Joueurs d’ici, partout ailleurs: Pier-Olivier Grand Maison

Vous pourrez lire, ces prochaines semaines, des articles sur des p’tits gars de chez nous au parcours intéressant, mais dont on parle peu car ils s’épanouissent dans les ligues professionnelles un peu partout sur la planète et loin de chez eux. Nous vous en dirons un peu plus sur ces talents souvent trop bien cachés.

Âgé de 24 ans, l’ancien attaquant des Loups de La Tuque et des Panthères de St-Jérôme (Jr AAA), ainsi que de l’Armada de Blainville-Boisbriand (LHJMQ) Pier-Olivier Grand Maison vient de connaître une solide saison en division 1 de la deuxième ligue française (France 2) avec 38 points en 26 matchs, et poursuit sur sa lancée cet été: avec 18 points en seulement huit rencontres, le Trifluvien d’origine trône ex aequo au sommet des pointeurs de la ligue australienne AIHL.

Capture d’écran: www.theaihl.com

Une ancienne vedette offensive du Midget AAA, le jeune attaquant de 5’11 et 180 lbs a produit partout où il est passé et vise maintenant à gravir les échelons dans les ligues professionnelles européennes.

Après avoir joué Midget AAA à 16 ans et été ignoré au repêchage de la LHJMQ, j’ai participé au camp du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard. Je suis ensuite retourné dans le Midget AAA à 17 ans, ce qui, selon moi, m’a permis de mieux me développer que si j’avais évolué dans le Junior AAA.

J’ai connu une bonne saison (39 points en 42 matchs), ce qui m’a valu un contrat avec l’Armada et de disputer les derniers matchs de la saison avec eux. L’année suivante, je me suis promené entre le Junior AAA et la LHJMQ, avant de rester pour de bon à Blainville-Boisbriand après Noël.

Cette expérience avec l’Armada m’a beaucoup aidé à grandir non seulement comme joueur, mais aussi en tant que personne.

À un point tel qu’après un retour à St-Jérôme, Grand Maison a dominé en séries, cumulant 18 points en 11 parties, méritant le titre de joueur le plus utile du tournoi de la Coupe Fred Page et ce, en dépit du revers des siens en grande finale.

Capture d’écran: Elite Prospects

Reprenant là où il avait laissé le printemps précédent, Grand Maison a connu une mémorable dernière saison à St-Jérôme avec deux points par match (89 points en 45 matchs) avant de mettre le cap sur le Vieux Continent, auquel il s’est adapté assez rapidement, tellement qu’il compte continuer d’y jouer au hockey le plus longtemps possible.

Mon agent, Karl Boucher (NDLR: également un réputé D.G. dans la LNAH), m’a d’abord placé à Neuilly-sur-Marnes pour ma première saison professionnelle, qui représenta une bonne période d’adaptation. Depuis, j’ai passé les deux saisons suivantes à Nantes.

Crédit photo: Guillaume François

J’aime vraiment la vie européenne; je me suis vite acclimaté tant au rythme de vie qu’au style de hockey. Mon objectif actuel est de continuer à y évoluer, à un niveau supérieur, si possible.

Celui qui se décrit comme étant un joueur qui aime déranger l’adversaire grâce à son jeu physique et un bon fabricant de jeux croit néanmoins que sa plus grande force réside dans son tir de qualité. De plus, il a travaillé fort, ces dernières années, afin de peaufiner son jeu défensif et devenir un joueur complet.

Quintuple champion de la LNAH et largement reconnu pour sa capacité à flairer le talent, Karl Boucher en rajoute, fier de sa trouvaille et du progrès de son protégé:

J’ai recruté P.O. alors qu’il évoluait dans la LHJMQ. J’aimais ce type de joueur. J’ai continué de le suivre dans le Junior AAA, puis l’ai placé en France, où il s’est fait un nom grâce à son travail acharné et son leadership. P.O. est en plein le type de joueur que tout le monde veut dans son club.

Chaque année, je fais un tri parmi mes clients… chaque année, P.O. demeure parmi mes clients… ça dit tout.

Outre son agent, celui qui avait pour idole de jeunesse Peter Forsberg rend crédit à de nombreuses personnes pour le rôle qu’elles sont joué dans son jeune parcours.

Ceux qui ont influencé positivement ma progression sont trop nombreux pour tous les énumérer, mais j’en retiens quelques-uns en particulier:

Gilles Bouchard dans le Midget AAA, Rick Lalonde dans le Junior AAA et Joël Bouchard dans le Junior Majeur, puis Frank Spinozzi, à ma première saison en France; c’est grâce à lui si j’ai réussi à bien m’adapter. Il était ‘tough’, mais savait tirer le meilleur de moi.

À 24 ans, son « meilleur » n’est pas encore atteint. Ce sympathique globe-trotter, qui vient d’amasser 101 points en un total de 75 matchs répartis sur ses trois dernières saisons, continuera de grandir en tant que joueur et, expérience et voyages autour du monde aidant, en tant que personne. Reste à savoir quelle formation aura la clairvoyance d’en profiter.

Crédit photo: Guillaume François

Hockeyment vôtre,

Serge Côté

Serge Côté
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: