Les dépisteurs font face à une lourde tâche

Repérer de jeunes talents n’est pas une chose facile. Sur les milliers de joueurs sur la planète, ce n’est qu’un minuscule, voire quasi-inexistant, nombre de jeunes qui auront la chance d’être repêchés par une organisation de la LNH. Plus précisément, ce nombre est de 217 hockeyeurs. De plus, chaque année, les dépisteurs des différentes équipes sont critiqués par les partisans locaux suite à un mauvais choix. Comme tout membre du département hockey d’une équipe, ils ont la tête sur la guillotine assez souvent.



À la base, le travail d’un recruteur n’est déjà pas facile. Du hockey, ils en mangent. Ils n’ont d’autres choix que de scruter deux ou trois parties par jour en identifiant le ou les quelques joueurs qu’ils souhaitent regarder. Jean-Philippe Glaude, dépisteur des Prédateurs de Nashville, aborde le sujet au cours de l’épisode du 4 février de Shoot, le balado du hockey. La charge de travail est tellement grande qu’il est certain qu’ils échappent quelques détails sur des joueurs en particulier. Simplement critiquer un recruteur est un geste ingrat, car souvent, ceux qui osent critiquer n’auraient même pas la motivation d’écouter la moitié des matchs que les dépisteurs écoutent.

La plupart du temps, les séries éliminatoires représentent une période déterminante dans les ajustements d’une liste pour un recruteur. Ces derniers font cependant face à un problème de taille ce printemps. Il n’y aura pas de fin de saison et fort probablement pas de séries. Dans le contexte, fort probablement équivaut à peu près à 100 %. Ce n’est qu’une question de temps avant que les différentes ligues en fassent l’annonce.

Dans la LHJMQ, l’administration a annoncé un changement important pour le repêchage qui devait avoir lieu le 6 juin prochain à Sherbrooke. En effet, la séance de repêchage aura lieu en ligne. C’est donc dire que Sherbrooke n’accueillera pas les assises, du moins, pas au moment prévu.



Autre coup dur, la logique veut que le championnat mondial des moins de 18 ans qui doit se dérouler au Michigan du 16 au 26 avril prochain soit également annulé. Ce championnat était un outil indispensable aux recruteurs lors de l’évaluation d’un joueur. Pour eux, l’absence de ce championnat, ça fait mal.

C’est donc dire que les organisations de la LNH devront se débrouiller pour faire leurs choix sans matchs de hockey dans la période la plus importante. La situation rend le recrutement très complexe cette année. Pour combler ce manque, les dépisteurs n’auront d’autres choix que de regarder attentivement plusieurs reprises des matchs. Un homme risque d’être engagé pour fouiller dans les archives. Blague à part, il n’y a aucun doute que les équipes de recrutement devront revoir leurs méthodes.

Le plus triste dans cette histoire, c’est que certains joueurs perdront leur bataille. Je pense à ceux qui se battaient pour une place sur la liste d’une équipe et qui auraient eu la chance de se faire valoir lors des séries éliminatoires. Eh bien, c’est mort. Capout ! Mais bon, il faut ce qu’il faut. Parfois, il y a des choses plus importantes que le hockey. Par exemple, la santé. Sur ce, prenez soin de vous et reposez-vous à la maison.

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter… Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager !


Crédit image entête, Dave Reginek/Getty Images (Via The Athletic)



Félix Gosselin
 

Passionné de hockey depuis toujours, Félix réalise présentement sa techniques de comptabilité et de gestion au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue avant de se rendre à l'université en communication prochainement. Son désir de se surpasser jours après jours lui permet de vous offrir des textes constamment améliorés.

%d blogueurs aiment cette page :