1

L’avenir du hockey au Québec

À chaque année, les experts en parlent. Les joueurs québécois dans la LNH ne sont plus aussi bien représentés qu’à l’époque des Brodeur, Roy, Lecavalier, St-Louis, Bourque et cie…  Les joueurs de la LHJMQ repêchés dans la grande ligue ne sont pas toujours des québécois non plus. Nous n’avons qu’à regarder Filip Zadina qui a été le tout premier choix issu de la LHJMQ en 2018.



Dans les dernières années, on entend plutôt parler de la grande importance que la NCAA prend à chaque année. Plusieurs joueurs choisissent de faire leur stage junior dans cette grande ligue établie sur le territoire américain.  Quand nous regardons les joueurs qui ont pu prendre ce choix de carrière, on se rend compte que plusieurs bons joueurs ont passé par cette ligue prestigieuse. Des joueurs comme Jonathan Quick, Blake Wheeler, Max Pacioretty, Connor Helleybuck, Carter Hutton, Anders Lee, Joe Pavelski, Jonathan Toews… Évidemment, je ne les nommerai pas tous.  Toutefois, plus récemment encore, on peut retrouver des joueurs comme Clayton Keller, Brock Boeser, Kyle Connor, Danton Heinen, Will Butcher, Alexander Kerfoot et Charlie McAvoy. Ryan Poehling pourrait également très prochainement ajouter son nom à cette liste.

Au Québec, nous avons maintenant le hockey scolaire qui se développe de plus en plus.  Plus précisément, je fais allusion au Réseau du Sport Étudiant du Québec (RSEQ), créé en 2011. Il s’agit d’une ligue pour le hockey juvénile au secondaire. Le RSEQ dirige aussi une ligue collégiale partout au Québec. De ce que j’entends parler, ce sont des ligues qui prennent de l’ampleur année après année. Dans ma région, certaines écoles qui avaient seulement une équipe juvénile dans la division 2 sont maintenant équipées d’une deuxième équipe juvénile en division 1. En ce moment, nos jeunes sont pour ainsi dire forcés d’évoluer dans la LHJMQ pour se faire remarquer. Le tout, au détriment des autres facettes de leur développement. Par exemple, un espoir qui serait tenté d’évoluer pour une de nos équipes universitaires risquerait fort de passer sous le radar, une fois le repêchage venu. Mathieu Darche, par exemple, n’a jamais été repêché.



Sans vouloir rien enlever au circuit Courteau, je me demande sincèrement si la LHJMQ ainsi que Hockey Québec (HQ) n’auraient pas intérêt à regarder du côté du RSEQ et tenter de faire une association avec eux pour développer encore plus le réseau scolaire. À mon avis, il nous manque une ligue de hockey universitaire masculine – régie par cette entité – puisque la ligue féminine y existe déjà. Je crois que si nous avions un circuit universitaire qui inclurait les équipes de la LHJMQ, avec des nouvelles règles qui miseraient également sur le développement académique des jeunes, nous pourrions avoir de l’excellent hockey au Québec. En ce moment, je crois que les faits sont là. Notre système est déficient et ne fonctionne pas. En tout cas, pas de façon optimale. Il faut trouver une solution pour relancer notre modèle. Quitte à complètement le refondre.

Par contre, il faudrait peut-être réduire les déplacements et le nombre de matchs des équipes. Avant de procéder, il s’agirait de voir ce qui serait le mieux pour nos jeunes joueurs.  Pourquoi, ne pas donner la chance à nos joueurs québécois d’évoluer dans un circuit entièrement scolaire à partir du secondaire. Peut-être même du primaire, éventuellement.

Personnellement, je crois fortement qu’un réseau scolaire plus fort, investissant sur l’école et le sport en même temps, pourrait être bénéfique pour tous les jeunes hockeyeurs du Québec. Il faudrait simplement développer ce réseau en implantant des règles claires et trouver un moyen de développer nos jeunes à travers ce programme. Abandonner le programme élite et faire plus de place au scolaire. On aurait des joueurs mieux instruits et mieux préparés à faire face aux difficultés inhérentes aux sports professionnels. Finalement, ce que j’aimerais avoir, ce serait un peu notre propre mouture de la NCAA. C’est-à-dire miser et développer le modèle que semble vouloir instaurer la RSEQ.

Mais avant toute chose, je suis d’avis qu’il faudrait aussi trouver un moyen de réduire les coûts pour nos jeunes. Ceci, afin de miser vraiment sur les plus talentueux, et non pas sur les plus riches. En ce qui me concerne, il s’agit d’une piste de solution qui pourrait contribuer à rehausser le développement de nos jeunes d’ici.

Et vous, un réseau scolaire avec du sport universitaire vous intéresserait-il ?

– Par Marc-André Breault




Crédit image entête, RSEQ.ca


Invité Spécial
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Choisir les collèges américains ! - Hockey Herald - septembre 11, 2019

[…] à mon article paru le 3 février dernier, j’ai pu discuter avec un fan de notre page au sujet des joueurs qui s’exilent aux États-Unis […]

Reply

Leave a Reply:

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :