La nouvelle version de Patrik Laine

On le sait, la jeune sensation des Jets, Patrik Laine, a dû faire face à beaucoup d’adversité cette saison. Le fameux buteur, potentiel dauphin du grand Alexander Ovechkin, lui-même une sérieuse menace au record de buts marqués par Wayne Gretzky, a inscrit 36 buts en seulement 73 matchs à son année recrue en 2016-17, avant d’en ajouter 44 en 82 matchs la saison suivante. Cette saison, malgré que ça puisse sembler incroyable considérant son impressionnant total de 29 filets en 70 rencontres, Laine éprouve des difficultés à marquer avec régularité. Après tout, malgré une production de 21 buts à ses 24 premiers matchs – ce qui signifie qu’il en a ajouté seulement 8 au cours des 46 rencontres suivantes -, il faut préciser qu’il a passé 13 de ces parties sans enfiler l’aiguille. C’est qu’il a obtenu 15 de ses 21 buts en seulement 5 matchs, via deux soirées de 2 buts, deux tours du chapeau et une performance de 5 buts…



Plus récemment, si le gros ailier a inscrit 4 buts en seulement 3 matchs entre le 22 et le 26 février, il a été tenu au silence lors des 7 matchs subséquents. De plus, avant cette courte séquence de succès, le jeune attaquant venait de connaître une longue traversée du désert avec 15 matchs de suite sans trouver le fond du filet…

Alors, pourquoi le louanger ? Parce qu’il offre un effort plus constant, étant mieux impliqué dans les différentes facettes du jeu. Ainsi, même sans marquer, il a trouvé le moyen de continuer de contribuer aux succès de son équipe. De fait, s’il n’a pas enfilé l’aiguille, il a tout de même produit 6 passes, dont 2 durant le match d’hier, au cours des ses 7 derniers matchs, tout en maintenant un différentiel de +1 – il est à -21 (!!) depuis le lancement des hostilités; le pire résultat chez les siens, et de loin… derrière Kyle Connor et son -8 -, bloqué 3 tirs et distribué 3 mises en échec.

Jusqu’à tout récemment, en plus de ne pas marquer, on le sentait moins impliqué physiquement. Habitué de délivrer en moyenne 1 mise en échec par match au cours de ses deux premières saisons en Amérique, il était effectivement plus tranquille cette année… Tandis que le calendrier régulier arrive à son terme, il en totalise seulement 54.

Bref, pour revenir à ses talents de passeurs, pas plus tard qu’hier soir, il a servi une superbe passe à Mark Scheifele, profitant ainsi d’un jeu de puissance pour doubler l’avance des siens. Pour se souvenir de ce que ça fait de voir son équipe profiter d’un avantage numérique, il tout simplement regarder d’autres matchs que ceux du Canadien.

En plus du gardien des Bruins, Tuukka Rask, qui s’attendait évidemment à voir Laine décocher un tir, le principal intéressé a lui-même reconnu qu’il a d’abord cru qu’il allait lancer, avant de se raviser. Pour expliquer sa décision, sa logique était imparable…

« Si je ne sais pas ce que je vais faire, je ne crois pas que le gardien sera en mesure de le savoir. » – Patrik Laine

Pas fou, pas fou… En clair, il essaie d’être moins prévisible.

Signe que ça semble fonctionner et que les choses vont mieux, après plusieurs matchs de 15 minutes et moins depuis le mois de janvier, Laine semble dernièrement avoir regagné la confiance de ses entraîneurs… en effet, depuis une 10aine de matchs, il joue régulièrement 18 minutes et plus, dont un sommet de pratiquement 22 minutes (21:51), dimanche dernier, dans une défaite contre les Caps.



De plus, avant de récolter 8 aides au cours de ses 11 derniers matchs, Laine en avait amassé seulement 11 en 59 matchs depuis le lancement des hostilités… Pire encore, au cours de sa fameuse séquence de 21 buts en 24 matchs mentionnée plus haut, Laine avait produit seulement 3 aides ! Disons que sa récente contribution aide à faire oublier ses difficultés à trouver le fond du filet ! Voilà qui est de bon augure pour les séries qui s’amènent…

Une chose est sûre, quand un joueur termine une « mauvaise » campagne en étant assuré d’un minimum de (presque) 30 buts, c’est signe que les choses pourraient aller plus mal ! Enfin, tâchons de ne pas oublier qu’il a seulement 20 ans !


Ailleurs dans la LNH
Jimmy Schuldt, dont le nom est lié au Canadien depuis plusieurs mois déjà, est réputé pour être mobile et doté d’une bonne première passe. On dit également de lui qu’il créatif. Certains intervenants aiment le comparer à Will Butcher, qui a fait sensation avec les Devils l’année dernière. Par-dessus le marché, Schuldt est un gaucher de 6’00 et 200lb… Est-ce qu’on aimerait ajouter un bon jeune défenseur gaucher au depth chart du Bleu-blanc-rouge ? Je pense que oui ! Il est également le coéquipier d’un certain Ryan Poehling… Rien à perdre à le mettre sous contrat. Au pire, il ira aider la brigade défensive du Rocket :

Fait à note, il aura 24 ans le 11 mai prochain. Cette saison, en 34 matchs avec les St. Cloud State Huskies dans la NCAA, Schuldt a produit 31 points, dont 9 buts, et cumulé un bon différentiel de +20. Ce soir, son équipe et lui entameront leur parcours éliminatoire en vue de se classer pour le Frozen Four. À suivre…  




Crédit image entête, NHL.com

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: