1

Les Pens et le cap…

Bon; le titre fit moins que les Caps et le cap, c’est vrai. Mais ce n’est pas moi qui choisi le nom des formations, he ! 

Les Caps et le cap…



Mardi dernier, nous avons donc débuté ce qui sera une série d’article sur les équipes qui devront manœuvrer avec bien peu d’espace sur leur masse salariale cet été. Après les Caps, voici venir le tour des Pens.

Quand on aligne deux joueurs comme Crosby et Malkin, forcément, le cap hit se retrouve déjà amputé d’un pourcentage conséquent. Heureusement, Sidney Crosby voue un culte au chiffre 87 et à son équipe, et se contente d’un très raisonnable 8.7M par saison jusqu’au terme de la campagne 2024-25. Son coéquipier, Evgeni Malkin, empoche quant à lui 9.5M par année jusqu’à l’été 2022.

À ces deux joueurs, il faut ajouter les « gros » salaires de Phil Kessel (6.8; merci au Leafs, sans quoi ce serait 8M) et Kris Letang (7.25M). Pour la saison prochaine, en plus des contrats de Patric Hornqvist (5.3), Nick Bjugstad (4.3), Justin Schutlz (5.5), il faudra ajouter l’augmentation salariale de Guentzel, qui empochera dès lors 6M par campagne jusqu’en 2023-24. Je présume qu’on peut ajouter le nom de ce dernier au groupe des intouchables de l’équipe.

Avec tous ces salaires, sans compter les 15.5 autres millions investis à la ligne bleue en Dumoulin, Maatta, Gudbranson et Johnson, on n’est pas surpris de retrouver Pittsburgh avec une aussi petite marge de manœuvre. Après avoir payé le gros prix pour s’emparer de deux coupes Stanley, et tenté d’en ajouter deux autres, en sacrifiant son avenir (1er 2015 – Perron, 1er 2018 – Kessel, 1er 2017 – Reaves, 1er 2018 – Brassard), Jimbo devra maintenant payer le prix pour tous ces gros salaires antérieurement consentis.

Si on tient pour acquis que le plafond salarial devrait grimper autour de 83M, les Penguins devraient alors disposer d’environ 3M de marge de manœuvre, considérant qu’ils ont déjà près de 80 millions répartis sur 18 joueurs. En clair, ça ne sera évidemment pas suffisant pour conserver les joueurs à prolonger et/ou dénicher du renfort sur le marché des joueurs autonomes.



Par conséquent, après avoir tout fait pour conserver son noyau, Rutherford devra finalement se résigner à transiger un gros morceau. Selon Jason Mackey du Pittsburgh Post-Gazette‘s, toutes les options seraient sur la table. Toutes, sauf celles de transiger Sidney Crosby et Matt Murray. Est-ce que le moment serait venu de bouger Malkin ? À 33 ans (le 31 juillet prochain), je crois qu’il s’agirait du moment opportun pour effectuer un mouvement en ce sens. Ce qu’on pourrait qualifier de reset. Malgré son âge et ses blessures, le gros bonhomme bénéficie sans aucun doute encore d’une très belle valeur sur le marché des transactions. Cela dit, plus on attendra, plus celle-ci baissera.

Mais bon, une telle décision ferait sans doute beaucoup de bruit. Avant de s’y risquer, on pourrait croire que la Direction se tournera d’abord vers Kessel. Le underdog Hot-dog des Pens vient de compléter les deux dernières campagnes avec un impressionnant total de 174 points. Là-dessus, on dénombre 61 filets… Considérant qu’une partie de son salaire est déjà retenu à Toronto, le simple fait de retenir un petit million supplémentaire pourrait grandement facilité la tâche des décideurs de l’équipe. En plus de contribuer à augmenter sa valeur. Qui dirait non à un joueur de sa trempe, s’il coûtait tout à coup seulement 5.8M ? Cela dit, je ne crois pas que les Penguins soient forcés d’éponger une partie de son salaire, si ce n’est que pour augmenter sa valeur, tel que susmentionné.

Évidemment, avec les récentes difficultés de cette formation, il était bien certain qu’on allait voir le nom de Letang s’ajouter aux rumeurs. Sujet aux blessures récurrentes, l’arrière de 32 ans se veut tout de même un sérieux atout pour une équipe qui se cherche un quart-arrière. Avec ses 56 points, dont 16 buts (!), en seulement 65 matchs cette saison, le Québécois a démontré qu’il avait encore bien de l’essence dans le réservoir. Un peu comme dans le cas de Malkin, Letang pourrait néanmoins se révéler une bonne monnaie d’échange pour une équipe qui désire tenter d’éviter d’emprunter le chemin de la reconstruction…

N’oublions pas Maatta, 4.083M pour encore 3 autres saisons, dont le nom n’en fini plus de ressortir dans les rumeurs de transactions… Brian Dumoulin (4.1M par saison jusqu’en 2022-23) pourrait également être considéré comme un bon candidat pour un échange comptable. Cela dit, Dumoulin, un arrière complet et très fiable dans sa zone – il a terminé le calendrier régulier avec un excellent et impressionnant différentiel de +31 ! -, semble être très apprécié par l’équipe. Rutherford n’a d’ailleurs pas hésité à utiliser Dumoulin en guise de comparaison, lorsqu’il a procédé à l’acquisition du jeune Marcus Pettersson.

Bref, si on ignore encore qui changera d’adresse, on sait que ça risque de brasser à Pittsburgh cet été !



Si vous avez apprécié cet article, réjouissez-vous ! D’ici quelques jours, nous allons revenir à la charge avec les Leafs. Ma gang de chanceux, vous autres ! 


Ailleurs dans la LNH
Si vous l’avez manqué, voici le plus récent papier de Félix Gosselin sur le bel accomplissement du Bunch of Jerks !

De « Bunch of Jerks » à équipe prétendante !




Crédit image entête, NHL.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Les Flames et le cap... - Hockey Herald - mai 16, 2019

[…] Les Pens et le cap… […]

Reply

Leave a Reply: