Surprenants Flyers !

En prenant la mesure des pôvres Sabres (8-18-6) par la marque de 2-1 hier, les Flyers (13-11-7) ont porté leur séquence de victoires consécutives à 5. Voilà un intéressant rebondissement, quand on considère que ces 5 victoires font suite à une séquence de 10 (!) défaites encaissées du 11 novembre au 2 décembre. Se faisant, la troupe de Dave Hakstol se rapproche à seulement 6 points des Devils (17-9-5) et du 3e rang de la Division Métropolitaine. Ils sont également à 2 points des Rangers (16-12-3), et d’un accès à l’une des Wild cards permettant d’accéder aux séries éliminatoires. Rien n’est joué, bien sûr, et les Flyers pourraient recommencer à perdre dès demain alors qu’ils affronteront les Stars (18-13-1), mais il s’agit tout de même d’une situation qui sera intéressante à suivre. Après tout, le fait de rebondir avec 5 victoires ou plus, après avoir encaissé 10 revers ou plus consécutifs est un exploit que seule 4 équipes avaient réussi auparavant :

Affrontant coup sur coup les Stars et les Kings (20-9-3), il s’agira d’un bon défi qui nous en indiquera plus sur le potentiel des Flyers. D’autre part, on apprend, via Pierre LeBrun, que Ron Hextall serait déjà prêt à se départir de Jori Lehtera. Pendant ce temps, Brayden Schenn totalise un impressionnant 37 points, dont 16 filets et un différentiel de +23, en 33 rencontres dans l’uniforme des Blues. À Philadelphie, Lehtera – qui a vu sa production décroître d’année en année depuis sa saison recrue de 44 points en 2014-15 – n’a pu faire mieux qu’une maigre récolte de 2 passes en 17 parties. Le finlandais de 29 ans n’a pas joué depuis le 2 décembre dernier. Si on ne peut pas lui imputer la responsabilité des mauvaises performances de son équipe, il n’en demeure pas moins étrange de noter que les victoires s’accumulent depuis son retrait. Bien qu’Hextall soit prêt à écouter les offres, il devra peut-être tendre un peu l’oreille, parce que je doute qu’elles dépassent le son d’un chuchotement.

Bref, un retour dans le portrait des séries n’est pas complètement impossible pour la Ville de l’amour fraternel. Pas quand Claude Giroux (34 points) et Jakub Voracek (38 points) ont décidé de prendre les choses en mains. Se contentant dernièrement de saisons de 50-60 points, les deux pourraient effectuer un retour dans le club sélect des 70-80 points, s’ils ne flanchent pas, pour la première fois en 3 campagnes. Avec un salaire annuel moyen de 8.275 et 8.25M respectivement, parions que les Flyers sont soulagés de voir leurs deux stars à l’attaque recommencer à produire. Les rumeurs sur les deux avants n’en finissaient plus de finir. Au pire, le retour sur transaction sera beaucoup plus alléchant. Mais, ce n’est pas tout : si c’est plus difficile pour le guerrier Wayne Simmonds (pace de 24 buts et 50 points, ce qui est tout de même très bien), c’est Sean Couturier qui surprend le plus, et de loin, avec une étonnante production de 30 points, incluant 15 buts (!), en seulement 31 joutes. C’est dire que, s’il maintient le rythme, Couturier pourrait dépasser son plus haut sommet en carrière (39 x2) d’ici une dizaine de matchs ! C’est peut-être ce qui ressort de plus positif (avec la sélection de 1er tour 2017 et celle conditionnelle de 2018) de la transaction Schenn; l’émergence de Sean Couturier. Choix de 1ere ronde, 8e au total, de la concession en 2011, on oublie souvent que le jeune centre n’a que 25 ans.

À la ligne bleue, après ce que d’aucun appellerait la guigne de la 2 année, alors qu’il a vu sa production chuter de 46 points (+8) en 64 à 39 (-21) en 76, Shayne Gostisbehere totalise présentement 22 points (+4) en 28 parties. Avec un rendement moyen de 0.79 PPM*, le Ghost est en voie de connaître sa meilleure production, devant ses 0.74 PPM à sa saison recrue. Son jeune coéquipier, Ivan Provorov, qu’on aimerait bien voir à Montréal, fait également très bien, à seulement 20 ans, avec 15 points (+2) en 31 parties, à sa 2e saison chez les pros. L’année dernière, le russe a terminé la campagne avec une récolte de 30 points, dont 6 réussites et un différentiel de -4, en 82 rencontres.

Avec tout ça, bien que l’ambiance soit certainement plus rose par les temps qui courent, les Flyers continuent d’éprouver des difficultés devant le filet. Brian Elliot (2.68 et .913) et Michal Neuvirth (2.66 et .915) n’ont certes pas à rougir, mais il n’en demeure pas moins qu’aucun d’eux affiche les statistiques qui sont attendues d’un vrai gardien numéro 1. Enfin, je ne pense pas que quiconque s’attendait à voir Elliot ou Neuvirth dominer cette saison. Tout de même, il faut reconnaître qu’Elliot a eu son mot à dire dans la série victorieuse des siens, avec un pourcentage d’arrêts de .924. Au cours de ces 5 joutes, le portier de 32 ans n’a alloué que 8 buts, et jamais plus de 2 dans un même duel. Rendons à César, ce qui n’est pas à Pierre.

Qu’en pensez-vous, les Flyers prolongeront-ils leur séquence au-delà de la rencontre face aux Stars, et deviendront-ils des prétendants sérieux à l’obtention d’un ticket au bal printanier ? Comme quoi, au hockey, les choses peuvent rapidement changer… Je ne sais pas pour vous, mais moi il n’y a rien au hockey que je préfère plus que de voir un underdog se pointer le bout du nez de façon tout à fait inopinée.

Salut, c’est moi ! Est-ce que je peux m’asseoir ?

*Points par match

Crédit image entête, NHL.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: