4

Soyons juste, lorsque vient le temps de faire des reproches.

Dans la vie de tous les jours, si on ne peut pas toujours se montrer pleinement objectif, les sentiments prenant parfois le dessus, il faut au moins s’assurer de faire preuve de bonne foi. Je comprend la grogne qui s’empare des fans, lorsque les résultats ne sont pas au rendez-vous. Tout comme eux, je rêve de voir mon équipe soulever la Coupe Stanley, au lieu de la Coupe Molson. Je peux également comprendre les critiques qui sont tirées de tous bords, tous côtés… nous sommes fatigués de ne pas voir notre équipe compétitionner pour les grands honneurs. Encore faut-il s’assurer que ces dernières soient justifiées. Alors, quand je vois ceci, je rage un brin :

Premièrement, en essayant ci-haut de descendre Bergevin – qui a simplement souligné le fait qu’il était difficile d’acquérir un premier centre dans la LNH d’aujourd’hui #fact-, on lui donne en réalité raison. En effet, dans l’exercice en question, on ne mentionne que 16 équipes. Desquelles, il faut retirer les Golden Knights… McPhee s’est fait offrir sur un plateau les deux pivots en question, alors qu’il a même été rétribué pour les sélectionner (!) :

1- Pour s’assurer que Vegas repêche Jonathan Marchessault, les Panthers de la Floride échangent l’attaquant Reilly Smith en retour d’un choix de quatrième ronde au repêchage 2018.

2- Pour s’assurer que Vegas repêche William Karlsson, les Blue Jackets de Columbus offrent David Clarkson, un choix de première ronde en 2017 et de second tour en 2019.

De toute façon, d’inclure une équipe d’expansion est complètement hors-contexte. Ensuite, souligner la transaction Thorntonun vrai 1er centre, personne ne le nie – relève de la pure obstination. L’échange en question remontant au 30 novembre 2005 ! Près de 15 ans plus tard, je pense qu’on peut se mettre d’accord pour confirmer que ça ne cadre pas avec la réalité d’aujourd’hui.

Maintenant, attardons-nous aux Sens… pour obtenir Derick Brassard, ils ont dû céder Mika Zibanejad. Déjà, d’intégrer les deux équipes dans la liste, pour un swap entre deux joueurs, c’est quelque peu étrange… Pour obtenir le premier, on peut présumer que le prix à payer aurait été Alex Galchenyuk. Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne le ferais pas. Par ailleurs, Brassard a clôturé sa première saison dans la capitale canadienne avec une récolte de 39 points. Cependant, il se dirige présentement vers une campagne de 55 points. Matt Duchene, maintenant : pour en faire l’acquisition, Pierre Dorion a dû donner ; Kyle Turris, Shane Bowers (un autre centre, sélection de 1er tour au dernier repêchage), ainsi que des choix de 1ere et de 3e rondes (en plus de se départir du contrat d’Andrew Hammond). Maintenant, transposons le prix en valeur plus ou moins équivalente aux morceaux du Canadien ; Alex Galchenyuk (encore), Ryan Poehling, choix de 1ere et de 3e ronde (se départir d’Al Montoya, qui aura finalement rapporté un choix de 4e (ou de 5e) ronde via les Huiles). Si Duchene va mieux dernièrement, il n’en demeure pas moins qu’il ne totalise présentement que 10 points en 26 parties dans son nouvel uniforme. Conséquemment, je retire également Ottawa de l’équation sensée discréditer Bergevin.

Retournons au sommet de la liste, avec les Ducks : Ryan Kesler et Adam Henrique. Pour obtenir le 1er, le coût fût de se départir du centre Nick Bonino, de l’arrière Luca Sbisa, ainsi que d’une sélection de 1er tour 2014 (devenue Jared McCann). S’il a d’abord connu une première saison plus difficile avec sa nouvelle équipe (47 points -5), Kesler a bien répondu par la suite avec des campagnes de 53 (+3) et 58 (+5) points. En ce qui concerne la saison en cours, le principal intéressé vient tout juste de revenir d’une blessure qui le tenait à l’écart du jeu depuis le  lancement des hostilités. Depuis le 29 décembre, il a cumulé 3 points et un différentiel de -4 en 6 joutes. Nous ne tiendrons donc pas compte de celle-ci, puisque les blessures (et le temps de remise en forme subséquent) relèvent de l’impondérable. Si aujourd’hui cette transaction semble être un win pour Anaheim, pour être juste, il faut remonter à l’époque de la transaction pour en mesurer le prix à payer.

Au cours de la saison 2013-14, Bonino, alors âgé de 25 ans, a terminé l’année au 3e rang des pointeurs de son équipe, avec une récolte de 49 points, dont 22 buts et un différentiel de +14, en 77 parties. Pour sa part, Sbisa n’avait récolté que 6 points (+/- 0) en 30 joutes, au cours d’une saison perturbée par les blessures. Âgé de seulement 23 ans, le choix de 1ere ronde (19e au total) en 2008, est alors considéré comme un excellent espoir à la ligne bleue, avec un total de 56 points (-23) en 266 matchs disputés avec les Flyers et les Ducks. Maintenant, consulter l’alignement du Tricolore de l’époque (vous pouvez suivre ce lien → ICI) pour essayer de choisir quels joueurs il aurait fallu offrir pour égaler – ou plutôt surpasser – l’offre des Ducks aux Nucks. Après quoi, il ne faut pas oublier d’ajouter un choix de 1ere ronde au calcul… Henrique, maintenant ? Avec une moyenne de 46 points par saison, je me demande ce qu’il fait dans ce classement. Certainement, le Canadien a besoin d’un premier centre. Mais est-ce qu’Henrique en est un ? Pas à mes yeux. De plus – et c’est le plus important – qui aurait-il fallu céder pour obtenir ce joueur, sachant qu’Anaheim a envoyé Sami Vatanen en retour ?

C’est un peu le même principe à Chicago, avec Artem Anisimov (dont le sujet a été précédemment abordé → ICI). Pour l’obtenir (conjointement à Marko Dano, Jeremy Morin et Carey Tropp), les Hawks, ont envoyé le jeune Brandon Saad, ainsi que l’attaquant Alex Broadhurst et l’arrière Michael Paliotta. En carrière, Anisimov produit au rythme moyen de 41 points par saison. C’est encore le cas, pour la campagne en cours, avec une récolte de 18 points en 36 matchs (.50 PpM). Ceci alors qu’il a, plus souvent qu’autrement, la chance d’avoir un certain Patrick Kane comme ailier. En comparaison, je suis persuadé qu’il aurait explosé avec Pacioretty comme ailier… Nope. Maintenant, tout comme c’est le cas pour Henrique, je me demande comment on en est venu à la conclusion qu’Anisimov était un premier centre qui aurait sauvé la saison du Canadien ? Parce que c’est précisément d’un centre numéro 1 – et par voie de transaction, puisque nous sommes en plein milieu d’une saison- qu’à parlé le DG montréalais, durant son dernier point de presse :

Un centre numéro 2, qui produit environ 40 points par saison, on en a déjà un très bien en la personne de Phillip Danault… et c’est Bergevin qui est allé le chercher, en retour d’un gros rien. D’ailleurs, chez les Jets, qu’on me dise ce que Mathieu Perreault aurait apporté de plus que Phillip Danault ? Qu’on se comprenne, je n’ai rien contre Perreault, mais vraiment ? Pour en revenir à Anisimov, il parait que Bergevin aurait tout de même tenté d’acquérir Anisimov (et Panarin !) au cours de l’été dernier :

 

 

Mais bon, poursuivons avec 2 derniers exemples (on ne va quand même pas trop s’éterniser) : Frans Nielsen avec les Wings, et Jeff Carter avec les Kings. Commençons avec Nielsen – outre le fait qu’il n’a même pas été transigé, mais plutôt signé en tant que joueur autonome au cours de l’été 2016 -, il est un autre joueur qui produit en moyenne dans les 40 points par campagne. 45,74 plus précisément. Je mentionne qu’il a signé plutôt qu’été échangé, parce que dans cette liste -hormis Eric Staal- je n’en vois pas d’impact (encore moins de numéro 1 établi) qui ait signé via le marché des joueurs autonomes. Il y aurait peut-être Paul Stastny, mais il n’a plus atteint les 60 points depuis la campagne 2013-14, alors qu’il s’alignait toujours avec l’Avalanche…

Nous avons déjà parlé de Danault, parlons maintenant de Jonathan Drouin : en plein milieu d’une saison de misère, où il apprend sur le tas le métier de centre, il produit au rythme moyen d’une saison de 42 points (transposée sur 82 matchs, bien sûr). Certainement, avoir un autre pivot (et un vrai) aurait peut-être poussé Drouin à l’aile – où il serait vraisemblablement plus à l’aise -, mais Nielsen ? Rien ne semble indiquer qu’il aurait produit plus à Montréal, je me permet de supposer que vous me rejoignez là-dessus… Il n’est certainement pas un centre numéro 1. Enfin, Carter joue peut-être derrière Kopitar, mais il a certainement -avec plusieurs campagnes de 60+ points (dont une de 84 points en 2008-09) – tout ce qu’il faut pour faire office de premier centre dans une formation moins bien nantie que celle de LA. S’il est assurément un joueur que j’aurais bien aimé voir s’amener à Montréal, il serait plutôt bien de préciser que son échange s’est concrétisé avant la nomination de Bergevin. En ce sens, même s’il aurait voulu offrir plus que Jack Johnson et un choix de 1ere ronde... il ne l’aurait pas pu.

Enfin, j’aborderais rapidement le sujet de Tyler Seguin avec vous, si vous êtes d’accord. Bien, le silence étant signe d’approbation, puisque vous ne dites rien, je vais prendre le tout pour un oui : Je suis curieux de savoir ce que vous considérez que Bergevin aurait pu offrir de mieux pour Séguin (et Button) que Loui Erikson, Joe Morrow (je t’ai, tu m’as, une chance qu’on s’a), Reilly Smith et Matt Fraser. Maintenant, demandons nous ce qu’aurait pu exiger de plus, Chiarelli, pour transiger son joueur élite à un rival de la même Division… D’autre part, le bruit court que Jim Nill envisagerait de se départir de Seguin, prochainement… si tel est le cas, voici une chance à saisir pour Bergevin… En ce qui concerne Jason Spezza (+Ludwig Karlsson), arrivé d’Ottawa en retour d’Alex Chiasson, Alex Guptill, Nicholas Paul, et un choix de 2e tour ; les mêmes questions se posent.

D’ailleurs, dans la liste ci-haut, combien d’équipe ont remporté la Coupe Stanley, après avoir transigé pour l’un de ces centres ? Hormis les Kings, avec Carter -et dans une moindre mesure les Hawks avec Anisimov- : aucune. Bien entendu, les Preds s’en approchent dangereusement. Mais, en ce qui concerne Ryan Johansen, qui aurait-il fallu céder en retour ? Auriez-vous échanger P.K. SubbanMoyennant un surplus, je l’aurais probablement fait. Mais les Jackets auraient-ils choisi de transiger Johansen + un arrière contre Subban, ou tout de même préféré Johansen vs Seth Jones ? Quant à Kyle Turris, bien sûr que j’aurais aimé le voir à Montréal. Mais qu’aurait alors été le prix ? Pour Nashville, ce fut Samuel Girard, Vladislav Kamanev, ainsi qu’une sélection de 2e tour. Maintenant, aurais-je offert Victor Mete/Noah Juulsen, Nikita Scherbak, ainsi qu’un choix de 2e ronde aux Sens en retour de Kyle Turris. Possiblement, comme la plupart d’entres vous, malgré le trou creusé encore plus profond à la défense. Mais est-ce que ça aurait suffi ? Tout comme je me suis posé la question pour Chiarelli et les Bruins; est-ce que Dorion aurait transigé son premier centre à un rival direct de Division pour ce prix ?

Il y en a quelques autres, tel qu’Eric Staal (65 points la saison dernière, en route vers une campagne de 72 points présentement) qui aurait pu être un beau risque. Mais, en plus de devoir tenir compte que ce dernier était sur le déclin depuis près de 4 ans, qui nous dit qu’il aurait préféré Montréal au Minnesota ? En voyant comment les fans veulent échanger toute l’équipe à chaque difficulté, je me dis qu’il préfère surement s’aligner avec le Wild… Vous êtes déçus de la saison du Canadien ? Moi aussi. Vous en voulez à Bergevin pour certaines décisions ? Soit. Il y en a plusieurs que je pense qu’il voudrait lui-même changer, s’il le pouvait. Mais assurez-vous, au moins, de vous montrez conséquent et d’étayer vos arguments, plutôt que de lui reprocher de ne pas avoir transigé pour Joe Thornton ou Matt Duchene. Par exemple, en expliquant pourquoi il aurait peut-être été préférable de monnayer Subban en retour du futur, plutôt que du présent. Je le dis depuis nos débuts : dans la LNH, il ne faut pas se montrer trop prompt à juger le travail d’un directeur général. Je l’ai fait, avec Joe Sakic, et il est en train de me prouver que j’avais tort (surtout depuis qu’il n’a plus Roy dans les pattes, mais ça, c’est une autre histoire…) Bien entendu, celui que je regrette le plus dans toute cette histoire de liste des centres numéro 1 transigé, c’est Brayden Schenn ! Quelle saison du tonnerre, il connait, celui-là. Bien qu’il soit en voie de franchir la barre des 60 points pour la première fois de sa carrière, j‘espère que tu as une bonne raison de ne pas l’avoir obtenu, Bergevin… je  viens de retourner au bat pour toi !

Crédit image entête, RDS.ca

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 4 comments
Les Blues, ou comment être un maître d’orchestre | Hockey Herald - juillet 18, 2018

[…] Soyons juste, lorsque vient le temps de faire des reproches. […]

Reply
Pierre andre - juillet 20, 2018

Bel article

Reply
Mauvaise Foy | Hockey Herald - juillet 21, 2018

[…] Soyons juste, lorsque vient le temps de faire des reproches. […]

Reply

Leave a Reply: