Tenter le grand coup ou patienter ?

Avec toutes les rumeurs qui courent actuellement est-ce que notre CH doit faire le grand coup ou patienter en attendant les jeunes qui poursuivent leurs progressions ?

Si on se base sur la Finale en cours et qu’on regarde Boston et Saint-Louis;

Boston a été bâtit par le repêchage, un excellent programme de développement avec 9 sélections de l’équipe dans l’édition actuelle ainsi que des signatures de contrat avec des joueurs autonomes  tels que ; Krug, Chara, Acciari, Moore, Nordstrom, Miller, Clifton, Halak et Backes. Pour compléter le portrait, il y a aussi des transactions ; Rask, Coyle et Johansson. Tout en gardant un noyau solide année après année, ce qui a mené à 1 coupe Stanley ainsi que 2 finales depuis 2011… c’est plus que bien!

St-Louis, de son côté, la formation est constituée de 13 joueurs repêchés par l’organisation et 9 obtenus via le marché des transactions; dont O’Reilly, Schenn et Bouwmeester. Sur le marché des joueurs autonomes, on s’est beaucoup moins compromis avec  seulement deux signatures : Bozak et Maroon… Donc, on constate rapidement qu’il ne s’agit pas d’une destination de choix pour les joueurs autonomes. Rappelons qu’ils ont échangé Stastny et Shattenkirk, qui allaient tous deux devenir joueurs autonomes et qui n’auraient pas resigné avec les Blues.

Voici la comparaison avec Montréal, les Bruins ont fait un reset à l’arrivée de leur DG en mai 2015. Don Sweeney a alors échangé Hamilton et Lucic (puis Jones via Lucic) pour faire le plein de choix. Un exercice qu’on ne peut pas appeler un grand succès, car seulement Debrusk joue dans la LNH. Les réussites de l’équipe reposent sur l’excellent développement et le mentorat de Chara. Krug, McAvoy et Carlo ont tous été chapeautés par Chara, le Weber de Boston. C’est le noyau de l’équipe avec en tête les Bergeron, Marchand, Krejci et Rask. Ce printemps, c’est encore plus vrai que jamais.

Tel que mentionné plus haut, le CH dispose également d’un mentor de premier plan. Reste à voir si capitaine Shea Weber saura guider les futurs jeunes défenseurs à l’image de Chara. De plus, on sait qu’ils misent aussi sur un gardien solide. Cela dit, comme tout bon gardien, Price a besoin d’une bonne défensive devant lui ainsi qu’un bon système de 5 hommes sur la glace. Du côté de l’offensive, Domi et Gallagher mènent la charge avec Tatar et – malgré ce que plusieurs pensent – Drouin. Du lot, c’est Tatar, 28 ans, qui est le plus vieux. Ensuite, il y a Kotkaniemi, Poehling et peut-être Suzuki qui se grefferont au groupe. On constate que le reset de notre DG a rajeuni son club en greffant du cœur et une bonne attitude à l’équipe. Comme on le sait, ça n’a malheureusement pas suffit à qualifier celle-ci pour les séries. Par contre, le virage fait par Marc Bergevin semble avoir attiré l’attention de certains joueurs autonomes. En effet, selon les plus récentes rumeurs, Karlsson et Duchene seraient intéressés à se joindre à l’équipe. Qu’on soit fan de ces deux joueurs ou pas, personne ne saurait nier qu’il s’agit de deux gros noms. Un tel intérêt de la part de ces deux poids lourds apporte indéniablement un vent de fraîcheur à Montréal.

Ce qui m’amène à la question suivante : le CH devrait-il frapper un grand coup ?

On semble avoir de bons jeunes pour le futur ainsi que des vétérans de grande qualité en Price, Weber et Petry. Par contre, ces derniers vieillissent et ils ont des contrats à long terme, sauf Petry (31 ans) avec seulement 2 saisons de contrat. Je crois que, si vraiment on est dans la course pour Karlsson, je ferais une offre de 10.5M x 7 ans. Karlsson a 29 ans et on parle de l’élite de la LNH avec 2 Norris et 2 fois 2e au vote. Ceci, alors qu’une des grandes lacunes de l’an dernier était l’avantage numérique. En ce sens, l’ajout d’un Karlsson, véritable quart arrière du jeu de puissance,  représenterait logiquement tout un « UPGRADE »!

Par contre, avec un tel contrat, et un flanc droit déjà bien nanti, il faudrait envisager de transiger Petry. Détroit ? Bien qu’il dispose d’une clause de non-mouvement, celle-ci est devenue limitée et lui permet seulement de déposer une liste de 15 équipes auxquelles il refuse d’être échangé. Ce qui en laisse tout de même 15 autres.

Maintenant, abordons le sujet de Duchene. La rumeur de sa venue provoque les réactions, car beaucoup verraient d’un bon œil son arrivée, tandis que d’autres craignent un nouveau Gomez. Surtout qu’il risque d’y avoir de la surenchère. Un centre de 70 points, ça vaut son pesant d’or. Une équipe comme Nashville qui payent cher Turris (6M) et Johanson (8M) n’hésitera pas à délier les cordons de sa bourse pour attirer le convoité joueur autonome. Je pense que Duchene aura au moins 9M… À ce stade, ce qui me fatigue, c’est que Domi, qui en est à sa dernière année de contrat à 3.15M et son impressionnant 28 buts et 72 points, sera déjà à resigner l’été prochain. Alors, s’il se compare à Duchene, combien demandera-t-il ? S’il demande au moins le même montant, il sera virtuellement impossible de les garder les deux. Alors, à quoi bon signer Duchene ? Surtout si on parvient à amener Karlsson dans le giron de l’équipe…

Ma solution est donc de frapper un grand coup avec Karlsson et tenter un 2e grand coup sur le marché des échanges. Une transaction avec le DG des Jets, impliquant Shaw et ses 3.9M, le défenseur droitier et ancien 1er choix Juulsen et son contrat de 863 333, avec en prime le prospect de qualité Nick Suzuki et son contrat de 863 333 également contre le RFA Patrik Laine et ses 6 pieds 5 et 205 lb.

AH BEN, pourquoi les Jets feraient ça? C’est très simple, ils sont pris sous le plafond avec plusieurs grosses signatures à faire. De plus, Laine aurait déjà signifié son intention de tester le marché. S’il est ouvert à recevoir des offres hostiles, ce n’est certainement pas pour faire des cadeaux à son DG. Sachant ceci, on voit mal comment Cheveldayoff pourrait dégager 8-9-10M pour son gros ailier. Pas avec tous les autres joueurs, donc Kyle Connor et Jacob Trouba, à signer. Avec Shaw et Juulsen, les Jets obtiendraient de l’aide immédiate, et Suzuki demeure un espoir de premier plan, surtout après ses récentes séries du tonnerre! C’est probablement un scénario plus intéressant que 4 choix de 1ere ronde qui ne joueront peut-être jamais dans la grande ligue…

Ensuite, si on désire vraiment y aller avec le tout pour le tout, il faudra inévitablement dénicher du renfort du côté gauche de la ligne bleue. Considérant que je ne crois pas en Mete, je regarderais pour un Klefbom (Oilers) ou un Lindholm (Ducks) contre notre controversé Jo Drouin, et ce, tout simplement parce que tu dois donner pour recevoir.. Un bon jeune défenseur gaucher, ça se paye!

L’autre option, celle de patienter, impliquerait d’attendre que nos jeunes se développent. Me référant toujours aux Jets, une équipe qui s’est montrée bien patiente en favorisant le repêchage (Scheiffele 2011 , Trouba 2012, Morrissey 2013, Ehlers 2014, Connor 2015 et Laine 2016), avec 5 saisons depuis 2011 sans séries. Par contre, maintenant que cette étape est franchie, ils se retrouvent déjà avec des ennuis. Éliminés en 1ere (2019) et en 3e ronde (2018), le plan des Jets se retrouve compromis par les contraintes du plafond salarial.

Par conséquent, c’est bien de patienter, mais il faut aussi savoir quand agir. En ce sens, si on regarde le CH, qui vient de manquer les séries 3 fois en 4 ans et a été éliminé en 1ere ronde à sa seule présence durant ce laps de temps. Je me demande : on veut patienter, mais combien de temps encore? Quand un joueur comme Karlsson semble disposé à accélérer le plan de l’équipe, je pense qu’il faut saisir l’occasion… avant qu’il soit trop tard!

– Par Roger Lang

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


En Prolongation
Fans des offres hostiles, n’oubliez surtout pas ceci :

Les offres hostiles, la subtilité à ne surtout pas oublier…

 


Crédit image entête, RDS.ca

Invité Spécial
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: