Et si la saison prenait fin aujourd’hui…

La fin de la saison régulière est le scénario le plus probable suite à l’annonce dans laquelle on apprend que la LNH devra encore attendre un minimum de 45 jours avant la reprise de ses activités. Faites le calcul. Dans le meilleur des cas, cela nous amène à la mi-mai. Gardons en tête que les athlètes seront près de 2 mois à ne pas pouvoir s’entraîner. Même lors de la saison morte, ils ne passent pas autant de temps à l’extérieur de la patinoire ou du gymnase. Un camp d’entraînement d’environ une semaine sera probablement nécessaire au retour de la pause, ce qui pourrait nous amener à la fin du mois de mai si tout va bien. Cependant, une prolongation de la pause est très possible.

La LNH a indiqué être prête à étirer sa saison jusqu’en juillet si la situation le demandait. Disons que l’on se donne la dernière semaine de mai comme moment repère de la reprise des activités dans le meilleur des cas. Il y a 3 scénarios possibles si la LNH n’annule pas la saison.



Scénario A : Comme si rien ne s’était produit

Le premier scénario consiste à reprendre exactement là ou la ligue en était avant la suspension des activités. Il reste approximativement une douzaine de matchs à disputer pour chaque équipe. Ce qui représente près d’un mois avant le début des séries éliminatoires. Par la suite, pour le tournoi printanier, il faut prévoir près de 14 jours par ronde. Alors, pour 4 rondes, c’est deux mois supplémentaires qu’il faudra ajouter. Cela nous amène à la fin juillet ou au début d’août. Personnellement, je ne crois pas que cela est réalisable. Il faudra couper quelque part. Il est clair pour moi que la saison prochaine écopera. Je ne peux pas dire si c’est au niveau du camp d’entraînement ou de la saison régulière, mais elle écopera. Personnellement, si la LNH décide de jouer les matchs restants à la saison régulière, elle coupera sur la durée des séries. On aura peut-être droit à une ronde 2 de 3 ou 3 de 5, mais je ne crois pas à la viabilité de 4 rondes 4 de 7 cette saison.

Scénario B : 2 bad 4 you

Le second est plan est de mettre un terme à la saison régulière ou de disputer quelques matchs avant de débuter les fameuses séries éliminatoires. Cependant, ce scénario ne fait pas l’unanimité, car il désavantage les formations qui sont en pleine course, particulièrement ceux qui ont fait l’acquisition de joueurs de location à la date limite des transactions. Ce scénario coupe un bon 2 semaines et permettrait donc d’avoir un champion de la coupe Stanley d’ici la mi-juillet. Cependant, c’est du côté des équipes qui seront exclus et qui avaient gaspiller des choix de repêchage pour du renfort en pleine course qui risquent de grogner un brin. C’est pour cette raison que j’ai nommé ce scénario 2 bad 4 you (Ou tant pis pour toi en français).

Scénario C : Le plus beau, le meilleur

Le CH en séries éliminatoires ? Oui, oui. Vous ne rêvez pas. C’est effectivement une option qui pourrait se produire, mais ne vous laissez pas éblouir. Dans ce troisième, et plus réaliste scénario, même les Red Wings de Détroit et les Sénateurs d’Ottawa participeraient au tournoi. Afin de régler le problème du grognon, la LNH a imaginé ce tableau éliminatoire donnant une chance à chacune des 31 équipes de la ligue. Évidemment, les formations possédant le moins de points au classement n’ont pas le droit à l’erreur puisqu’il s’agirait d’un match à élimination directe. Personnellement, cette option est celle que je préconise le plus.

Portrait des séries envisagé par la LNH (Source : Hockey Lists, Facebook)

Actuellement, rien n’est certain. Nous ne pouvons même pas affirmer avec certitude que le hockey sera de retour ce printemps. Pour ceux que cela intéresse, je vous invite à vous remémorer le parcours incroyable des Blues de St. Louis, champion de la coupe Stanley lors de la saison 2018-19.



En ces temps sombres, je finirai ce texte en vous annonçant ma prédiction du gagnant de la coupe Stanley en 2020. Pour l’édition 2020, le gagnant n’est nul autre que le COVID-19, aussi connu sous le nom de Coronavirus. Pour moi, il n’y a aucun doute que le coronavirus est le grand gagnant du tournoi printanier. Détruisant tout sur son passage, il a su faire son chemin jusqu’à la fameuse coupe. Espérons seulement que les gagnants de la saison 2020-21 ne seront pas contaminés.

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter… Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager !


En Prolongation

Comme dirait M. Legault : « Propage l’info, pas le virus ! »


Crédit image entête, NHL.com



Félix Gosselin
 

Passionné de hockey depuis toujours, Félix réalise présentement sa techniques de comptabilité et de gestion au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue avant de se rendre à l'université en communication prochainement. Son désir de se surpasser jours après jours lui permet de vous offrir des textes constamment améliorés.

%d blogueurs aiment cette page :