LHJMQ | Les Huskies à 2 buts de réécrire l’histoire

Le 8 mars dernier, les Huskies de Rouyn-Noranda avaient la chance de dépasser la marque de 25 victoires consécutives établie par les Éperviers de Sorel lors de la saison 1973-1974. Malheureusement, les Rouyn-Norandiens devront se contenter de partager le record avec Sorel puisque la puissante meute n’a pas été en mesure de vaincre Maxime Comtois et ses coéquipiers lors de ce qui aurait pu être le 26e gain de suite pour la formation abitibienne.

«On se fout pas mal de leur séquence, on veut jouer de la bonne façon. On a eu des matchs un peu plus difficiles contre eux et c’est une dernière chance avant les séries d’avoir un bon 60 minutes et de montrer quel genre d’équipe on est vraiment. C’est là-dessus qu’on se concentre.» – Paroles de Maxime Comtois lors d’une entrevue la veille du match



Les Voltigeurs l’ont saisi leur chance. Ils ont montré aux amateurs de hockey junior qui ils étaient de la meilleure manière : en battant une, sinon la meilleure puissance de la Ligue canadienne de hockey (LCH).

Avec un record qui aurait pu être brisé, tous les yeux étaient tournés vers le centre Marcel Dionne où avait lieu le fameux match Huskies – Voltigeurs. Malgré un Samuel Harvey en pleine forme, qui a arrêté 32 des 34 lancers dirigés vers lui, la troupe de Mario Pouliot n’a jamais été en mesure de concrétiser leurs chances afin de prendre les devants dans le match. Les 3 punitions mineures décernées aux joueurs des Huskies en première périodes les auront empêché de se créer du momentum, et donc par le fait même, peut-être remporter cette joute.



Comme il fallait s’y attendre, certains partisans n’ont pas ménagé leurs mots envers Marc Muylaert et Nicolas Leduc, les officiels de la rencontre. Rien de très surprenant, ni de nouveau, nous sommes au hockey après tout. Les mêmes insultes reviennent, encore et encore. Les fans des Huskies en avaient long à dire par rapport à la pénalité décernée à Rafaël Harvey-Pinard pour avoir donné de la bande à Pierre-Olivier Joseph. On accusait P.O Joseph d’avoir joué la comédie, lui qui est resté étendu suite à la mise en échec, mais qui a tout de même été en mesure de poursuivre le match.

Puis, avec tout ce qu’englobait cette joute, la prédiction était encore plus facile à faire. Même si c’est toujours la faute des arbitres, on ne se le cachera pas, la meute ne s’est juste pas présentée pendant le premier engagement. Dominés 21 – 9 (!) au chapitre des tirs au but et 1 – 0 au tableau principal, il y a fort à parier que le personnel d’entraîneurs s’est assuré de bien réveiller ses joueurs lors du premier entracte.

Lorsque les hockeyeurs sont revenus sur la patinoire pour la deuxième période, nous avons eu droit à du bon hockey. Malgré tous les efforts de la troupe Rouyn-Norandienne, Maxime Comtois est parvenu à tromper la vigilance du gardien Samuel Harvey pour donner une avance de 2 buts à son équipe, et ce, pendant la fameuse punition à Harvey-Pinard. Rien pour calmer les partisans. Le second engagement s’est soldé avec une égalité pour les tirs cadrés même si les Voltigeurs ont contrôlé le jeu, mais c’était tout de même maintenant 2 à 0 pour les Volts.

La 3e période aura appartenu à la formation Abitibienne qui a dirigé un total de 16 lancers contre 4 lors du dernier 20 minutes de jeu. Avec 5:16min d’écoulées au dernier tiers, Tyler Hinam a enfilé son 19e filet de la campagne. Malheureusement, le temps aura finalement eu raison du club de Rouyn-Noranda qui n’a eu d’autres choix que de s’avouer vaincu par la marque de 2-1, à seulement 2 petits buts du monopole du record. On peut dire que la ville entière de Drummondville était fière de cette victoire !

Voyez les faits saillants du match en cliquant ici

Eh oui ! Les Huskies de Rouyn-Noranda ne sont passés qu’à deux petits buts de réécrire l’histoire. Ils auront néanmoins leur place dans le livre des records. Après tout, il s’agit d’un exploit remarquable qu’on n’avait pas vu depuis plus de 40 ans. Mine de rien, il s’agissait de leur première défaite en 2019, leur dernier revers avant cela remonte au 31 décembre, face aux Foreurs de Val d’Or, lors de la classique guerre de la 117, très connue en Abitibi.



Maintenant que ce remarquable pan de l’histoire appartient déjà au passé, la troupe de Mario Pouliot devra rester concentrée et regarder en avant puisque les séries éliminatoires arrivent à grand pas. Avec ses 2 grosses acquisitions faites au cours de la saison – je pense à Noah Dobson et Joël Teasdale -, la meute représente toujours les prétendants #1 à la coupe cette année. Par contre, au hockey tout peut arriver, alors ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Reste tout de même que les Huskies finiront au sommet du classement général de la LHJMQ et risquent de continuer à faire des ravages lors des prochaines semaines.

À quel point ? Ça, c’est à suivre…


Crédit image entête, Louvik Archambeault via Huskies.qc.ca

Félix Gosselin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: