Les meilleurs partisans ?

Certains amateurs croient fortement que les meilleurs partisans de la ligue sont à Montréal. Entre autres, parce que l’équipe remplit les gradins à pratiquement tous les matchs. Mais est-ce que c’est la réalité, sommes nous les meilleurs fans du circuit ? Ceux qui sont allés à Nashville peuvent témoigner que l’ambiance est tout aussi excellente dans le Bridgestone Arena. L’arrivée de Vegas dans la grande ligue a aussi amené une équipe avec une nouvelle façon de faire pour attirer des partisans. Il y a surement encore là quelques personnes qui peuvent en témoigner.



Évidemment, le Tricolore compte sur beaucoup de partisans de tous les genres. Avec sa riche histoire, les Canadiens de Montréal ont une base de partisans qui se renouvelle souvent de père en fils. Plusieurs nous disent que nous vivons dans le passé, mais nous avons un grand passé et il faut s’en souvenir. Beaucoup de partisans sont même restés des partisans malgré leur déménagement un peu partout sur la planète. Le club 1909 a été créé en quelque sorte pour ces partisans d’un peu partout.

Je ne mentirai pas, je ne connais pas vraiment les autres marchés. J’aime bien regarder les articles de RDS ou de la LNH qu’on peut voir sur Facebook, Twitter ou n’importe quel réseau social. Parfois, je commente, j’argumente et tente de défendre nos joueurs, nos entraîneurs ou nos partisans.

Le constat que j’en fais ? Beaucoup trop de partisans négatifs qui ne voient que les problèmes et trouvent seulement des erreurs à nos dirigeants. Ces soi-disant fans ne font que critiquer l’équipe. Et à lire les différentes chroniques sur les médias sociaux et regarder les tonnes de commentaires, il y en a vraiment beaucoup ! Les gens ont de la difficulté à laisser les dirigeants s’occuper de leur équipe. Bien sûr, je suis conscient que c’est un peu comme ça dans tout.  Quand les gens voient que ça ne fonctionne pas comme eux voudraient que ça fonctionne, ils ont tendance à le dire et dans le cas d’une organisation comme le CH, c’est sur les médias sociaux que ça se passe.

Je fais parti du conseil d’administration du chœur de mes filles et c’est semblable, mais à bien plus petite échelle.  Certains parents ont de la misère à voir où est-ce que le chef de chorale veut aller avec sa façon de diriger les pratiques. Parfois, certains parents trouvent que les enfants ne progressent pas beaucoup et ne seront certainement pas prêts pour le spectacle de fin d’année. Quand on arrive au spectacle, on se rend finalement compte que les enfants sont tout à fait prêts et qu’ils ont en fait été très bien préparés. Ce chef de chœur a étudié la musique et connaît son métier. Il sait comment préparer les enfants, et il faut le laisser faire. Je crois sincèrement que c’est la même chose que nous devrions faire avec l’organisation du CH. Ils vont faire des erreurs et nous ne serons certainement pas d’accord avec tout ce qu’ils vont faire, mais ils ont une idée et une destination en tête. Il n’y a pas le moindre doute qu’ils vont travailler dans l’intérêt de l’équipe afin de l’amener là où ils veulent l’amener.



Où est-ce que je veux en venir avec tout ça ? Dernièrement, nous avons eu droit à l’épisode Jesperi Kotkaniemi…  Malgré le fait que la majorité des partisans ne le voyaient pas débuter sa carrière dans la LNH dès cette saison, cette même majorité croit aujourd’hui que monsieur Julien ne devrait pas laisser le jeune de côté. Il ne sait pas ce qu’il fait, dit-on. Je parle de Claude Julien parce que c’est l’entraîneur-chef et que c’est lui qui prend la décision finale, mais je dirais que qu’un certain Dominic Ducharme a certainement dû y mettre son grain de sel. On parle d’un entraîneur-adjoint qui s’occupe des attaquants et qui débarque fraîchement du junior. Il est donc habitué de composer avec les jeunes joueurs.



C’est la même chose avec les événements d’hier. Plusieurs personnes s’en donnent à cœur joie, suite à la défaite avec Antti Niemi devant les buts. Après 2 ou 3 buts, Julien et son personnel d’entraîneurs auraient dû le retirer et ramener Price. Allo, le long congé ! Encore une fois, ils ne savent pas ce qu’ils font. C’était vraisemblablement le dernier match de Niemi dans l’uniforme du Tricolore et Price avait besoin d’un dernier congé pour affronter le reste du calendrier régulier.

En résumé, qui croire le plus ?  Les partisans mécontents du fait que leur jeune vedette soit sur le banc et que leur gardien étoile soit au repos ou un groupe d’entraîneurs qui sont formés et ont de l’expérience pour ce genre de choix ? Et puis, on s’entend qu’on est loin de la gestion brouillonne qui a mené Edmonton à l’hécatombe ! En général, surtout récemment, les décisions prises par l’équipe se sont avérées payantes. Avec Domi, Tatar, Kotkaniemi, pourtant toutes des actions d’abord impopulaires et prises à l’encontre de l’opinion publique, et même un joueur marginal comme Kulak, les faits sont là. Enfin, pour ce qui est du très critiqué Claude Julien, je vous rappelle qu’il est toujours possible qu’il parvienne à mener en séries un groupe que pratiquement tout le monde classait dans les bas-fonds de la ligue au début de la saison. Les Canadiens, disait-on, seraient pathétiques et ne pourraient pas marquer de buts. Pas avec les pertes de Galchenyuk et Pacioretty. Pas avec le système défensif étouffant de Julien. Et pourtant, cette équipe marque en moyenne 3 buts par match depuis le début de la saison.

… Après tout, se pourrait-il que Claude Julien, ses entraîneurs, les penseurs et les décideurs de cette équipe aient une petite idée de ce qu’ils font ?

Nous ne sommes évidemment pas obligés d’être en accord avec chacune des décisions prises par cette équipe, loin s’en faut. Mais il faudrait vraiment apprendre à attendre et observer les résultats avant de trop critiquer. Avant toute chose, il faudrait être capable de prendre du recul et se demander « pourquoi », en essayant vraiment de chercher la réponse. Pourquoi Koktaniemi a été laissé de côté ? Parce qu’il a joué beaucoup de hockey depuis deux ans et qu’il n’est pas habitué de jouer à un tel niveau sur une aussi longue période. Parce qu’il est jeune et qu’il doit encore apprendre et parce que ça devenait de plus en plus difficile pour lui dernièrement, en plus de ses ennuis bien documentés sur la route. Pourquoi avoir envoyé Antti Niemi dans la mêlée ? Parce que Price venait de disputer 15 matchs de suite. La dernière fois que Niemi avait obtenu un départ, le 17 février dernier, Price a dû sauter sur la glace pour le relever après à peine plus de 10 minutes de jeu. Oui, l’équipe a perdu, en grande partie à cause de Niemi. Mais mieux vaut perdre un match maintenant que de terminer la saison avec un gardien épuisé.

Comme dirait un certain Carey Price : Chill out !


Crédit image entête, NHL.com

Marc-André Breault
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: