2

Les Caps et le cap…

Qu’ont en commun les Caps, les Pens, les Leafs, le Lightning et les Knights ? Outre une élimination hâtive en séries, ces clubs devront tous composer avec des contraintes salariales serrées cet été…

Chez les Capitals, après la conquête de 2018, on a réussi à larguer un peu de salaire avec la transaction Orpik/Grubauer. Grâce à cet exercice, la Direction est parvenue à épargner un non-négligeable 4.5M sur le salaire de Brooks Orpik, qu’on a immédiatement rapatrié après son rachat par les Av’s. À ce montant, on peut ajouter les 3.33M par saison qu’a accepté Philipp Grubauer pour se lier au Colorado. Ces économies de près de 8M (7.83) auront permis aux Caps d’entamer la saison 2018-19 avec grosso-modo la même formation que celle qui a soulevé la Coupe quelques semaines plus tôt…


Malheureusement, les Canes ont causé une surprise en empêchant les Caps de pouvoir imiter les Penguins en collant un deuxième championnat de suite. De sorte que McLellan, le DG de la formation, devra entamer son nouvel exercice financier avec une saveur bien différente de l’année dernière. Avec plus ou moins 74 petits millions d’engagés sur seulement 16 joueurs pour la saison à venir, il devrait disposer d’un peu moins de 9M pour manœuvrer. Avec entre autres Jakub Vrana et Brett Connolly à prolonger, ça risque d’être un peu serré. En conséquence, plusieurs intervenants croient que le défenseur Matt Niskanen et ses 5.75M pour encore deux autres campagnes pourraient se retrouver sur le marché. Pour d’autres, Andrei Burakovsky, dont le nom revenait sans cesse dans les rumeurs de transaction des deux dernières années, est un candidat tout désigné alors qu’il s’apprête à devenir RFA. Cette saison, le gros ailier a empoché 3M.

Parmi les autres pions à signer, des joueurs comme Carl Hagelin (1.875) et Brooks Oprik (1M) ne devraient pas coûter très cher à retenir, si tant qu’on choisisse d’aller dans cette direction. D’autre part, en laissant aller Devante Smith-Pelly, on pourrait économiser un autre million sur la masse.

Avec tous les éléments, je crois que les Capitals sauront manœuvrer sans trop de difficulté. Une fois de plus, ils devraient être en mesure de conserver leur noyau intact. Des 4 clubs mentionnés en introduction, je crois que Washington est celui qui se retrouve dans la meilleure posture financière. Cela dit, puisqu’on ne saurait justifier l’échec contre la Caroline par la seule absence de T.J. Oshie – blessé pour les 3 dernières joutes -, je pense qu’on devrait envisager de pousser plus loin l’exercice. Tenter de frapper un gros coup ou signer un gros nom. Auquel cas, il faudra trouver une solution supplémentaire pour lâcher du lest.



D’autant plus que Brian MacLellan a su démontrer qu’il savait faire preuve d’imagination avec la gestion du dossier Brooks et celui de DSP. 300K, c’est 300K !

Enfin, si je trouve toujours que le fait de laisser partir Barry Trotz était une erreur, il faut bien reconnaître que Todd Reirden a fait du bon boulot. Mine de rien, il est parvenu à maintenir à peu près le même dossier que son prédécesseur… une Coupe en moins :

HockeyDb.com

Si vous avez apprécié cet article, réjouissez-vous ! Demain Dans quelques jours, nous allons revenir à la charge avec les Pens. Ma gang de chanceux, vous autres ! 


Crédit image entête, Patrick McDermott/Getty Images via BleacherRepport.com


Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments
Les Pens et le cap... - Hockey Herald - mai 5, 2019

[…] Les Caps et le cap… […]

Reply