5

Mythe ou réalité, les joueurs produisent mieux ailleurs ?

« Pacioretty comptera 45 à 50 buts, avec les Golden Knights. Galchenyuk en marquera de 35 à 40, l’an prochain ! »

Pourquoi?

Simple ! Parce que, selon plusieurs, les joueurs qui quittent Montréal peuvent enfin s’épanouir, n’étant plus étouffés par la pression des fans et le mauvais système de jeu du Canadien. Après tout, les z’amateurs de Montréal sont les meilleurs connaisseurs de la ligue, non ? Ah oui ?? Êtes-vous bien certains de ça? Et si on regardait ce qui s’est passé avec ceux qui ont quitté Montréal, afin de déterminer s’il s’agit d’un mythe ou de la réalité ?


Ici, je ne parlerai que des joueurs échangés depuis l’ère Bergevin, et le but n’est actuellement pas de savoir si le retour obtenu fut bon ou non. Le but, c’est de vérifier à quel point les joueurs, une fois parti de Montréal, ont pu – ENFIN – s’épanouir sous d’autres cieux. Parce que, à Montréal, on les étouffe. Du moins, selon certains connaisseurs. (Et là, afin d’alléger le présent texte, je vous fais grâce de ceux dont cela ne vaut même pas la peine d’analyser ce qu’ils ont fait ailleurs). C’est-à-dire, rien ou presque rien.

J’inclus dans ce dernier groupe : Zach Redmond, Peter Holland, Andreas Martinsen, Philip Samuelsson, Jonathan Racine, Tim Bozon, Tomas Fleischmann, Stefan Fournier, Christian Thomas, Jack Nevins, Louis Leblanc, Sebastien Collberg, Steve Quailer, Philippe Lefebvre, Danny Kristo, Cédrick Desjardins et Brendon Nash.



Allons-y maintenant, sans plus tarder, avec le fond de ma pensée… Du plus récent au moins récent, voici les joueurs qui ont, paraît-il, mieux performer ailleurs :

Joe Morrow
Durant son court passage dans l’uniforme du Tricolore, l’arrière a récolté 11 points en 38 parties. Il bénéficiait alors d’une moyenne de 17:47min de temps de jeu. À Winnipeg, c’est 5 points en 18 parties, qu’il a obtenu. Il passait environ 14 minutes par match sur la glace. En série, 1 point en 6 parties, tout en jouant 16:37m . Depuis, il a signé un contrat 1 an, 1 million, avec sa nouvelle équipe. Rien de bien spécial, vous en conviendrez.

Tomas Plekanec
À Montréal, au cours de la dernière année, il jouait 15 à 16 minutes par partie, produisant alors environ 25 à 30 points au cours des deux dernières saisons. À Toronto, pour le dernier droit du calendrier régulier, le Tchèque a récolté seulement 2 points en 19 parties. En séries, le centre a ajouté 4 points en 7 joutes, passant alors à peu près 14 minutes par match sur la glace. Comme vous le savez tous, il est revenu à Montréal, le 1er juillet !

Jakub Jerabek
Dans la métropole, l’arrière a cumulé 4 points en 25 parties, tout en bénéficiant d’un temps moyen de 17 minutes de jeu. À Washington, Jerabek a ajouté autres 4 points mais en seulement 11 parties, avec un temps de glace moyen de 14 minutes. En séries, on a fait appel à ses services pour seulement 2 parties, avec une moyenne de 12 minutes de jeu. Après avoir soulevé la Coupe, les Capitals ont choisi de ne pas le garder. Il a signé pour 1 an, 1 million, avec Edmonton…

Al Montoya
Avant de se faire tasser par Niemi (et Lindgren), Montoya aura eu le temps de conserver un pourcentage de ,905 et une moyenne de 2,85, pour 10 victoires contre 7 revers. Avec Edmonton, son pourcentage est demeuré le même (,906),  tandis que sa moyenne de buts alloués augmentait légèrement (2,94). Dans l’uniforme des Huiles, sa fiche fut de 2 gains, 2 défaites. Il reste 1 année à son contrat, signé avec les Canadien.

Torrey Mitchell
Chez lui, le natif de Greenfield Park (Longueuil), a trouvé le moyen de cumuler 37 points en 174 parties, en profitant d’un de temps de jeu d’environ 12 minutes par match. Avec les Kings, Mitchell a ajouté 11 points en 49 parties, avec une moyenne de 11 :53m de temps de jeu. Après une demi-saison a Los Angeles, il est rendu en Suisse! Sa moyenne de production de points par match est demeurée identique (0.21 à 0.22)…

Nathan Beaulieu
Avec la formation qui l’a repêché, l’enfant terrible a obtenu 60 points en 225 parties, avec un sommet de 28 points en 2016-17. Beaulieu y a maintenu une moyenne de production de 0.27 PpM, alors qu’il profitait d’à peu près 17 minutes de temps de jeu. À Buffalo, ses 9 points en 59 parties représentent d’une importante baisse de sa production (0.15 PpM), tout en passant environ 16 minutes sur la glace. Il reste 1 an au contrat, signé l’an passé, après la transaction qui l’envoyait aux Sabres.

Mikhail Sergachev
N’a pas joué à Montréal (bon, 4 matchs. Au cours desquels il n’est pas parvenu à s’inscrire à la feuille de pointage). Mais on le savait déjà bon. (9ème choix au total, il a fallu le céder pour aller chercher le Québécois qui, l’année d’avant, a eu le plus de points dans la LNH, à égalité avec Patrice Bergeron… mais ça, on l’oublie souvent !). À Tampa Bay, Micha a très bien fait, en récoltant 40 points en 79 parties, avec une moyenne de 15 minutes par match. En séries, le Russe a ajouté 5 points en 17 joutes, tandis qu’il évoluait derrière Hedman et McDonagh.

Sven Andrighetto
À ses 2 dernières années à Montréal, il a totalisé 25 points en 71 parties (0,35 points par match). Au Colorado, après un bon début, il est redevenu le Sven qu’on connaissait bien… Mais, il a tout de même cumulé 38 points en 69 matchs. Oui, il s’agit d’une augmentation (0.55 PpM). Mais là-bas son temps de glace est passé de 11 minutes à Montréal à plus de 15 minutes au Colorado. Oui, un peu mieux. Un peu! En tout cas, au début… car, tel que mentionné plus haut, plus le temps passait, plus le Suisse devenait silencieux ! En séries, Andrighetto s’est contenté d’un seul point (1 but) en 6 joutes.

David Desharnais
Le cœur gros comme le Centre Bell !! À Montréal, DD a maintenu une production moyenne de 0.57, avec un temps moyen de plus de 16 minutes. Après avoir été échangé à Edmonton, il a obtenu 4 points en 18 parties. Ces derniers ont choisi de ne pas retenir ses services. Desharnais s’est ensuite joint aux Rangers, le temps d’une saison, pour un total de 28 points en 71 matchs; soit 0,39 PpM. Les Rangers ne l’ont pas prolongé. Le petit centre est rendu « dans les Europes« . Peut-être que le bon vieux Hartley saura soutirer le meilleur de lui… Actuellement, avec l’Avangard, dans la KHL, Desharnais cumule 2 passes en 6 matchs. 

Greg Pateryn
Ah, lui ! Oui, il semble avoir trouvé son rôle l’année dernière, après avoir connu des moments plus difficiles à son arrivée à Dallas. Il est passé de 15 minutes par partie (et environ 40 parties par année) à plus de 19 minutes à Dallas, tandis qu’il a eu la chance de jouer 73 matchs l’an passé. Cela dit, ça n’a pas empêché Jim Nill de choisir de ne pas lui présenter d’offre. Devenu joueur autonome, le défenseur s’est joint au Wild. À suivre !

PK Subban
Pour ceux qui l’ont oublié, il s’agit de l’ancien numéro 76 à Montréal. Le frère de Malcolm et Jordan!! Avec le Tricolore, il jouait 24 minutes, tout en maintenant une moyenne de 0,64 PpM. À Nashville, il joue… 24 minutes en moyenne pour 0,66 PpM ! Pas mal la même affaire ! En séries, avec le Canadien, il a cumulé 38 en 45 (0,84/match) vs 21 en 35 (0,6/match) avec les Preds …

Lars Eller
Ok, c’est un peu plus complexe… À Montréal, le Danois a cumulé 154 points en 435 parties du calendrier régulier, soit 0,35 PpM, avec 14:40min de temps de jeu moyen). Avec les puissants Caps, Eller totalise, jusqu’à maintenant, 63 points en 162 parties, soit 0,38/partie, et un temps de glace similaire (14:36m) Pas mal la même affaire ! Bon… En séries, il vient de connaître un excellent parcours ! 18 points en 24 parties (0,75 PpM), dont 7 buts (0,29). Mais – OH! – en 2013-2014, le gros centre avait, avec le CH, produit 13 points en 17 joutes (0,76 point/partie !!) dont 5 buts (0,29 par partie). Encore une fois, du pareil au même !

Devante (Decevante) Smith-Pelly
À Montréal, DSP a amassé 15 points en 66 partie, soit 0,22 PpM. Échangé aux Devils, Smith-Pelly a ajouté 22 points en 71 parties (0.30 PpM). Légère amélioration, bien qu’il ait – tout comme Andrighetto, beaucoup ralenti après un bon départ. Il affirme qu’il jouait blessé… Bref, Ray Shero a procédé au rachat de la dernière année de contrat du gros ailier. Celui-ci a ensuite rejoint Lars Eller à Washington. Avec les Caps,  il a totalisé 16 points en 75 matchs, ce qui revient à une moyenne de 0,21 PpM. Du pareil au même en saison, pour lui aussi. En séries (oui, tout comme pratiquement chaque membre de la bande à Ovi, a connu de belles séries), il a levé son jeu d’un cran… Cependant, sa production demeure tout de même assez semblable à celle qu’il a offert à Montréal. Avec le Tricolore, il a inscrit 3 points en 12 joutes (0,25), tandis que ses 8 points en 24 matchs éliminatoires avec Washington donnent une moyenne de 0,33 par partie. Tout de même, il faut reconnaître qu’il a su faire un Paul DiPietro de lui-même, en comptant des buts importants. La réponse à tout ça ? Il a signé un contrat d’un an à 1 million. Disons que le DG des Capitals doit savoir sa « vraie » valeur !

Dale Weise
Durant son passage à Montréal, le Gretzky Néerlandais a cumulé un impressionnant total de 59 points en 152 parties, 0,39/match Échangé à Chicago, il a produit 1 point (!!) en 15 parties (0,07/match). Ensuite, gourmand au niveau salarial, il s’est joint aux Flyers. À Philadelphie, Dale Wizz a récolté 23 points en 110 matchs pour 0,21 PpM, depuis.

Jarred Tinordi
Avec le Canadien, on parle d’un gros 6 points en 46 matchs (0,13/match). Expédié en Arizona, le défenseur format géant n’a obtenu aucun point en 7 matchs. Il est disparu, depuis… Après une bonne campagne avec les Scranton Penguins, dans la Ligue américaine (21 points, +19, en 61 matchs), Tinordi a paraphé un contrat d’un an, à deux volets, avec les Preds, à l’ouverture du dernier marché des joueurs autonomes. 

Dustin Tokarski
Torkaski, en provenance de Tampa, aura eu le temps de défendre la cage du Tricolore à 26 reprises, maintenant une moyenne de buts alloués de 2,71 et pourcentage d’arrêts de ,910. Transigé à Anaheim, il a joué un seul match – en fait, 10 minutes d’un match – en 2016-2017. Fini. Zip. Il est actuellement sous contrat pour un an avec les Rangers. 

Brandon Prust
À Montréal, le pugiliste a tout de même trouvé le moyen de produire 45 points en 172 parties, soit 0,26 PpM ! Troqué à Vancouver, il y a joué 1 an, cumulant 7 points en 35 matchs (0,2). Ne joue plus depuis 2016.

Jiri Sekac
Ah, lui ! ENFIN, il va s’épanouir ailleurs. ENFIN, on va le laisser jouer ! B’en oui !! Durant son court passage à Montréal, Sekac a récolté 16 points en 50 matchs (0,32/partie). Une fois rendu à Anaheim, il en a totalisé 10 en 41 matchs… bon pour une moyenne amoindrie de 0.24 PpM ! Avec Chicago, ensuite, 1 gros point en 6 rencontres (0,16/partie !!). Enfin, en Arizona… 2 points en 11 parties (0,18). Ne joue plus dans la NHL depuis 2016!

René Bourque A.K.A La fierté de Lac La Biche!
Avec le Bleu-blanc-rouge, ce joueur obtenu en retour de Mike Cammalleri a cumulé 39 points en 141 parties (0,28/match). À Anaheim, il a produit au même rythme, en récoltant 8 en 30 partie (0,27 PpM). Ensuite, avec les Blue Jackets, il a ajouté 12 points en 57 matchs (0,21). Enfin, au Colorado, Bourque a fourni 18 points en 65 parties (0,28 PpM). On le cherche depuis 2017 !!

Travis Moen
En 328 parties avec les Canadiens, Moen a obtenu 69 points (0,21 PpM). Envoyé à Dallas en retour de Gonchar, il a dû se contenter de 11 points en 57 parties (0,19/partie). Eh oui, encore une fois, il s’agit d’un rythme de production qui est demeuré très semblable. Un autre qui ne joue plus depuis 2016…

Peter Budaj
En tant que substitut de Carey Price, Bout d’ail a fait 54 apparitions devant le filet du Tricolore, conservant une  moyenne de buts alloués de 2.47 et un pourcentage d’arrêts de .910. Fait intéressant, le cerbère a disputé le même nombre de matchs avec les Kings. Cette fois-ci, avec des chiffres légèrement supérieurs (2.15 et .916), tout en devant remplir le rôle de gardien partant, alors que Jonathan Quick était à l’infirmerie. Ensuite, depuis qu’il s’aligne avec Tampa bay, Budaj est apparu sur la glace à 15 reprises. Avec les Bolts, il affiche un rendement nettement inférieur : 3.38 et .884.

Josh Gorges
Un des favoris de la foule, Gorges a endossé l’uniforme du Tricolore durant 464 parties, au cours desquelles il a obtenu 88 points (0,19/partie) et 20:29min de temps de jeu.  Durant son passage à Buffalo, « Georges » a ajouté 223 parties et 26 points (0,12/partie) à son palmares, tout en profitant d’une moyenne 19:25min de temps de jeu. Âgé de 34 ans, il est actuellement sans contrat. À moins d’une surprise, on ne devrait pas le revoir dans la LNH. Peut-être via un PTO (essai professionnel), si une équipe se retrouve affligée par les blessures… 

Daniel Brière
Lorsqu’il s’est enfin amené à Montréal, les choses ne se sont pas passées comme escompté pour cet attaquant de chez nous : 25 points en 69 parties (0,36 PpM). Envoyé au Colorado en retour des services de PA Parenteau, ce fut encore pire, avec une maigre récolte de 12 points en 57 matchs (0,21 /partie). Il a cessé de jouer en 2015.

Raphael Diaz
L’arrière Suisse a quand même fait des belles choses avec le Tricolore, alors qu’il est parvenu à cumuler 41 points en 128 parties (0,32/partie). À Vancouver, l’échantillon est mince : 2 points en 6 parties (0,33/partie), de même qu’avec les Rangers : 2 points en 11 parties (0,18/partie). De retour au Canada, à Calgary, il a obtenu une meilleure chance de se faire valoir. Malheureusement, il n’a pas su la saisir, comme l’indique sa faible récolte de 4 points en 56 parties (0,07/partie). Il est de retour en Suisse, où il se débrouille très bien, depuis 2 ans.

Erik Cole
Bien que de courte durée, Cole a profité de son passage avec le Canadien pour obtenir sa meilleure campagne en carrière (35 buts, 61 points) en 2011-12. L’année suivante, après avoir ajouté 6 points en 19 matchs, portant alors son total à 67 points en 101 parties (0,66 PpM), il a pris la route de Dallas. Avec les Stars, il a connu moins de succès, en totalisant 69 points en 160 parties (0,43). Il ne joue plus depuis 2015.

Voilà….

Constat ? 42 joueurs échangés plus tard, AUCUN des joueurs transigés n’a vu sa production augmenter de façon significative!! Tout au plus, on peut dire que seulement 2 d’entre eux ont connu une légère amélioration. C’est-à-dire Andrighetto (avec un excellent début au Colorado) et Pateryn (qui a su saisir l’occasion qui lui était offerte la saison dernière pour s’établir avec sa nouvelle équipe).

Je pourrais rajouter aussi Barberio, parmi les joueurs qui ont obtenu plus de succès ailleurs. Cependant, ce dernier a quitté par la voie du ballotage… Il est passé de 15 minutes à plus de 18 minutes. Oui, il aurait peut-être fait mieux que certains de nos défenseurs l’an passé. Quand bien même, on parle encore une fois d’un joueur marginal, limité à un rôle de second plan. Alors, les joueurs qui quittent s’épanouissent et explosent ailleurs ??

NON, pas du tout !

Pendant ce temps, ici à Montréal; Dale Weise, Paul Byron, Mike Weaver, Nicolas Deslauriers, Phillip Danault et Antti Niemi ont tous connu un certain regain de vie. Pas de coup de circuit, certes…. mais une certaine utilité, quand même. Surtout pour Danault, mais il était quand même assez jeune au moment de l’échange. Avec seulement 32 matchs dans la Ligue nationale, on pouvait encore le considérer comme un espoir.

Ah oui, j’allais oublier, et Pacioretty et Galcheynyuk dans tout ça… ?

Simple, pour Pacioretty, il a fait, lors des 3 années, avant sa dernière campagne de misère, 102 buts et 198 points en 243 parties. Projeté sur une saison de 82 parties, on parle d’une production moyenne de 34 buts et 67 points… Et, je vous le dis, ça va ressembler à ça pour 2018-2109… Mark my words!!

Galchenyuk ? À ses 4 dernières années, on parle d’un total de 197 points en 305 parties, dont 86 buts. Sur un calendrier complet, c’est l’équivalant d’une production de 23 buts et 53 points. Ça, ça va aussi demeurer très semblabe. Ah oui, j’oubliais… Le tout, avec l’un des pires différentiels de son club !

– Martin Raymond


Ailleurs dans la LNH Toujours à Montréal
Conscient de la pénurie d’ailiers. Le Canadien a annoncé avoir octroyé un essai professionnel au vétéran Joel Ward.

Si on voulait ajouter du caractère, c’était la bonne chose à faire. Malgré une dernière campagne plus difficile, Ward est reconnu comme étant un joueur qui se présente pour gagner… 

Ailleurs dans la LNH
C’est officiel, les Wings perdent un autre gros morceau de leur histoire, alors que le vétéran Henrik Zetterberg, affligé par des douleurs au dos, a annoncé qu’il ne serait pas de retour !

À Dylan Larkin de saisir l’occasion pour montrer ce qu’il sait faire !!




Crédit image entête, RDS.ca


Invité Spécial
 

Click Here to Leave a Comment Below 5 comments
Stéphan - septembre 18, 2018

Très bonne article et bien détaillés super encore un mythe de résolu .

Reply
Avant-match, Habs vs Leafs (Pré-saison, 26/09/18) – Hockey Herald - septembre 26, 2018

[…] Mythe ou réalité, les joueurs produisent mieux ailleurs ? […]

Reply
Shea Weber nommé capitaine, le bon choix – Hockey Herald - octobre 1, 2018

[…] Weise est sûrement un autre de ces nombreux exemples d’anciens Canadiens qui produisent mieux ailleurs… […]

Reply
Ces anciens Canadiens (05/10/18) – Hockey Herald - octobre 5, 2018

[…] « le mercenaire » Radulov. Mieux entouré qu’il ne l’était à Montréal, Radu est l’un des rares anciens Canadiens a mieux performer sous d’autres cieux, tel que l’indique sa jolie récolte de 72 points (27 buts) avec les Stars l’année […]

Reply
El Shaw ! – Hockey Herald - novembre 12, 2018

[…] Mythe ou réalité, les joueurs produisent mieux ailleurs ? […]

Reply

Leave a Reply: