de 56.5M investis sur 13 joueurs, et donc, plus ou moins 26.5M pour signer les 10 joueurs manquants, on pourrait croire que ce n’est somme toute pas si mal. Sauf que parmi les joueurs à signer, on compte plusieurs gros noms, à commencer par Patrik Laine. Malgré une saison plus difficile, où il s’est écrasé après un début de campagne magistral, nul doute que le gros ailier aura les munitions pour exiger sa part du gâteau. Après tout, si ce n’est pas Winnipeg, plusieurs autres villes feront la file pour sortir le chéquier pour payer un franc-marqueur qui a malgré tout terminé le calendrier régulier avec 30 filets. Sans oublier que Laine a complété la saison précédente avec 44 buts (et 70 points)… Peut-être que Cheveldayoff saura convaincre son franc-tireur d’accepter un contrat pont d’un an ou deux afin de gagner un peu de temps, mais il balaierait alors tout simplement le problème vers l’avant.

Du reste, même si le gros Finlandais devait accepter de souscrire à une telle chose, les Jets ne seraient pas encore sortis de l’auberge. Pas avec Kevin Hayes, Kyle Connor, Brandon Tanev, Jacob Trouba, Tyler Myers et Ben Chiarot qui devront tous passer au processus de renégociation… Vous l’aurez sans doute compris, il sera impossible de retenir tous ces éléments.

Après avoir consenti à céder un choix de 1ere ronde et le jeune Brendan Lemieux afin de mettre la main sur le centre format géant qu’est Hayes, je considérerais comme un échec le fait de ne pas s’assurer de conserver ses services. Surtout après avoir perdu Stastny dans des conditions semblables l’été dernier. Le bon côté, c’est qu’en ne remportant pas la coupe Stanley, les Jets conserveront leur choix de 4e ronde qui était inclus dans ce même deal. Yeah ! Dans le meilleur des mondes, Hayes accepterait une entente qui tournerait autour des 5.175M qu’il empochait cette saison.

Comme si ça ne suffisait pas, Kyle Connor, avec des sommets en carrière de 34 buts et 66 points, tiendra également le gros bout du bâton lors des prochaines négociations. Certes, tout comme Laine, Connor sera RFA, mais dans une ligue qui mise de plus en plus sur les jeunes joueurs, ça ne devrait pas trop les freiner. Et puis, si on abuse des contrats de type pont, on finira par payer beaucoup plus cher…

Si Brandon Tanev ne sera pas en position d’exiger une paie semblable à celle de ses coéquipiers, il devrait tout de même être en mesure d’obtenir une augmentation par rapport aux 1.15M qu’il a empoché cette saison. UFA, il risque de tâter le marché des joueurs autonomes. À moins qu’il soit prêt à accepter un contrat à rabais, après avoir clôturé le calendrier régulier avec une intéressante production de 14 buts et 29 points…

Chez les arrières, Jacob Trouba, également RFA, ne voudra probablement plus faire de cadeau, après trois saisons passées à accommoder les Jets. Profitant de la blessure à Byfuglien, Trouba a explosé et offert une campagne de 50 points à ses entraîneurs. Tandis qu’il vient d’écouler une entente d’un an qui lui a rapporté 5.5M, après avoir écoulé 2 saisons au salaire annuel moyen de 3M, il y a fort à parier que l’arrière est prêt à passer à la banque.

En ce sens, il est assez logique de croire que Myers pourrait écoper. À 28 ans, et avec une jolie campagne de 8 buts et 31 points, le défenseur de 6’8 ne fera probablement pas de cadeau à son équipe. Il est en bonne position pour décrocher le gros lot sur le marché des joueurs autonomes.

Enfin, si on désire conserver les services de Ben Chiarot, 28 ans et UFA, il faudra indéniablement lui accorder une augmentation de salaire. Après tout, le gaucher qui encaissait 1.4M cette saison vient de terminer l’année avec ses meilleurs chiffres en carrière (5 buts et 15 aides en 78 matchs). Encore une fois, il s’agit d’un arrière doté d’un bon gabarit (6’3 et 220lb). Il a distribué une moyenne de 2.19 coups d’épaule par match en 2018-19, pour un total de 171 mises en échec. Si on ne conserve pas ses services, nul doute qu’il trouvera assez rapidement preneur.

Si on devait l’échapper avec tous ces défenseurs, surtout alors que plusieurs rumeurs avancent que le dossier Trouba serait voué à l’échec, on pourrait peut-être se tourner vers Nathan Beaulieu pour regarnir un Top-6 lourdement amoindri. Même s’il a bien fait après s’être joint au club, avec 5 aides, un différentiel de +5, 25 tirs, 12 lancers bloqués et 27 mises en échec en 18 matchs, Beaulieu n’a pas eu l’occasion de faire ses preuves durant les plus récentes séries éliminatoires. Il ne devrait pas pouvoir obtenir beaucoup plus que 2M. L’ancien enfant-terrible des Canadiens et des Sabres gagnait 2.4M par année depuis 2 ans.

Enfin, devant le filet, il va sans dire qu’avec la saison qu’il a connu, Laurent Brossoit doit faire partie des priorités des Jets. Le cerbère de 26 ans s’est révélé être une jolie aubaine à 650K cette saison. À toute fin pratique, on peut penser que son salaire risque de doubler, ce qui serait pleinement mérité. En tout cas, il représente sans aucun doute une meilleure police d’assurance que Eric Comrie…

Si Cheveldayoff doit faire de la place supplémentaire pour mieux respirer, Nicolaj Ehlers et son contrat de 6M par saison jusqu’en 2024-25 est un candidat tout désigné pour une transaction. Dimitry Kulikov, à qui il reste une dernière année à hauteur de 4.33M, risque de susciter moins d’intérêt. Cela dit, dans les bonnes conditions, que ce soit en incluant un élément dans un troc à la Mason, ou en retenant une partie de son salaire, il y aura toujours moyen de trouver un partenaire intéressé à valser. Pour ce qui est de Bryan Little, qui aura 32 ans en novembre prochain, et à qui il reste encore 5 saisons à hauteur de pratiquement 5 millions et demi par année, les choses risquent de se corser quelque peu…

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter

… Veuillez prendre note que nous sommes toujours à la recherche de nouveaux talents pour venir grossir les rangs de notre belle équipe. Si vous avez le désir d’écrire en vous, n’hésitez surtout pas à prendre contact avec nous.


Crédit image entête, NHL.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Après Trouba, Ehlers ? - Hockey Herald - juin 18, 2019

[…] Les Jets et le cap… […]

Reply

Leave a Reply:

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :