Laissons Joël Bouchard faire son travail

Depuis quelques jours, je vois beaucoup de partisans des Canadiens de Montréal qui semblent vouloir voir des jeunes, principalement l’Américain de 20 ans Ryan Poehling et l’espoir Nick Suzuki, dans la métropole dès la saison prochaine. C’est un sujet qui fait jaser dernièrement. Nos confrères de Hockey Sans Limite ont d’ailleurs débattu sur ce sujet il y a de cela un peu plus d’une semaine lors de leur émission du 7 avril. L’endroit où les 2 jeunes débuteront la prochaine saison est un sujet assez controversé. C’est ce grand nombre d’opinions différentes qui animent la discussion et qui la rendent intéressante.



Celui que la plupart attendent le plus à Montréal la saison prochaine est, sans aucun doute, Ryan Poehling. Son match avec le grand club à la fin de la saison a fort probablement séduit les partisans. Par contre, il ne faut pas oublier qu’il s’agissait d’un match peu physique et sans enjeux pour aucune des deux équipes sur la patinoire. Comme je l’ai mentionné dans mon dernier texte Question de finir sur une bonne note… Mais ne partons pas en peur !, il ne faut pas avoir des attentes trop élevées envers lui pour la saison prochaine. Je doute énormément qu’il puisse être en mesure d’apporter de l’offensive régulièrement. Pour être honnête, s’il devait enfiler le chandail du Bleu-blanc-rouge pour les 82 prochains matchs, je ne crois pas qu’il serait en mesure de dépasser le cap des 15 buts, ou bien il y parviendrait in extremis. Poehling n’a jamais été un joueur réellement dominant offensivement, donc pourquoi le serait-il à sa première saison professionnelle dans la LNH ?

Statistique de Ryan Poehling à jour du 16 avril 2019. (Via hockeydb.com)

Le second joueur qui fait également parler de lui dans ce débat est Nick Suzuki. Ce joueur canadien, qui évolue actuellement avec le Storm de Guelph dans les OHL après s’être fait transigé plus tôt cette année, serait également un membre du Tricolore lors de la campagne 2019-2020 si l’on se fie aux désirs de certains amateurs. Lors de la deuxième ronde du bal printanier, le Storm a eu énormément de difficulté. La formation de Guelph est actuellement sur le bord du gouffre puisqu’elle a perdu les 3 premiers matchs de sa série face aux Knights de London. Heureusement, elle est revenue de l’arrière pour créer l’égalité dans la série. Au cœur de cette remontée se trouve justement l’espoir du CH qui a accumulé un impressionnant total de 8 points (4 buts et 4 passes) lors de ces 3 plus récentes sorties. Cette poussée offensive permettra donc à son équipe de disputer un match ultime ce soir, le 16 avril.

Crédit image, Tony Saxon / GuelphToday.com

Malgré cette séquence exceptionnelle de la part de Suzuki, je ne crois pas qu’il doive être de la formation de nos glorieux pour la prochaine saison. Mine de rien, il devra s’adapter à une multitude de nouvelles choses lors de son saut chez les professionnels. Il serait peut-être mieux pour lui d’aller apprendre à être un professionnel à Laval plutôt qu’à Montréal. Lors de la dernière saison régulière, Nick a tout de même obtenu 94 points en 59 matchs, une récolte remarquable, je l’admets.

Statistiques de Nick Suzuki à jour du 15 avril 2019 (Via hockeydb.com)

Toutefois, je ne suis pas d’avis que de faire débuter Ryan Poehling et Nick Suzuki à Montréal soit une bonne chose. Je préférerais les voir à Laval. Voici comment j’explique ma position.




Ces derniers sont 2 joueurs avec un potentiel énorme. À Laval, l’organisation peut compter sur l’un des meilleurs entraîneurs pour développer les jeunes. Les gens se plaignait constamment du système de développement déficient et du manque de jeunes talentueux. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir Joël Bouchard et du talent. Pourquoi ne pas exploiter nos ressources ? Dès l’an prochain, il s’agirait d’un moment idéal pour tester l’efficacité du nouveau programme mis en place par l’état-major de nos glorieux et dirigé par Bouchard et ses adjoints. À mon humble avis, un passage dans la Ligue américaine ne ferait qu’optimiser le potentiel de Suzuki et Poehling. Il suffit de nous rappeler les belles années des Red Wings de Détroit alors que tous les joueurs passaient par le club-école. C’était alors un rite de passage.

De plus, jouer avec le Rocket permettrait de donner davantage de temps de jeu aux deux espoirs en question. Également, pour un joueur de la NCAA comme Ryan, un passage au niveau plus bas est inévitable selon moi puisqu’il n’a jamais disputé plus de 50 matchs en une saison. La fatigue d’une saison dans la Ligue nationale ferait donc fort probablement son apparition vers la date limite des transactions et ne l’aiderait pas.

Envoyer Poehling et Suzuki à Laval serait une bonne décision également pour l’organisation du Rocket. En plus de l’optimisation du temps de jeu et du développement de ces deux joueurs, cela permettrait au club-école de la Sainte-Flanelle d’avoir une meilleure formation et de peut-être pouvoir enfin se qualifier pour le tournoi d’après-saison. Elle pourrait aussi les utiliser comme têtes d’affiches avec Cayden Primeau et remplir les estrades de familles et de partisans voulant voir à l’oeuvre le futur du Tricolore.

Bref, un passage dans la Ligue américaine pour Nick Suzuki et Ryan Poehling est inévitable à mon avis et profiterait à tous dans le contexte actuel. Que ce soit sur le plan marketing, ou encore, pour le développement, la meilleure solution semble être Laval. Puis, pour une fois que l’on peut compter sur un excellent entraîneur, laissons Joël Bouchard faire son travail. Il saura sans aucun doute comment amener nos 2 espoirs à un autre niveau.



À quel endroit, selon vous, Suzuki et Poehling devraient-ils débuter la prochaine campagne ?


Crédit image entête, Vincent Graton/2M.Media

Félix Gosselin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: