Les Oilers pourraient préparer le départ de RNH

Bien que ce ne soit pas forcément fréquent, des transactions peuvent se conclure après la date limite des transactions. Puisque le/les joueur(s) obtenu(s) ne pourrai(en)t pas participer au parcours éliminatoire de sa nouvelle équipe, il s’agit bien sûr de transactions mineures… Dans les faits, deux équipes exclues des séries pourraient très bien choisir de s’échanger deux gros noms. Par exemple, les Sens et le Tricolore pourraient décider demain matin de conclure une transaction impliquant Pacioretty et Hoffman. Mais, ça n’arrivera pas. On parle pour parler. Toujours est-il qu’hier les Oilers ont mis la main sur les droits du joueur de centre Cooper Marody. En retour, les Flyers obtiennent un choix de 3e ronde à l’encan 2019. Pas trop mal, considérant que Marody est une sélection de 6e tour, 158e au total, de l’organisation en 2015, malgré un talent décent…

Il faut dire, également, qu’avec 47 joueurs sous contrat – 3 sous la limite permise – Hextall devait prendre des décisions. De plus, avec l’envol de Sean Couturier – 70 points déjà, alors qu’il en avait précédemment obtenu 39 à ses deux meilleures campagnes -, suite au départ de Brayden Schenn vers St-Louis, et le jeune Nolan Patrick qui apprend le métier en pilotant la 2e ligne, les Flyers n’ont pas à trop s’en faire pour l’avenir de leur ligne de centre… Et c’est probablement le même constat qu’a fait Marody, à l’aube de son arrivée chez les pros. Il y a même le vétéran Valtteri Filppula qui fait très bien, avec 32 points au centre du 3e trio. Cependant, à 34 ans et écoulant la dernière année restante à son contrat, il y aurait peut-être eu une ouverture pour Marody. Mais bon, ce dernier désire peut-être l’assurance d’obtenir du temps de jeu de qualité… Quant au choix de 3e ronde cédé pour l’acquérir, il s’agit de celui obtenu dans la transaction envoyant Maroon aux Devils, lors de la dernière date limite des transactions.

Enfin, il n’est pas dit que le jeune centre, issu de l’Université du Michigan, acceptera de se joindre aux Oilers sans d’abord tester son autonomie. Mais, je pense que les chances sont bonnes pour qu’il accepte un pacte, son premier dans la LNH. C’est qu’à Edmonton, sauf en ce qui concerne McDavid bien sûr, on ne semble pas trop savoir que faire des centres dont on dispose… Draisaitl passe régulièrement du centre à l’aile, pour revenir au centre, avant qu’on ne le ramène sur le flanc de McDavid, alors qu’on fait parfois la même chose avec RNH.

Ce dernier étant potentiellement à risque de quitter au cours de l’été qui s’en vient, j’y vois une belle opportunité à saisir pour Marody. D’autant plus que Ryan Strome est un autre centre qui, en plus de décevoir, est également régulièrement muté à l’aile. Quand je dis décevoir, je parle de Chiarelli… hormis celui-ci, qui était vraiment enthousiaste de voir Strome s’amener en retour d’Eberle ? Mais, bon, bien qu’il ne fasse pas des points à la tonne (33, dont 13 buts, en 73 parties), je dois admettre qu’il se débrouille bien dans les circonstances. Même défensivement, il fait ce qu’il faut, en maintenant un différentiel neutre de =/- 0… à seulement 24 ans, il a encore le temps de s’améliorer. Si on transige Nugent-Hopkins, on pourrait être tenté d’essayer une ligne de centre composée de McDavid et Draisaitl, avec Strome et Marody comme option pour compléter la 3e ligne, voire la 2e si on juge que Draisaitl est plus utile en tant qu’ailier, et du temps sur la 2e vague de powerplay. Pas bête, tout ça… Il y a également Jujhar Khaira qui peut également évoluer au centre… à 23 ans, il connait une saison correcte, avec 20 points en 60 parties jusqu’à maintenant. Fait à noter : les 4 premiers pointeurs des Huiles (McDavid, Draisaitl, RNH, et Strome, sont tous des centres naturels). 

Toujours est-il que, puisqu’on semble encore indécis quant à savoir qui est un centre ou un ailier, Marody pourrait très bien y voir une ouverture. Le moins qu’on puisse dire, d’ailleurs, de ce natif Brighton au Michigan, c’est qu’il intrigue. En effet, après une belle récolte de 14 filets, 32 passes et un différentiel de +17, bon pour 46 points en 37 parties (1.24 points par match) à sa dernière année dans la plus ancienne conférence de la NCAA, il s’est mérité du même coup le titre de meilleur compteur du Big Ten. Marody est ainsi devenu le 3e Wolverine (Pacioretty y a disputé une saison, avant de se joindre aux défunts Dogs d’Hamilton) à remporter ce championnat des pointeurs, après Zach Hyman en 2015 et Kyle Connor en 2016.

Malheureusement, ces jeunes semblent de plus en plus se tourner vers l’autonomie, une fois leur parcours universitaire terminé… le luxe de la pleine autonomie est quelque chose qui devrait se gagner, à mon avis. Mais, bon, c’est les règles et ça fait parti du jeu… Ceci dit, bien que ça ne m’empêchera pas de dormir, j’admets volontiers qu’il en est un que j’aurais bien voulu voir débarquer à Montréal. Bien honnêtement, je suis plutôt du genre à rouler des yeux, lorsque je vois quelqu’un lâcher ce genre de réplique. La dernière fois que j’ai dis quelques chose du genre, c’est lorsque ces mêmes Flyers ont transigé Schenn, justement… Mais, considérant une lacune notable à une certaine position, j’aurais plutôt bien accueilli la nouvelle de l’acquisition du jeune centre droitier de 6’01 et 190lb qu’est Cooper Marody… un candidat au prochain trophée Hobey Baker, de surcroît. Will Butcher est le dernier à l’avoir remporté. Mais bon… rien ne nous dit que Bergevin n’a pas tenté de l’obtenir, et s’il ne l’a pas fait, il avait sans doute ses raisons. À sa défense, on pourrait rappeler la grogne populaire qui s’est emparée de la horde de fans montréalais, alors qu’il a laissé filer Shipachyov l’été dernier… Comme je le dis souvent : Qui vivra verra. Après tout, il ne faut pas trop s’exciter avec un joueur qui devrait somme toute évoluer sur un 3e trio :

À Montréal, on peut quand même miser sur De la Rose !
Bien sûr, je blague… mais depuis le départ de Tomas Turtleneck vers Toronto, le gros suédois joue avec plus de confiance, au fur et à mesure qu’on lui accorde plus de responsabilités – l’absence de Danault et Shaw, aide un peu -, avec 6 points, dont 3 buts et un différentiel de +2, en 13 parties. Avant ça, DLR n’avait obtenu aucun point à ses 15 matchs précédents (-4), et il fallait remonter au 2 décembre, dans un duel face aux Wings, pour le voir s’inscrire à la feuille de pointage (3 points, +4)… Qui sait, Bergevin profitera peut-être de la situation pour soutirer RNH aux Oilers… Oui, on veut Tavares, mais bon… à ce stade, je prendrais à peu près n’importe quel centre.


Crédit image entête, Oilersnation.com

 

 

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: