1er juillet, est-ce qu’on commence enfin à comprendre ?

C’est bien documenté; le 1er juillet représente généralement un dangereux piège pour les différents DG de la Ligue nationale. Lors de cette journée fatidique – ou les jours suivants -, on voit habituellement une pléthore de mauvais contrats être distribués comme des bonbons. Faramineux, ces lourds pactes sont souvent rapidement regrettés. Malheureusement, les équipes qui les ont octroyés se retrouvent généralement prises avec ceux-ci.

Cette année, une semaine après que le marché ait ouvert, est-ce qu’on a enfin retenu la leçon ?

Bien sûr, des joueurs comme Panarin, Duchene et Bobrovsky ont tous été en mesure de décrocher le gros lot. Par contre, il s’agit de joueurs de premiers plan. Convoités pour l’impact immédiat qu’ils peuvent avoir sur une formation, il est évident que ce genre de joueurs parviendra toujours à obtenir ce qu’ils veulent. Dans l’ensemble, on pourrait même dire que Matt Duchene en a surpris plus d’un un en acceptant une entente qui lui rapportera en  moyenne de 8M pour les 7 prochaines années. On pourrait toujours tenir compte de l’énorme contrat décroché par Jeff Skinner (9M/8ans), mais je préfère m’attarder sur les joueurs qui ont pu profiter de l’effet de surenchère inhérent à l’ouverture du marché des joueurs autonomes…

C’est du côté des joueurs plus marginaux qu’il faut se tourner, pour trouver un semblant de changement. On en parlait, il y a quelques jours, Marcus Johansson, alors sans contrat, demandait apparemment un pacte de 5 ans qui allait lui rapporter 5M par saison ! Il n’y a pas si longtemps, il aurait probablement réussi assez facilement à décrocher une telle entente. En tout cas, ça ne m’aurait pas forcément surpris. Cet été pourtant, il a dû attendre jusqu’à hier (le 6) et revoir ses exigences à la baisse avant de trouver preneur. Finalement, l’attaquant s’est entendu avec les Sabres pour un contrat de 2 ans à hauteur de 4.5M par campagne.

Jusqu’à présent, il y a deux ou trois autres exemples qui tendent à appuyer qu’on se montre peut-être enfin un peu plus prudents :

Jake Gardiner, vraisemblablement à la recherche d’un contrat qui lui rapportera au moins 7M pour les 7 prochaines années, est toujours sans contrat.

Michael Ferland, un gros bonhomme robuste qui vient de coller deux bonnes saisons de 40 points, est toujours sans contrat.

Ryan Dzingel, fort d’une saison de 56 points (26 buts), est toujours sans contrat.

Ce n’est pas tout; dans les faits, chez les joueurs autonomes sans compensation, en plus de Panarin, Duchene et Bobrovsky, seulement trois « gros » noms sont parvenus à décrocher des ententes de 5 ans ou plus… Il s’agit de Tylers Myers (6M/5ans), Matt Zuccarello (6M/5ans) et Brandon Tanev (3.5M/6ans). Bon, il y a bien eu Anders Lee (7M/7ans), mais comme il a fini par revenir avec les Isles, ce n’est pas tout à fait pareil. Le vieux Lamoriello ne pouvait pas vraiment se permettre d’échapper un 2e capitaine en autant d’années sur le marché des joueurs autonomes. 

Même Ben Chiarot, qui s’est récemment joint au Canadien, a dû sacrifier une année par rapport à ce que les Jets lui offraient pour le conserver à Winnipeg (3.5M/3ans). Pour sa part, Gustav Nyquist, un joueur que je n’aurais pas détesté voir débarquer à Montréal, a accepté une entente de 4 ans (5.5M par année) pour se joindre aux Blue Jackets.

Certes, les salaires sont encore conséquents, mais c’est normal. Avec la montée du plafond salarial, les salaires monteront encore et encore. Par contre, on semble avoir réalisé qu’il valait peut-être mieux verser un plus gros salaire annuel, mais moins étalonné sur une plus courte période. Ceci afin éviter de se retrouver menotté sur plusieurs années. En effet, si on regarde la liste complète des signatures, disponible (ICI), on constate que la majorité des contrats délivrés depuis le 1er juillet sont de courtes durées (4 ans et moins).

Ça aura pris beaucoup de Ladd (7 ans),  Lucic (7 ans), Eriksson (6 ans), Backes (5 ans), Alzner (5 ans), et une flopée d’autres, mais on commence peut-être enfin à comprendre. Peut-être… Bon, j’aurais pu parler de Kevin Hayes (7.143M/7ans). Mais les Flyers ont sorti le chéquier pour justement le convaincre de renoncer au marché des joueurs autonomes. Comme avec Skinner, j’ai préféré me tourner vers les joueurs qui ont véritablement testé leur autonomie. Libre à vous d’en tenir compte…

Bien sûr, une fois passée les plus gros noms, ce n’est pas la plus grosse cuvée de l’histoire . N’empêche qu’à une époque pas si lointaine, plusieurs des noms restants sur le marché auraient déjà trouvé preneurs : (ICI). Alors, oui, peut-être qu’on commence enfin à comprendre. Il y a encore place à l’amélioration… Attendons voir les prochaines années !


Crédit image entête, Getty Images via NBCSports.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: