Les cinq joueurs méconnus pour te faire gagner ton pool dynastie

Il y a de ces joueurs intrigants qui peuvent s’avérer beaucoup plus intéressants à avoir que des joueurs d’une quarantaine de points fonctionnant par séquence que tu n’habilleras jamais (pourquoi Cody Eakin et Michael Frolik sont encore pris dans tous les pools à points?). Dire qu’ils sont méconnus est un grand mot quand certains sont des choix de première ronde, mais ils le sont dans le sens qu’ils ne font pas partie des sélections hâtives (Top-6) dans le repêchage, tout en étant mis dans une situation favorable et ayant une progression qui les rendra cette année peut-être intéressants pour ton pool. Prendre bien note qu’il s’agit de joueurs obscurs – du moins, pour le moment – qu’on pourrait avoir tendance à négliger. En clair, des petits paris à sélectionner plus loin et qui pourraient rapporter gros. 



Denis Gurianov DAL, A (12e sélection en 2015)

 

La dernière fois que Jim Nill et les Stars avaient repêché un joueur russe de talent en première ronde, c’était Valeri Nichushkin en 2013. Alors qu’il avait eu une saison recrue plus que respectable (34 points) faisant taire les détracteurs, ces mêmes qui avaient mis de l’avant le fait qu’il avait des problèmes d’attitude liés au fameux facteur russe, la suite des choses leur a donné raison (bien que les blessures ne l’aient pas aidé). En 2015, sans hésiter et laissant passer des joueurs déjà établis dans le monde de la fantasy qui étaient classés plus haut que lui par la centrale du repêchage (Barzal, Meier, Connor, Konecny), Gurianov atterrit à Dallas et ayant appris de leurs erreurs, il a eu droit à un chemin empreint de patience et d’apprentissages (se faire bencher lors de la finale de la AHL). Sa vitesse ainsi que son talent offensif inné ne sont que certains des facteurs qui le rendront intéressant aux yeux des poolers. L’autre facteur consiste en un poste à la droite de Joe Pavelski ainsi que des apparitions probables sur la deuxième unité d’avantage numérique. Un choix peu risqué qui pourrait rapporter beaucoup.

 

Sam Steel, ANA, C (30e sélection en 2016)

 

Outre Ryan Getzlaf, qui sera son coéquipier et mentor, l’organisation dans laquelle Sam Steel a atterri n’a jamais eu de succès à développer des joueurs de centre d’impact par le biais du repêchage. Après une saison à oublier dégeulasse pour tous les joueurs des Ducks sur la glace et en fantasy, voilà que le temps est maintenant venu pour Steel de briller. Après des saisons dans la WHL de 131 et 87 points suivies d’une transition fluide dans la Ligue américaine l’année dernière (41 points en 53 parties et 13 points en 16 parties en séries), Steel a également démontré qu’il pouvait aider les Ducks, même dans un contexte très difficile – manque de talent– (11 points en 22 parties). Il est un joueur ayant un talent naturel pour manier la rondelle et déborder les défenseurs. Steel aura du temps en avantage numérique et sur les premiers trios. De stature quasi-identique et de capacités similaires, Mat Barzal est arrivé avec ce genre de situation chez les Isles. Est-ce qu’on pourra les comparer après cette année ? Un choix qui jouera sans aucun doute, sa production offensive sera toutefois intrinsèquement liée aux succès des Ducks.

 

Owen Tippett, FLO, A (10e sélection en 2017)

 

La Floride figure parmi les équipes les plus améliorées de l’été, mais il se peut que leur révélation estivale provienne de l’intérieur. En effet, beaucoup de signes présagent d’une bonne situation en fantasy pour Owen Tippett, en commençant par ses habiletés naturelles comme marqueur de buts. De plus, la Floride vient de se doter de l’un des meilleurs pédagogues de la Ligue nationale en Joel Quenneville, celui-là même qui a permis aux Kane, Toews et Brandon Saad de passer à la vitesse supérieure et de devenir des contenders à chaque année. Par ailleurs, il est connu pour être un entraîneur qui utilise ses joueurs de façon efficace et précise en vertu de leurs habiletés. Certes, Brett Connolly est le deuxième ailier droit de la Floride en ce moment, mais il n’a jamais pu transposer dans la LNH ses habiletés exceptionnelles du Junior (WHL) qui avaient fait de lui la 6e sélection totale en 2010. Il est davantage un joueur d’énergie qui est passé à la banque (3,5 M pour une seule saison de 30 points ou plus avec 46 points en 2018-19) qu’un réel joueur d’impact. La voie vers le Top-6 des Panthers est toute tracée pour Tippett.

 

Dillon Dubé, CGY, C/A (56e sélection en 2016)

 

Qui ça, me dites-vous? Ce ne sera plus le cas la saison prochaine, sinon je ferai rire de moi pour cette sélection. Les Flames n’ont pas peur de donner une chance aux petits joueurs (Johnny Who?) à condition qu’ils aient le talent pour aller avec. Dubé est un joueur rapide qui a fait les Flames l’année dernière suite au camp d’entraînement. Toutefois, un joueur de ce talent ne pouvant bénéficier pleinement des minutes d’un quatrième trio, il a été rétrogradé à Stockton (AHL) où il n’a pas eu de difficulté à trouver sa place. Cette année, il arrive dans une équipe bourrée de talent, ce qui pourrait jouer en sa faveur puisqu’il pourra être exposé à des opportunités de connaître du succès à son rythme. Il n’a plus rien à prouver aux niveaux inférieurs (39 points dont 15 buts en 37 matchs dans la LAH en 2018-19). Un joueur qui m’intrigue et qui risque d’être disponible dans les dernières rondes des repêchages des pools amateurs pour la dernière fois cette année. Le fait que Matthew Tkatchuk n’ait toujours pas signé pourrait lui fournir encore plus de chances de se faire valoir. M-à-J : Tkachuk vient tout juste de signer un contrat de 3 ans qui lui rapportera en moyenne 7M par saison. 

 

Evan Bouchard, EDM, D (10e sélection en 2018)

 

Edmonton attend depuis longtemps un défenseur pouvant être un pilier au niveau de l’avantage numérique. Et, en fantasy, on attend impatiemment de pouvoir sélectionner un quart-arrière pouvant engranger des points et profiter du talent de McDavid et Draisaitl. La dernière fois que les Oilers ont eu un défenseur offensif digne de ce nom, c’était… Sheldon Souray (53 points en 2008-09, avant qu’il ne se brise à nouveau la main dans un combat). Darnell Nurse démontre une progression intéressante depuis son arrivée, lui qui vient de connaître une campagne de 41 points, et le poste de défenseur droitier est tout tracé pour Evan Bouchard; à condition qu’il soit prêt à le prendre. Sa principale compétition vient d’un défenseur qui donne des maux de têtes aux partisans d’Edmonton à chaque fois qu’ils le voient car il ne vaut pas ce qu’ils ont perdu pour l’obtenir. Vous aurez compris que je parle d’Adam Larsson, qu’on a acquis en retour de Taylor Hall. Bouchard est définitivement un pari intéressant dans une organisation qui titille les observateurs de la LNH et les poolers en raison du talent indéniable de son capitaine. M-à-J : Bien que les Oilers viennent de rétrograder Bouchard dans la Ligue américaine, il n’est pas du tout exclu qu’on procède à son rappel en cours de route. Auquel cas, une sélection tardive de ce joueur pourrait s’avérer payante. 

Si vous l’avez manqué, voici la première partie de cet essai se voulant un outil pour les poolers de type dynastie :

Les cinq fantastiques pour te faire gagner ton pool dynastie

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


Crédit image entête, NHL.com



 

Benjamin Pandev-Girard
 

%d blogueurs aiment cette page :