1

Les Leafs et le cap…

Après avoir abordé la situation salariale des Caps puis des Pens, voici venir le tour des Maple Leafs…

Ce n’est pas un secret, Kyle Dubas devra bien réfléchir à la direction qu’il souhaite prendre, puisque les choix qu’il fera risquent de drastiquement influencer l’avenir de son équipe. Cela dit, la situation à Toronto n’est peut-être pas aussi dramatique qu’on pourrait d’abord le croire.


D’entrée de jeu, malgré un peu plus de 74M répartis sur 17 joueurs, on sait évidemment déjà que le cap-hit de 5.3M de Nathan Horton sera placé sur la liste des blessés à long terme. Ensuite, bien qu’il faille sortir les gros bidous pour un certain Mitch Marner, qui n’a vraisemblablement pas l’intention de laisser de l’argent sur la table, il devrait y avoir un peu plus de marge de manœuvre pour y parvenir après avoir transigé William Nylander et ses 6.9M annuellement.

En plus de s’être permis une charmante petite grève, Nylander n’a pas été en mesure de justifier son nouveau salaire. Après s’être contenté d’une production de 27 points en 54 matchs (0.50), l’attaquant s’est vu limité à un total de 3 points en 7 joutes éliminatoires… Pis encore, lorsque son coéquipier, Nazem Kadri a dû s’absenter pour soigner une grave blessure (crampe au cerveau), Nylander s’est révélé absolument incapable de saisir l’occasion de passer au niveau supérieur. Considérant ceci, il semble assez logique de supposer que les Leafs pourraient saisir l’opportunité d’alléger leur masse de 7M d’un coup… D’autant plus que le nom de l’enfant-terrible de Toronto circulait déjà intensément dans les rumeurs de transaction. Jouissant sans aucun doute toujours d’une excellente valeur, le transiger pourrait également permettre à l’équipe de mettre la main sur un bon jeune défenseur, pas trop cherrant.

Parlant de Kadri, qui a purgé plus de matchs de suspension qu’il en a joués au cours des deux derniers printemps (6 vs 8), il se veut évidemment un autre candidat tout désigné pour une éventuelle transaction. Bien qu’il fût limité à 44 points (en 73 matchs) cette saison, le joueur de centre a d’ores et déjà prouvé qu’il pouvait marquer 30 buts et produire une soixantaine de points. Des statistiques sans aucun doute des plus alléchantes pour une formation qui n’aurait pas la chance de pouvoir miser sur une aussi belle profondeur que les Leafs à cette position… Justement, pour ces derniers, les 4.5M qu’il empoche à chaque saison jusqu’en 2021-22 représentent sans doute un montant conséquent. Pourtant, ailleurs dans la LNH, ce salaire parait beaucoup plus alléchant, pour les équipes qui ne composent pas avec les mêmes contraintes salariales…

Si Toronto en venait à transiger ces deux joueurs, on se retrouverait alors avec plus ou moins 20M de disponibles sur la masse, moins le salaire des joueurs obtenus en retour. Considérant qu’on est bien conscient qu’il faut profiter de la fenêtre, il serait effectivement assez surprenant de voir les décideurs bouger uniquement pour des choix et des prospects… Soyons conservateurs, et présumons que Dubas pourrait se retrouver avec plus ou moins 15M de libre pour signer quelques-uns de ses pions qui risquent de quitter parmi ses futurs joueurs autonomes, en Ron Hainsey, Jake Gardiner, Andreas Johnsson et Kasperi Kapanen.

Du lot, il est généralement acquis que Gardiner ne devrait pas revenir. Selon toute vraisemblance, le défenseur sera trop cher. En ce sens, l’acquisition de Jake Muzzin – b’en oui, le Karl Alzner des Leafs -, encore sous contrat pour une autre saison au très raisonnable salaire de 4M, se veut une excellente décision. D’autant plus que, malgré toute sa bonne volonté, Ron Hainsey, à 38 ans, ne rajeunit pas… De toute façon, si on décidait de ramener ce dernier, je doute qu’il coûte très cher. Bien qu’il ait été limité à une seule passe ce printemps, le vétéran a tout de même très bien tiré son épingle du jeu cette saison, terminant le calendrier régulier avec une récolte de 23 points et un différentiel de… +30. Au cours des deux dernières campagnes, Hainsey encaissait 3M par saison. À mon avis, il ne serait pas surprenant d’accepter une légère diminution de salaire afin de prolonger son séjour à Toronto. En ce qui me concerne, cette ville représente le meilleur fit pour l’expérimenté arrière.



Malheureusement, même si Hainsey acceptait un contrat à rabais, les dollars économisés avec ce dossier ne suffiraient pas à régler le problème financier qui se dessine à l’horizon. En effet, du plus ou moins 15M projetés plus haut, il ne restera pas grand chose après que Marner ait apposé sa signature au bas de son nouveau contrat. Pas quand les insiders avancent que ce dernier exigerait autour de 11M…

Par conséquent, afin de pouvoir retenir les services d’au moins un des deux attaquants qui risquent de partir, en Kapanen et Johnson, en plus des morceaux qu’il faudra ajouter pour compléter le tableau – un peu comme le jeune qu’il vient tout juste de signer -, il faudra lâcher encore un peu de lest. Par contre, en plus de Nylander et Kadri, les Leafs ont la chance d’avoir un autre pion à larguer en cas de besoin… Je fais bien entendu allusion au bon vieux Patrick Marleau et ses 6.25M par saison. Cela dit, en plus d’être un peu plus compliqué à échanger que les deux autres en raison de son âge vénérable avancé, Marleau bénéficie d’une clause de non-mouvement complète rattachée à son contrat. À 39 ans – 40 en septembre -, une récente campagne de 39 points, ça risque de sincèrement compliquer le tout. Après tout, à son âge, il semble peu probable de voir Marleau accepter d’être expédié dans une formation moribonde qui ne risque pas de faire les séries. Le bon côté des choses, c’est qu’il reste une seule année à son contrat.

En conséquence, tenant compte de tous les éléments susmentionnés, il ne semble pas impossible de voir les Leafs être forcés de se résoudre à échanger le fameux Mitch Marner, plutôt que de risquer de le perdre via la voie d’une offre hostile. C’est bien beau les fameux 4 choix de 1ere ronde, je crois que Dubas préférerait encore avoir le choix de de décider ce qu’il obtiendra en retour, en lieu et place d’une flopée de peut-être

Heureusement, une fois cette tempête passée, les Leafs devraient pouvoir souffler un peu. Le prochain gros dossier à régler, celui de Morgan Rielly, étant beaucoup moins stressant du fait que le contrat de celui-ci (un très raisonnable 5M par saison) viendra à échéance dans seulement 3 ans, à l’été 2022. Entre-temps, surtout grâce à l’arrivée de Seattle, le plafond devrait avoir appréciablement monté de quelques millions. Il y a bien Frederik Andersen, dont le pacte arrivera à terme une année plus tôt, mais chaque chose en son temps ! D’ici-là, bien des choses pourraient encore se produire.

Si vous avez apprécié cet article, réjouissez-vous ! D’ici quelques jours, nous allons revenir à la charge avec les Bolts. Ma gang de chanceux, vous autres ! 

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter


En Prolongation
Si vous l’avez manqué, voici les deux premières parties de cette série d’articles portant sur les différentes situations salariales d’équipes qui risquent d’en arracher :

Les Pens et le cap…

Les Caps et le cap…




Crédit image entête, MapleLeafsShotStove.com

 

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Les Bolts et le cap... - Hockey Herald - mai 11, 2019

[…] Les Leafs et le cap… […]

Reply