LHJMQ | Phoenix, bilan saison 2018-19

« Ça prend du talent pour gagner, mais il n’y a pas que ça » – Jocelyn Thibault



Il y a maintenant 4 ans que le Phœnix a décidé de se séparer de Judes Vallée et de Patrick Charbonneau. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer sans aucun doute que c’était une bonne décision, autant pour le Phoenix que pour ces deux têtes de hockey et qu’elle avait été réfléchie par la haute direction.

Avant que Jocelyn Thibault et son personnel prennent le contrôle des décisions « Hockey » de l’équipe, l’identité sur la patinoire de celle-ci était sombre et pas très nette. Je dirais même que, jusqu’à ce moment, le Phœnix avait l’âme d’une équipe d’expansion, alors qu’elle aurait d’ores et déjà dû avoir son identité propre. Lundi, lors de la conférence de presse afin de tracer le bilan des activités « Hockey et marketing » de l’équipe cette année, nous pouvions percevoir de la fierté dans les yeux de Jocelyn Thibault, tandis qu’il prenait la parole pour aborder le sujet de cette fameuse identité :

« Avec les années, nous nous sommes crée une identité. Lorsque les gens se présente au Palais des Sports ou nous regarde à la télévision, ils peuvent dorénavant voir notre saveur et notre couleur. »

Au moment de leur (Julien et Thibault) embauche, plusieurs choses n’allaient pas comme ils le voulaient et ils ont rapidement su redresser le tir :

« La première saison après notre embauche, il fallait rebâtir l’équipe au niveau des joueurs et aussi au niveau de l’éthique de travail. »

Le travail accompli jusqu’à maintenant est incroyable puisqu’il y a désormais une marche à suivre bien établie au moment de repêcher et de faire l’acquisition d’un joueur.

Les acquisitions via le repêchage ou par voie du marché des transactions des dernières années démontrent bien dans quelle direction l’équipe se dirige. Jocelyn Thibault a voulu construire une équipe selon ses valeurs. Il veut des joueurs qui ont du caractère et une rigueur au travail, jour après jour.

Pour exprimer la situation lors de leur arrivée, Jocelyn Thibault a comparé son équipe à une maison :

« Nous avons travaillé très fort pour bâtir les fondations de cette équipe. Lorsque nous sommes arrivés en poste, les bases étaient très instables, ce n’étaient donc plus le moment d’ajouter du poids sur la maison. C’était plutôt le moment de construire des nouvelles fondations, solides cette fois-ci. […] Le but de l’équipe cette saison était de solidifier l’identité que nous avions mis en place. »

Toujours selon Jocelyn Thibault, maintenant que l’identité semble être bien implantée, cette équipe est prête à passer à l’étape suivante :

« Notre objectif est évidemment de monter au classement et atteindre le tiers du classement l’an prochain. Nous voulons prendre un autre niveau sur la patinoire. »

Si le plan initial était probablement de maintenir la nouvelle ligne directrice durant entre 2 ou 3 ans, celui-ci pourrait changer, puisque les dernières performances de Samuel Poulin, le capitaine et leader offensif de l’équipe, lui permettront peut-être de gagner un poste dans la LNH avant même ses 19 ans, ce qui rapetisserait forcément la fenêtre d’opportunité de gagner la coupe du Président. Du moins, c’est une possibilité que Thibault semble réellement envisager :

« Oui, possiblement que ça va avoir un impact sur nos décisions dans les prochaines semaines. Nous allons nous asseoir et analyser la situation dans quelques semaines. »

Par ailleurs, l’entraîneur de Samuel Poulin, Stéphane Julien, avait d’ailleurs beaucoup de bonnes choses à dire sur son capitaine qui se fera sans aucun doute repêcher par l’une des 31 équipes du circuit Bettman cet été :

« Je suis impressionné à tous les jours de ce jeune homme, c’est déjà un leader hors-pair et un pro à l’âge de 17 ans (il a eu 18 ans le 25 février), je suis très heureux de pouvoir compter sur lui. »



Un été mouvementé ?

Au niveau du statut des deux européens, Jocelyn Thibault n’a pas voulu s’avancer. Il a affirmé qu’il allait en discuter au moment de faire le bilan de la saison dans quelques semaines, mais qu’il n’était effectivement pas impossible qu’il y ait des changements.

Au moment de le questionner sur les mouvements de personnel et d’accélérer le processus en vue de gagner le trophée tant attendu durant l’été, le DG a toutefois répondu sans trop d’hésitation :

« Si nous ne faisons aucun changement, nous pourrions avoir une équipe très compétitive malgré tout. Nous allons débuter la saison suivante, avec probablement quelques changements, mais nous allons analyser la situation dans le temps des fêtes. Cependant, je n’ai jamais cru aux transactions, je suis un homme de hockey qui croit au repêchage et qui croit à la chimie dans une équipe. Ça prend du talent pour gagner, mais il n’y a pas que ça. »

Est-ce qu’il y aura des changements pour l’édition 2019-2020 ? Assurément, mais il n’y aura évidemment pas 16 nouvelles têtes…

La position du gardien de but à toujours été instable chez le Phoenix. L’an prochain, il y aura une importante congestion a cette position. Personnellement, je croyais que le Phoenix allait rechercher un gardien avec un bagage déjà acquis comme #1, mais tout porte à croire que Dakota Lund-Cornish, qui a connu des hauts et des bas depuis son acquisition dans le temps des fêtes, sera l’homme de la saison prochaine. En ce sens, Thibault n’a d’ailleurs pas caché ses intentions :

« Pour le moment, ce n’est pas une priorité de changer les choses a cette position. Dakota (Lund-Cornish) a dû jouer un rôle de gardien #1 pour la première fois cette saison et de la façon dont il a joué durant les séries, il (Julien) se sent très à l’aise de débuter avec lui. »

Il nous a également informé que le rétablissement de Thomas Sigouin, lui-même gardien, allait bon train et que son genou devrait être à 100% avant le prochain camp.

Toujours au sujet des gardiens de but de l’organisation, souvenons-nous qu’il y a quelques semaines de cela, le Phoenix avait pris la décision de suspendre Thommy Monette pour un temps indéterminé. Je me suis donc penché, lundi, sur son avenir avec la formation…

« Il fait encore partie de l’organisation. Thommy est un gardien de 17 ans qui est extrêmement talentueux. On va laisser retomber la poussière un peu et nous allons nous asseoir avec lui dans les prochaines semaines pour évaluer la situation. Je crois que la meilleure décision à prendre pour les deux clans était de nous séparer momentanément. » – Jocelyn Thibault.



Le Phœnix remerciera ses partisans lors du 5 à 7 annuel de fin d’année, jeudi soir. Il en profitera pour remettre des trophées aux joueurs les plus méritants d’après les partisans !


Crédit image entête, Vincent L. Rousseau/Phoenix de Sherbrooke

Marc-André Fortin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: