Charlie Coyle tarde à se mettre en marche

Le 20 février dernier, lorsque les Bruins ont mis la main sur Charlie Coyle, plusieurs partisans du Canadien ont été déçus de constater que leur équipe favorite n’avait pas remporté ce derby.



Je ne faisais pas vraiment partie de ceux-là. D’abord, parce que je vois mal où on l’aurait inséré… certainement pas au centre de 3e ligne, en tout cas. Ensuite, parce que je ne crois pas que Montréal était à un Coyle de pouvoir passer au niveau supérieur. Par contre, je croyais qu’il serait un fit parfait avec les Bruins. En plus de venir du coin, on devait trouver une solution pour pallier la perte de Pastrnak, récemment tombé au combat su’el trottoir. Et puis, Charlie Coyle n’était pas un joueur convoité pour rien; on parle d’un gros bonhomme, assez rapide pour sa taille (6’3 et 220lb), qui peut jouer autant au centre qu’à l’aile et qui peut faire des ravages lorsqu’il décide de s’impliquer.

Justement, il lui aura fallu 8 matchs avant de produire son premier point avec sa nouvelle équipe, dans une (rare) cause perdante à Pittsburgh. Je vous laisse imaginer le scandale auquel on aurait eu droit, s’il s’était joint au Tricolore et avait mis autant de temps à débloquer… Du moins, on lui souhaite d’avoir débloqué. En 8 matchs, l’attaquant de 27 ans a dirigé 12 tirs vers les filets ennemis, tandis qu’il en bloquait 5. Cependant, il a subi 11 revirements et distribué seulement 2 mises en échec. Il peut – et doit – définitivement en donner plus.

Certes, il n’est pas rare – pas du tout – de voir un joueur nécessiter un certain temps d’adaptation avant de retrouver ses repaires avec une nouvelle équipe. Mais pendant ce temps Ryan Donato, le joueur cédé en retour de Coyle, s’éclate au Minessota. Lui-même natif de Boston, Donato revendique 9 points en autant de matchs depuis qu’il s’est joint au Wild. En prime, l’attaquant de 22 ans cumule un joli différentiel de +6. Celle-là, je ne l’avais pas vue venir ! Sur le coup, je trouvais même que les Bruins n’avaient pas payé très cher, surtout qu’il reste une autre année au contrat de Coyle (3.2M). C’est toujours le cas, d’ailleurs. Après tout, malgré les récents succès de Donato, il faut préciser qu’il n’avait encore rien prouvé au moment de l’échange… et ça prendra bien plus qu’une 10aine de matchs pour pouvoir vraiment se faire une idée !

À la défense de la nouvelle acquisition de Don Sweeney, plusieurs observateurs croient que la 3e ligne des Bruins n’est pas optimalement conçue pour marquer des buts… Je suis d’accord pour dire que Backes (5 buts), Nordstrom (5) et Cehlarik (4) ne sont pas/plus des machines à marquer, mais je crois tout de même que Coyle est capable de faire mieux.

Même si Adam Nicholas, le fondateur de Stride Envy Hockey, affirme que Coyle a besoin d’ailiers capable de le compléter, les Bruins ne risquent pas de mettre la main sur Gaudreau, Kane et/ou Marner  – les joueurs nommés par Nicholas – dans un avenir rapproché. Et je ne crois pas qu’Anders Bjork soit rendu à ce stade… On parle tout de même d’un jeune joueur (22 ans) qui a été limité à 1 but et 2 aides en 20 matchs cette saison.

He needs wingers that can make plays. (Johnny) Gaudreau, (Patrick) Kane, (Mitch) Marner — he needs those wingers who can complement him. Maybe it would be (Anders) Bjork.

Il a besoin d’ailiers qui peuvent faire les jeux. Gaudreau, Kane, Marner… Il a besoin de ces ailiers qui peuvent le compléter. Peut-être que ça pourrait être Anders Bjork ”- Adam Nicholas, via The Athletic.

De toute façon, rendu-là, c’est comme prétendre que Lehkonen a tout simplement besoin d’un McDavid pour produire… D’ailleurs, après le même nombre de matchs (68), les deux attaquants – Lehkonen et Coyle – affichent sensiblement la même production ; 8 buts et 25 points contre 10 buts et 29 points en faveur de Coyle. Loin de moi l’idée de vouloir les comparer, c’est juste pour le LOL,  mais c’est quand même ça qui est ça ! Sinon, avec Debrusk et Johansson qui sont tous deux tombés au combat contre les Canes, le 5 mars dernier, on n’est pas à un joueur près de dénicher une solution aux ailes de Coyle…



Une dernière chose; historiquement, Charlie Coyle n’a jamais vraiment démontré qu’il pouvait produire en séries. En effet, si on fait abstraction de ses meilleures séries, alors qu’il a terminé le printemps 2014 avec 7 points en 13 joutes éliminatoires, l’attaquant a seulement amassé 8 autres points en 31 matchs d’après-saison. On parle d’une production d’environ 0.26 point par match, et donc, d’un point au 4 matchs.

Heureusement, les B’s forment une machine bien huilée qui peut se permettre de patienter le temps que Coyle se mette en marche. D’autant plus que David Pastrnak devrait être de retour à temps pour les séries. Et puis, le plus important c’est qu’il ne nuit pas pendant qu’il s’adapte encore à son nouvel environnement. En effet, depuis son arrivée, les enfants chéris de Boston ont subi seulement 2 revers, dont un en fusillade ! Au passage, les hommes de Bruce Cassidy se sont payés les puissants Bolts par la marque de 4 à 1… Il s’agissait seulement d’une 12e défaite en temps réglementaire pour la troupe de Jon Cooper.

En tout cas, du côté du Wild, cette dernière transaction est jusqu’à présent beaucoup plus payante que celles de Nino Niederreiter pour Victor Rask (2 points et -1 en 10 matchs) et de Mikael Granlund pour Kevin Fiala (2 buts et -2 en 6 matchs)… Pendant ce temps, El Nino cumule un impressionnant total de 11 buts et 21 points en plus d’un différentiel de +7 en seulement 22 matchs avec les étonnants Hurricanes ! Pour ce qui est de Granlund, c’est moins concluant pour l’instant : il a été limité à un 1 but, 1 aide, et un différentiel de -2, en 4 matchs avec les Preds. Reste à voir si Donato sera plus qu’un simple feu de paille. On pourrait penser à Ryan Spooner, par exemple, qui a terminé en force la dernière saison après s’être joint aux Rangers avant de lamentablement s’écraser par la suite. On verra bien !

Pour terminer sur une note plus positive, Coyle se débrouille très bien dans le cercle des mises au jeu. Depuis qu’il porte le jaune et noir, le gros bonhomme est parvenu à maintenir un très bon taux de succès, en remportant 43 de ses 81 tentatives (53.1%)


Ailleurs dans la LNH
Mécontent après avoir alloué un 4e but, Malcolm Subban est allé dire sa façon de penser à l’arbitre… La fureur du gardien des Knights n’aura eu aucun effet sur l’officiel, si ce n’est que ce dernier a fini par lui décerner une pénalité pour conduite antisportive :




Crédit image entête, Getty Images via TheAthletic.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: