Les Flames et le cap…

Aujourd’hui, c’est au tour des Flames de passer au tordeur de l’analyse salariale. Après une étonnante campagne de 50 victoires et 107 points, bon pour le tout premier rang de l’Association de l’Ouest, les hommes de Bill Peters se sont fait montrer la sortie en première ronde par la bande à MacKinnon… Véritable puissance offensive de la ligue, venant au 2e échelon à égalité avec les Sharks avec 289 buts chacun, derrière les Bolts (325 buts), les Flames se retrouvent pourtant dans une assez bonne position en prévision de l’été à venir.

En effet, contrairement à une idée bien répandue, cette équipe n’aura pas à faire face à de gros problèmes durant l’été. En tout cas, rien d’aussi alarmant que les autres équipes précédemment abordées dans cette série d’articles portant sur les équipes qui pourraient avoir des choix difficiles à faire. Considérant le succès remporté par cette série, j’ai d’ailleurs décidé de la prolonger à toutes les équipes de la LNH, incluant celles qui seront avantageusement positionnées.

À Calgary, avec un peu plus de 71.5M d’engagés sur 23 joueurs, on disposera d’environ 11 millions et demi pour s’occuper des gros dossiers. À savoir, la prolongation de contrat de Mathews Tkachuk et la quête d’un bon gardien. Quand on tient compte des 5.75M accaparés par le gros contrat de James Neal, on s’aperçoit que ce n’est vraiment pas si mal… Considérant que les bons gardiens sont rarement disponibles sur le marché des joueurs autonomes, on risque de voir Brad Treliving se tourner vers le marché des échanges. Puisqu’il faut donner pour recevoir, il pourrait même en profiter pour essayer de relâcher un peu de lest dans l’exercice.

Certes, Tkachuk, qui vient de terminer le calendrier régulier avec une excellente récolte de 34 buts et 77 points, risque de coûter assez cher, et un bon gardien numéro 1 vient avec un certain prix. Mais, en soustrayant les 4.5M qu’empochaient Mike Smith, on règle déjà une partie de ce dernier problème.

C’est que la grande majorité des gros canons de l’équipe empochent actuellement des salaires tout à fait raisonnables :

Johnny Gaudreau : 6.75M (pour encore trois autres saisons)
Sean Monahan : 6.735M (quatre autres saisons)
Elias Lindholm : 4.85M (cinq autres saisons)
Mark Giordano : 6.75M (trois autres saisons)
Noah Hanifin : 4.95M (cinq autres saisons)
TJ Brodie : 4.65M (pour une dernière saison)
Travis Hamonic : 3.857M (une dernière saison)

Même Mikael Backlund, qui vient de produire 21 buts et 47 points à 30 ans, n’est actuellement pas si cher à 5.35M par saison. Dans son cas, le problème se trouve au niveau de la durée du contrat, puisqu’il est peu probable qu’il parvienne à produire aussi bien jusqu’à 35 ans. En d’autres mots, il risque de rapidement devenir trop cher. Mais bon, on a déjà vu pire. Si James Neal trouve le moyen de rebondir après sa désastreuse campagne de 19 points, et revenir à une production d’environ 20-25 buts et 40-45 points, son salaire passera également mieux dans la gorges des partisans de l’équipe. Cela dit, le vétéran est lui aussi sous contrat jusqu’à ses 35 ans… De toute façon, les options ne manquent pas. En plus d’un éventuel rachat, il y a toujours la possibilité d’effectuer une transaction de type salary dump, ou encore de le transiger en retenant une partie de son salaire – disons 2M – pour l’expédier à une équipe qui désire ajouter un peu de profondeur. Avec cette dernière option, on se retrouverait à épargner un précieux 3.75M par année.

Toujours à l’attaque, le contrat de Michael Frolik, à hauteur de 4.3M par année, viendra à échéance au terme de la prochaine campagne. Rien de trop embêtant, donc. Et puis, l’ailier de 30 ans a tout de même su faire sa part en engrangeant 16 buts et 34 points en seulement 65 matchs. Pour ce qui est du contrat du défenseur Michael Stone (3.5M), il viendra également à échéance l’été prochain. Encore une fois, on constate qu’il n’y a rien d’insurmontable à Calgary. Même Derek Ryan, 32 ans, n’a pas déçu après avoir rejoint son entraîneur en Alberta. Avec ses 38 points, il a offert exactement le genre de production qu’on pouvait attendre de lui. De surcroît, l’attaquant a terminé le calendrier régulier avec un excellent différentiel cumulatif de +21. S’il est en mesure de poursuivre dans la même veine, on pourra même considérer son contrat (2 autres année à 3.125M par saison) comme une sorte de belle petite aubaine.

Parmi les autres joueurs qui auront des ententes à renouveler cet été, on retrouve le jeune Sam Bennett. Par contre, l’avant de 22 ans est un RFA et ne sera pas exactement en mesure d’exiger la lune. Enfin, au niveau des rachats, ceux de Bouma et Murphy étant complétés, il reste seulement celui de Troy Brouwer à assumer (1.5M jusqu’en 2021-22). Ce qui pourrait venir appuyer la thèse voulant qu’on projette de racheter le lourd contrat de James Neal advenant qu’on ne parvienne pas à s’en débarrasser. Si on en vient à cette extrémité, l’empreinte salariale du vétéran passera un peu moins de 2M (1,916,667) par saison sur une période s’échelonnant sur 8 ans.

Bien entendu, s’ils désirent augmenter leurs chances de connaître plus de succès l’année prochaine, les Flames ne pourront pas se contenter de revenir avec la même équipe. Outre un bon gardien, ils devront donc effectuer un ou deux autres changements. Bien qu’ils n’aient pas l’argent pour se gâter sur le marché des joueurs autonomes, il faut dire qu’ils n’ont pas non plus l’espace pour ajouter un joueur sans en céder un en retour. Du coup, on risque de les voir récidiver, après la fameuse transaction qui a amené Lindholm et Hanifin à Calgary en retour de Ferland et Hamilton l’été dernier. Il ne reste plus qu’à leur souhaiter d’avoir à nouveau la main aussi heureuse. Pour le reste, si les jeunes stars à l’attaque des Flames poursuivent leur ascension, ça devrait assez bien se passer.

Pour vous abonner au Herald, suivez ces liens : Facebook et Twitter

… Veuillez prendre note que nous sommes toujours à la recherche de nouveaux talents pour venir grossir les rangs de notre belle équipe. Si vous avez le désir d’écrire en vous, n’hésitez surtout pas à prendre contact avec nous.


En Prolongation
Si vous l’avez manqué, voici les trois premières parties de cette série d’articles portant sur les différentes situations salariales d’équipes qui risquent d’en arracher au niveau monétaire :

Les Knights et le cap…

Les Bolts et le cap…

Les Leafs et le cap…

Les Pens et le cap…

Les Caps et le cap…

Si vous avez apprécié cet article, réjouissez-vous ! D’ici quelques jours, nous allons revenir à la charge avec les Jets. Ma gang de chanceux, vous autres ! 


Crédit image entête, SportsNet.ca

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: