3

Pricey, la cause derrière le mal… je ne crois pas qu’il faille cibler les événements du 16 décembre.

Alors que Carey Price connait les heures les plus sombres de sa carrière, beaucoup tentent de trouver la cause de ses problèmes. On veut mettre le doigt sur le bobo. Certains avancent que c’est la paternité qui aura eu raison de la concentration de Price. D’autres parlent de ses blessures, d’autres encore de la perte de Markov. Pendant ce temps, certains prétendent qu’il s’est tout simplement assis sur son gros contrat. Qui a raison ?


Je l’ignore. J’ignore tout de la raison derrière ces énigmatiques difficultés qui s’éternisent. Mais je suis sûr d’une chose. Ça n’a rien à voir avec son retrait du 16 décembre 2016. S’il est tout à fait vrai qu’il a connu un premier long passage à vide, suivant cette fameuse date où il a – semble-t-il – fusillé Michel Therrien du regard après avoir été retiré du match, celui-ci a pris fin dès l’embauche de Claude Julien.

Par contre, on oublie souvent de mentionner que Price a répondu à cette mauvaise performance par deux très bonnes sorties, bien qu’il faille aussi préciser qu’il n’a pas vraiment été testé durant ces deux matchs… Face aux attaques de Washington et Anaheim, il a reçu respectivement 21 et 13 tirs. Si seulement ça pouvait toujours être comme ça. Toujours est-il qu’il a cédé à une seule fois à chacun de ces affrontements qui suivaient directement le duel du 16 décembre. À ce moment-là, il semblait déjà avoir oublié son fameux retrait. J’imagine que ça lui est subitement revenu, comme ça, par magie, une semaine plus tard…

Bref, malgré quelques belles apparitions, il est tout à fait juste d’avancer que le gardien a par la suite cumulé plusieurs mauvaises sorties. Cela dit, tel que mentionné un peu plus haut, cette séquence est instantanément devenue chose du passé, dès l’instant où Julien est revenu au bercail :

Stats Price 2016, arrivée de Julien. NHL.com

On parle de pas moins de 14 (!) excellentes performances de .930 ou plus, sur une possibilité de 19 ! 14 matchs durant lesquels le gardien n’a jamais accordé plus de 2 buts ! 20 (19) matchs, c’est à peu près le quart d’un calendrier régulier complet. Il faut également tenir compte des 3 matchs de Montoya durant cette séquence, pour calculer la période sur laquelle s’est échelonné ce beau passage du gardien numéro 1. Ainsi, la première mauvaise séquence de Price, s’échelonnant du 16 décembre au 12 février, a pris fin le temps des 22 derniers matchs de la saison régulière.

Je me permet donc d’avancer comme un fait certain qu’il est faux de prétendre que la mauvaise séquence de Carey Price perdure depuis le 16 décembre. Cette mauvaise séquence a pris fin dès le 18 février, et les bonnes performances de ce dernier ont même perduré jusqu’en séries éliminatoires. Séries qu’il a terminé avec une moyenne de buts alloués de 1.86 et un pourcentage d’arrêts de .933.


Je vous rassure; je ne suis pas fou. Je suis parfaitement conscient que ça va mal présentement. Mais il s’agit d’une nouvelle séquence. Séquence qui remonte au lancement de la campagne 2017-18, mais certainement pas jusqu’au 16 décembre. Je doute que l’épisode avec Therrien, si tant est qu’il s’agisse bel et bien de la cause de cette 1ere mauvaise séquence, ait subitement recommencé à le troubler, presque 10 mois après les faits. Surtout après 2 excellents premiers mois sous l’égide de Julien… Ça me dérange, ça ne me dérange plus, ça me dérange… ça ne marche pas ! Je pense donc avoir démontré que cette affirmation est on ne peut plus erronée :

16 décembre 2016, Sharks-Canadiens au Centre Bell. Après avoir accordé 4 buts sur 18 tirs, Carey Price est retiré en deuxième période par l’entraîneur-chef Michel Therrien. De retour au banc, le gardien du CH lance un regard qui en dit long sur son état d’esprit. Sans le savoir, il s’agissait là du début d’un passage à vide qui allait s’éterniser…et qui perdure encore aujourd’hui, près de deux ans plus tard. – Passage de l’article « Carey Price connait un passage à vide depuis qu’il a été retiré du match du 16 décembre » RDS.ca

… Cela dit, en toute objectivité, on doit tout de même être capable d’admettre que ça ne va pas bien. Je peux facilement reconnaître qu’on ne peut plus parler d’un simple passage à vide (qui ne dure toutefois pas depuis le 16 décembre, hehe). En tenant compte des parties de la saison dernière, ça fait déjà 60 matchs que Carey Price maintient un pourcentage d’arrêts de .900 et une moyenne de buts alloués tournant autour des 3 buts par matchs… des chiffres nettement insuffisants pour un gardien de premier plan :

Certes, la saison est encore jeune… Mais le Canadien disputera ce soir son 16e match. Bientôt le premier quart du calendrier sera déjà derrière nous. Bientôt, on ne pourra plus se servir de cette excuse. Il est temps de se ressaisir maintenant… Carey Price doit en donner plus. L’attaque ne sera peut-être pas en mesure de continuer de remporter des matchs avec autant de régularité. Certainement, ses coéquipiers doivent resserrer le jeu défensif. Mais, après tout, Carey Price est payé pour réparer les erreurs de sa défensive… Bien sûr, il faut tenir compte de la difficulté des tirs reçus, mais ça n’excuse pas tout. Quand même, le retour de Shea Weber aidera beaucoup. Du moins, je l’espère !

À Vegas, Pacioretty est payé pour marquer des buts. Jusqu’à présent, ces deux gros noms échouent. Alors, il est normal qu’ils soient critiqués pour ce qu’ils ne parviennent plus à faire avec autant de constance qu’auparavant. En tout cas, j’ai hâte à samedi… Je reconnais volontiers que si Max Pacioretty marque un but contre Carey Price, je serai furieux. Attends un peu avant de te remettre en marche, toi !

Je voudrais quand même préciser que l’article de RDS est très intéressant. Comparer les statistiques des 100 derniers matchs de Carey Price avec celles de l’ensemble des autres gardiens est très certainement un exercice pertinent. En plus, j’aime les chiffres ronds. 100, c’est un très beau chiffre. Pour ne pas dire chiffre carrément sexy !

… C’est tout, j’ai fini.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à vous abonner à notre page Facebook : Hockey Herald. Nous sommes également sur Twitter. Merci à tous !


En Prolongation
N’oubliez pas de consulter notre « Avant-Joute »

Avant-match, Habs vs Sabres (08/11/18)

Ça va, Luc Lavoie ? 




Crédit image entête, Francois Lacasse/Getty Images via Yahoo.com



Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 3 comments
Quel genre d’impact ont eu les plus petits plastrons des gardiens sur le nombre de buts marqués ? – Hockey Herald - novembre 9, 2018

[…] Pricey, la cause derrière le mal… je ne crois pas qu’il faille cibler les événements … […]

Reply
Quel genre d’impact a eu la diminution des plastrons des gardiens sur le nombre de buts marqués ? – Hockey Herald - novembre 9, 2018

[…] Pricey, la cause derrière le mal… je ne crois pas qu’il faille cibler les événements … […]

Reply
Tom Glavine, l’homme qui a préféré choisir le baseball – Hockey Herald - novembre 9, 2018

[…] Pricey, la cause derrière le mal… je ne crois pas qu’il faille cibler les événements … […]

Reply

Leave a Reply: