La gestion du Cas Hudon

Un peu plus tôt cette semaine, je suis tombé sur le partage d’un texte qui se penchait sur la gestion du cas de Charles Hudon. Du gaspillage en règle, rien de moins, selon l’auteur de ces lignes. La personne qui a partagé le texte a même déclaré qu’il s’agissait ‘’sans contredit d’un dossier qui fut très mal géré’’… vraiment ?

On donne comme argument qu’on voit mal comment Hudon aurait pu faire pire que d’autres joueurs au sein de l’alignement. On cite Dwight King, par exemple. En premier lieu, il va de soi qu’il est beaucoup plus facile de juger la transaction King après coup. Sur le moment, on pensait sans doute avoir acquis un ailier gros format qui jouerait avec intensité. Il était difficile de prédire un tel effondrement, vous en conviendrez peut-être. Mais le point n’est pas là. En vérité, il faut se demander si Hudon aurait vraiment été à sa place sur une 4e ligne, jouant 4-5 ou 6 minutes par match. La réponse, malgré ses 4 passes en 6 parties de la saison régulière dans la Ligue nationale, est non.

Pour une fois que le Canadien prend bien le temps de développer un joueur, vous ne me verrez certainement pas m’en plaindre. Tout comme pour Pacioretty -sans aucunement comparer les deux joueurs, notez le bien- je pense que Charles Hudon bénéficiera grandement d’avoir pu profiter d’une telle patience avec son développement. Il ne faudrait d’ailleurs pas oublier que les Golden Knights ont levé le nez sur l’attaquant, préférant sélectionner l’arrière Alexei Emelin, au moment du repêchage d’expansion. On oublie souvent qu’une bonne production dans la Ligue américaine, un peu comme c’est le cas dans la Ligue continentale, n’est pas un gage de succès dans la LNH. On peut citer l’ailier gauche Chris Terry, 28 ans, comme exemple, qui a terminé premier pointeur des IceCaps de St-John’s la saison dernière, avec 30 buts et 68 points en seulement 58 rencontres. Pourtant, fort de ces succès dans les mineurs, il n’a jamais su les transposer au niveau supérieur : en carrière dans la grande Ligue, ce dernier n’a récolté que 38 points, dont 22 filets, en 152 parties. Précisons que je n’essaie pas non plus de comparer les deux joueurs… à mon avis, bien sûr, Hudon est largement supérieur ; il ne s’agissait que d’un exemple visant à tempérer les attentes.

Après trois saisons ‘’complètes’’, minées par les blessures, on peut toutefois s’attendre à ce qu’Hudon, à 23 ans, soit plus près que jamais de percer l’alignement du Tricolore. Cependant, pour que ça se concrétise, il devra en donner assez pour bien démontrer qu’il peut au moins endosser un rôle régulier sur une troisième ligne. Au cours des trois campagnes en question, la production de l’avant natif d’Alma est passée de 0.76 Ppm (0.25 bpm) à 0.79 Ppm (0.42 bpm) puis enfin à 0.88 Ppm (0.48 bpm) pour la dernière saison. On peut déjà relever que l’ailier gauche de 5’10’’ et 187 lb -qui peut également jouer au centre- semble avoir bénéficié de cette période d’apprentissage.

Quant à ses 4 passes en 6 rencontres avec le Canadien, il m’est avis qu’il faut faut également se conserver une petite gêne. De nombreux joueurs ont connu des débuts bien plus fracassants dans la grande Ligue, sans que ces résultats ne se concrétise sur le long terme. On peut déjà penser à un joueur comme Marcus Foligno, signé par le Wild un peu plus tôt cette semaine, qui a récolté un impressionnant total de 13 points, dont 6 buts, à ses 14 premières rencontres, en 2011-12. Depuis, pourtant, il peine à passer la barre des 20 points par campagne. Visiblement, dans certains cas, il vaut parfois mieux attendre de pouvoir compter sur un plus large échantillon avant d’essayer de juger les performances d’un joueur.

Dans le même texte, à l’origine de cet article, on prétend que la signature d’Ales Hemsky est une signature inutile qui enlève une place potentiellement disponible pour Hudon. Qu’on se le dise, si le premier devait reléguer le second hors de l’alignement partant, c’est que ce dernier n’est toujours pas prêt à percer les rangs de la formation. Au premier match intra-équipe, disputé cet après-midi, Hudon complétera une ligne avec les tchèques Plekanec et Lehkonen. Au premier abord, je dois bien avouer que je vois d’un bon œil cette ligne et que j’aimerais bien qu’elle se concrétise au moment du lancement de la campagne à venir. Pour que ce soit le cas, cependant, ça dépendra beaucoup d’Hudon lui-même, et il en est bien conscient.

Qu’en pensez-vous ?

Crédit image Bernard Brault, LA PRESSE

– Par Mac

Hockey Herald
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: