1

La Ligne bleue – la division Atlantique

Malheureusement, il ne s’agit pas de la suite de l’excellent film La Ligne verte, mais d’un (humble) regard sur le rapport qualité/prix qui compose les différentes brigades défensives à travers la ligne. Pour aujourd’hui, nous allons nous atteler à ma division favorite, celle de l’Atlantique. Prenons note qu’il ne s’agit pas de déterminer qui a la meilleure défensive… Il n’y a d’ailleurs pas véritablement d’ordre dans ce classement.


Chose difficile à croire, puisqu’une telle chose était impensable il y a à peine un an, mais les Maple Leafs aligneront une défensive tout à fait présentable cette saison. Grâce à quelques transactions audacieuses, le jeune Kyle Dubas est parvenu à revamper son Top-4 en y greffant Jake Muzzin (4M), Cody Ceci (4.5M) et Tyson Barrie (2.75) en l’espace de quelques mois. Avec Morgan Rielly (5) pour mener la charge, on peut dire que ce quatuor n’est pas piqué des vers. À eux 4, ils comptent pour seulement 16.25M. Ceci explique pourquoi les Leafs peuvent se permettre de dépenser un maigre 19.05M (!) sur leur défensive cette saison. De sorte que les 40M investis sur les premiers attaquants de l’équipe ne causent pas de réels dommages… pour l’instant.

Chez les Bruins, bien que vieillissant, Zdeno Chara demeure un monument. En conséquence, il vaut pleinement les 2M qu’il empochera cette saison, ne serait-ce que pour la présence qu’il apporte dans le vestiaire et sur la glace. Limité à 62 matchs l’année dernière, le capitaine des B’s a tout de même été en mesure de produire un intéressant total de 14 points dont 5 filets. C’est plus ou moins 20 points sur un calendrier complet. De surcroît, Chara a su maintenir un excellent différentiel de +22. Avec Torey Krug (5.25M), Charlie McAvoy (4.9) et Brandon Carlo (2.85), les B’s dépensent un très respectable 15M pour un Top-4 bien balancé. Au total, à Boston, on investit 22.375M à la ligne bleue pour la saison 2019-20. En parvenant le tour de force de convaincre McAvoy et Carlo d’accepter des contrats de type pont, Sweeney a frappé un gros coup de circuit.

Chez les Sabres, puisqu’on ne sait pas encore qui quittera le navire (Ristolainen?), il est difficile de se limiter à 4 défenseurs. Parce que les bons arrières qui ne coûtent pas trop cher y sont légion. Avec son contrat d’entrée, Rasmus Dahlin (925K) est bien entendu la plus belle aubaine qu’on puisse trouver à la ligne bleue. Avec Rasmus Ristolainen (5.4), Colin Miller (3.875), Brandon Montour (3.387M) et Jake McCabe (2.85M), on se retrouve à pouvoir plus facilement absorber lesplus lourds contrats de Zach Bogosian (5.143M) et Marco Scandella (4M). Sans ces deux derniers, les Sabres dépenseraient seulement 17.25M pour leur superbe ligne bleue. Difficile de faire mieux, côté qualité/prix. Malheureusement, à ce jour, il faut tenir compte des contrats de Bogosian et Scandella… de sorte qu’on se retrouve plutôt à y investir 26.392M.

À Tampa, grâce à un climat enviable, un environnement favorable, un taux d’imposition avantageux et surtout, une formation alléchante, on parvient jusqu’à présent à fignoler des ententes souvent en-déca des prix du marché. C’est en partie pour cette raison que les Bolts peuvent se targuer d’aligner une bonne défensive à un coût, somme toute, raisonnable malgré la présence de deux plus hauts salariés dans leurs rangs; Victor Hedman (7.875M) et Ryan McDonnagh (6.75M). Pour les compléter, on a su profiter de la situation désavantageuse de Kevin Shattenkirk (1.75M) et le contrat d’entrée de Mikhail Sergachev (894K). Si on ajoute Braydon Coburn qui se contentera de 1.7M pour chacune des deux prochaines campagnes, on se retrouve avec une ligne bleue qui coûte 22.37M.


Bien que les contrats de Shea Weber (7,857M) et Jeff Petry (5.5M) ne représentent pas des aubaines, comparativement à plusieurs des contrats listés dans le présent article, je considère – et je suis conscient que bien des gens ne seront pas d’accord – qu’il s’agit de dollars bien investis. En acceptant un raisonnable salaire de 3.5M, Ben Chiarot débarque en quelque sorte à Montréal pour accomplir le boulot qu’on avait prévu donner à Karl Alzner (4.625M). Bien sûr, ce dernier compte tout de même dans l’équation, et sa malencontreuse blessure risque de réduire à néant ses maigres chances d’effectuer un retour dans la LNH cette saison. Cela dit, les 748K qu’empochent Victor Mete et les 1.85M de Brett Kulak contribuent à réduire les dommages, tandis que les Canadiens sont bons pour un investissement de 26.38M à la ligne bleue. Sans Alzner, la facture totale chuterait à 21.755M. 

Avec Nikita Zaitsev (4.5M) comme plus haut salarié chez les défenseurs de l’équipe, suivi de Ron Hainsey (3.5M) et Mark Borowiecki (1.2M), ce ne devrait pas vraiment être une surprise de constater que les Sénateurs dépensent un très maigre 12.618M (!!) à cette position. Heureusement, les jeunes arrières de l’équipe, Thomas Chabot (863K) en tête, contribuent à relever le rapport qualité/prix des forces en présence. De plus, je considère que Dylan DeMelo (900K) est un joueur sous-estimé. En tout cas, ils en reçoivent certainement pour leur argent. En plus d’autres jeunes, comme Christian Jaros, les Sens devraient pouvoir compter sur l’apport de l’excellent Erik Brannstrom, limité à deux matchs la saison dernière après son acquisition des Knights en retour des services de Mark Stone… Voilà qui justifie amplement de leur accorder un minimum d’intérêt !

Du côté des Panthers, Aaron Ekblad (7.5M) n’a peut-être toujours pas franchi la barre des 40 points, mais il est bon. Et il est jeune. En ce qui a trait à Keith Yandle (6.35M), à 33 ans, il est peut-être plus « vieux », mais il engrange les points à un rythme effréné. Après avoir produit 56 points en 2017-18, le vétéran a fait encore mieux en terminant le calendrier régulier 2018-19 avec 62 points ! Même si Mike Matheson (4.875M) a connu une année plus difficile – dans la mesure où il a connu une saison en dents de scie, sans réellement progresser par rapport à l’année précédente -, il devrait être en mesure de justifier son salaire. Par contre, je trouve que les 5.5M d’Anton Stralman viennent alourdir le bilan qualité/prix du groupe… aussi bon soit-il, défensivement parlant. Bref, avec ce contrat et celui de Mark Pysyk (2.73M), les Panthers dépensent tout près de 30M (!) sur leur ligne bleue; le plus haut montant de la division Atlantique.

À Détroit, on peut dire que les Red Wings ne dépensent pas outre mesure sur leur ligne bleue… sauf que c’est parce qu’il n’y a personne sur qui dépenser l’argent disponible. Si Mike Green (5.375M), Danny DeKeyser (5M), Jonathan Ericsson (4.25M) et Trevor Daley (3.167M) totalisent un peu moins de 18M à 4, disons que ça ne risque pas de faire beaucoup de jaloux… Néanmoins, le talentueux Filip Hronek (714K) contribue à faire baisser la moyenne. À ses débuts dans la LNH, ce choix de 2e ronde en 2016 est parvenu à récolter pas moins de 23 points en 46 matchs. Avec d’autres jeunes qui pousseront bientôt, tel que Dennis Cholowski, les jours sombres laisseront bientôt place à la lumière. En attendant, le fait demeure que les Wings s’apprêtent à allonger un peu plus de 22.5M sur un groupe surtout constitué de défenseurs vieillissants.

Voilà qui vient clore ce 1er essai sur le sujet. Je vais probablement récidiver avec une autre Division au cours des prochains jours. Bonne journée à tous !

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


Crédit image entête, TheSportsGeek.com



 

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Hécatombe à Winnipeg ? - Hockey Herald - septembre 18, 2019

[…] La Ligne bleue – la division Atlantique […]

Reply

Leave a Reply:

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :