1

Le Roi est mort, vive le Roi

Lorsque Sakic et Roy se sont amenés en sauveurs à la tête de la franchise du Colorado, poussant « subtilement » Greg Sherman, alors DG de l’Avalanche, vers la sortie, j’étais très perplexe. On connait tous la suite, après une surprenante saison, les Av’s ont fait patate une première fois, puis une deuxième, alors que la grogne et la controverse s’emparaient de l’équipe. Dès l’instant où Roy a compris que Sakic allait exécuter son pouvoir exécutif (la pognes-tu ?), l’ancien portier étoile a fait ce qu’il a toujours fait le mieux : Il a claqué la porte. Bedang ! Ouais, ma porte fait un drôle de bruit… 

Le Roy de quoi ?

S’en est suivi une autre saison de misère, sous l’égide de Jared Bednar, alors que les troupiers du nouvel entraîneur-chef, avec des performances d’une médiocrité historique, ne pouvaient faire mieux qu’une piètre récolte de 48 points. L’été venu, Joe Sakic y allait tout de même d’un vote de confiance envers son coach encore vert, attirant du même coup les critiques vers lui, pendant qu’ailleurs on pleurait encore la « perte » de Roy.


Puis, en novembre dernier, vint l’échange tant attendu de Matt Duchene, expédié à Ottawa dans une transaction monstre qui a causé l’usure prématurée de bien des touches sur les claviers de ceux qui s’attardaient sur le sujet. Dès lors, l’Avalanche s’est déclenchée, tandis que Nathan McKinnon prenait les choses en mains. Avec l’aide de Rantanen et Landeskog, quand même ! Le reste fait déjà partie de l’histoire; en plus de priver les Blues d’une présence en séries, les Av’s ont même trouvé le moyen de donner du fil à retordre aux Champions du calendrier régulier, les Predators de Nashville.

Joe Sakic a toutes les raisons de sourire

Signe que l’équipe se portait bien, Andrew Hammond, le célèbre Hamburglar, a semblé brièvement revivre, lorsqu’on a fait appel à ses services, alors que l’équipe était au bord de l’élimination. Quand la puck glisse pour toi… 

Bref, on ne bâtit pas une équipe championne en quelques semaines – Sauf à Vegas, où on y est pratiquement arrivé ! – et il y a encore beaucoup de travail sur la glace, mais depuis que Sakic s’est assis comme seul et unique Roi de la montagne, l’avenir semble prometteur.

Un gros merci à Dorion (et, dans une moindre mesure, à Poile) pour avoir donné un sérieux coup de pouce au Colorado en cédant plusieurs morceaux qui deviendront rapidement importants. S’il faudra attendre encore un moment avant de voir Shane Bowers faire ses débuts chez les pros, Vladislav Kamenev pourrait exploser d’une saison à l’autre. À mon avis, ce dernier n’a plus rien à apprendre de la Ligue américaine, et il profitera de pouvoir entamer l’année dans un rôle précis et avec un temps de glace régulier. Pendant ce temps, Samuel Girard devrait compléter une paire efficace en relance avec Erik Johnson. En espérant que ce dernier parvienne à demeurer en santé… En tout cas; Zadorov, Barrie, Girard et Johnson, ce n’est pas vilain du tout comme top4 ! Parlant de Girard, il a profité de l’été pour prendre du coffre, et a ajouté près de 20lb. Il fait maintenant osciller la balance autour de 180lb. Voilà qui ne devrait certes pas lui nuire… 



Le changement qui s’avérera peut-être le plus significatif, devant les ajouts de Matt Calvert et Ian Cole, sera potentiellement l’addition du gardien Philip Grubauer… Si l’Allemand s’est écroulé en séries, pendant que Braden Holtby revenait en force et guidait les siens jusqu’au Saint Graal, il n’en demeure pas moins que Grubauer a tenu le fort quand rien n’allait plus pour le numéro un des Caps. Si Semyon Varlamov se blesse ou est inconstant, le nouveau venu devrait être en mesure de s’avérer une bonne solution de secours. Pourrait-il lui damer le pion ? En tout cas, il devrait être plus fiable que Jonathan Bernier, malgré une dernière campagne correcte de la part de ce dernier.  On lui souhaite bonne chance avec les Wings.

Comme si ça ne suffisait pas, puisque les Sens ont choisi de conserver leur choix de 1ere ronde au dernier encan pour sélectionner Brady Tkachuk, les Av’s pourront miser sur deux sélections de premier tour au prochain repêchage, alors que celui d’Ottawa leur appartient maintenant. Imaginons un instant que la troupe de Guy Boucher s’effondre à nouveau – et il n’y a pas de raison apparente de croire que ça puisse aller subitement beaucoup mieux… quoique, échanger Duchene ? Je blague… ou pas ! -, Joe Sakic aura de bonnes chances de mettre la main sur le premier choix au total ! Ça kick des culs ! 

En bref, je crois que l’Avalanche peut espérer se qualifier à nouveau pour les séries éliminatoires. Il y aura beaucoup de facteurs qui pourront jouer contre, entres autres les tenues respectives des Blues et des Stars, mais le Colorado semble commencer à pouvoir enfin miser sur les armes nécessaires pour prétendre effectuer un retour au sommet. D’autant plus que, à sa 2e année dans la grande ligue, le jeune Tyson Jost devrait être en mesure d’en donner plus.

HockeyDb.com

Si tel est le cas, l’Avalanche pourrait bien tout dévaster sur son passage. L’Avalanche a terminé la dernière campagne avec 257 buts pour (moyenne de 3.13 buts par match) et l’équipe pourrait faire encore mieux pour la saison à venir… Et je n’ai même pas parlé de AJ Greer, 21 ans, qui pourrait profiter d’un poste à temps plein pour prendre son envol dans la LNH ! 

Ça, c’est sans compter l’excellent défenseur Cale Makar, qui frappera à la porte dans un avenir relativement rapproché, après avoir complété son passage à l’UMass dans la NCAA…

En attendant, Nail Yakupov (et ses 16 points), de retour en Russie, ne devrait manquer à personne ! Dire qu’il y en a qui ont osé reprocher à Bergevin de ne pas l’avoir signé ! Cela dit, bien que pas exactement un exemple de constance, on peut dire que Sven Andrighetto a rendu des services autrement plus précieux à sa formation que le gros Andreas Martinsen aux Canadiens… Ghetto doit impérativement profiter de la saison à venir pour s’installer définitivement dans la LNH. Sans quoi, il ne fera pas long feu !

Le Roy est mort, vive Sakic !

 


Ailleurs dans la LNH 
Oups : 




Crédit image entête, NHL.com




Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Stéphan - août 14, 2018

Quelle mauvaise décision des sens cela explique des erreurs lorsque l on panique. C est là qu on peut faire la différence entre Dorion Et Bergevin.

Reply

Leave a Reply: