1

Paul Fenton | Le Wild met fin à l’hémorragie !

Il aura suffit de 14 mois pour que le Wild réalise que Paul Fenton n’était pas l’homme de la situation. S’il est vrai que la concession du Minnesota pouvait bénéficier d’un vent de changement après près d’une décennie sous la férule de Chuck Fletcher, Fenton n’est finalement pas celui qu’il fallait pour permettre à l’équipe de gravir le palier manquant pour en faire une formation de premier plan.

En un peu plus d’un an, Fenton a conclu un nombre impressionnant de mouvements qui n’ont pas su plaire à ses propres partisans. À commencer par la transaction qui a expédié Nino Niederreiter en Caroline en retour de l’énigmatique Victor Rask. Après l’échange, El Nino a terminé le calendrier régulier avec une superbe récolte de 30 points dont 14 buts en seulement 36 rencontres avec les Hurricanes. Certes, en séries, ce fût un peu plus difficile pour lui, avec seulement 1 but et 4 points en 15 joutes éliminatoires. Ce qui est quand même mieux que les 3 points qu’a récolté Victor Rask en 23 matchs réguliers avec le Wild.


Et ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une énorme surprise. À ses 26 derniers matchs avec les Canes, Rask avait été limité à 6 maigres points. Niederreiter, pour sa part, en cumulait déjà 23 après 46 matchs. Et n’oublions pas que le gros bonhomme venait de produire 25 buts et 57 points pas plus tard qu’en 2016-17.

Cela dit, c’est probablement Mikael Granlund qui leur manquera le plus. Ses difficultés à s’adapter à sa nouvelle équipe, les Predators (1 but et 5 points en 16 matchs), ne l’ont pas empêché de terminer la saison avec 16 buts et 54 points en 79 matchs. De plus, Granlund a récolté au moins 67 points lors de chacune des deux saisons précédentes. En ce sens, le fait d’accepter de le transiger, 1 vs 1, contre Kevin Fiala avait de quoi surprendre. Loin de moi l’idée de prétendre que Fiala n’est pas un bon joueur, mais Fenton a échangé un joueur bien établi en retour d’un « peut-être ». Peut-être qu’il pourra répéter ses performances de la saison 2017-18 (23 buts et 48 points). Bon, c’est pratiquement assuré qu’il y parviendra et même mieux. N’empêche qu’il a encore des choses à prouver.

Néanmoins, ce dernier devrait être en mesure de rendre de précieux services au Wild dans un avenir rapproché… si on commence par le mettre sous contrat, lui qui est agent libre avec restriction depuis un mois. À 23 ans, il est tout à fait logique de croire que le meilleur est devant lui, malgré une saison 2018-19 plus décevante. Sauf que Granlund, à 27 ans, devrait encore avoir quelques très bonnes années de hockey dans le corps, lui aussi.


Pour ce qui est de Charlie Coyle, je ne me ferai pas d’amis, mais je crois qu’il faudra attendre un peu avant de juger. Bien sûr, l’acquisition des Bruins a fait beaucoup de bruit en séries, mais l’échantillon est mince. On sait qu’il n’y a pas que les points qui comptent dans la ligue, mais ses 6 points à ses 21 premiers matchs à son arrivée à Boston étaient nettement insuffisants. De son côté, Ryan Donato, le joueur obtenu en retour de Coyle, a fait ce qu’il fallait avec une jolie récolte de 16 points en 22 matchs avec sa nouvelle équipe. Il vient d’avoir 23 ans et pourrait prendre de plus grosses responsabilités la saison prochaine. Il n’en demeure pas moins que nous étions nombreux à être surpris par le retour obtenu pour Coyle. Le marché n’était peut-être pas le plus avantageux des dernières années, mais on aurait pu s’attendre à un peu plus.

On sait aussi que Fenton est passé bien près de mettre la main sur Phil Kessel. Ce dernier a cependant exécuté le droit qui était le sien en vertu de sa clause de non-échange et a fait avorter l’échange. Jason Zucker, qui a inscrit 76 buts au cours des 3 dernières campagnes, dont 33 au cours de la seule saison 2017-18, aurait pris la route de Pittsburgh. Victor Rask aurait été impliqué dans les discussions, tandis que les Penguins en auraient profité pour se débarrasser de Jack Johnson au passage. Tortorella l’avait bien dit !

Ce qui a amené, on ne sait trop comment, Fenton à accorder 6M par année à Mats Zuccarello, alors joueur autonome sans restriction. Jusque-là, ça va… l’ancien des Rangers a connu une excellente année avec ces derniers, en plus de bien paraître en séries avec les Stars. Sauf qu’il a 31 ans, bientôt 32 (1er septembre). En ce sens, les 6 années qui viennent avec ce pacte pourraient finir par peser lourd dans la balance. Surtout lorsqu’on regarde la situation dans son ensemble; c’est-à-dire les 4 plus hauts salariés chez les attaquants de l’équipe :

  1. Zach Parise, 35 ans (7.538M jusqu’en 2024-25)
  2. Mats Zuccarello, 32 ans (6M jusqu’en 2023-24)
  3. Jason Zucker, 27 ans (5.5M jusqu’en 2022-23)
  4.  Mikko Koivu, 36 ans (5.5M, dernière année)

Et n’oublions pas que Kessel, 32 ans en octobre (6.8M jusqu’en 2021-22) aurait pu prendre la place de Zucker, si Fenton était parvenu à ses fins…

Êtes-vous plus Fiala, Rask, Donato et Kessel/Zuccarello ou Granlund, Niederreiter, Coyle et Zucker ? Fenton préférait le premier groupe. Ça lui aura d’ailleurs pris seulement 14 mois pour passer du second au premier. Maintenant, il faudra voir de combien de temps aura besoin son successeur pour redresser le tout. Ce ne sera pas facile… Il aura beaucoup de travail à faire.

Et… Est-ce que Bruce Boudreau, en poste depuis le lancement de la saison 2016-17, survivra à ce 2e changement de DG ? On le saura bien assez tôt. 


En Prolongation
J’allais presque – presque ! – oublier de mentionner que c’est ce même Fenton qui a jugé bon d’allonger 2.25M par année pour une durée de 3 saisons à un certain Greg Pateryn en juillet 2018…

Statistiques de Greg Pateyrn; HockeyDb.com

Au bout du compte, Jordie Benn lui aura été largement supérieur… 

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


Crédit image entête, NHL.com



Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Martin Savoie - août 1, 2019

Juste à la lecture de ton article, ça confirme que Bergevin a appris de sa bourde de Alzner. Au premier juillet, pour satisfaire nos drôles de moineaux de partisans, Bergevin devait signer tout ce qui bouge. En quoi les Habs à signer des Nyquist de ce monde aurait été meilleur. Nous sommes vouer à une année de misère, et je ne dit pas que je suis pas écœuré, mais avec le potentiel qui nous attends nous devons être patient et Bergevin aura besoins de tous ses pétros dollars pour signer cette belle brochette de kids qui s’en vient

Reply

Leave a Reply: