Incohérence à Calgary

Au cours de la dernière campagne, j’en ai déjà glissé un mot à une ou deux reprises. Mais voilà, un internaute semblait intéressé à ce qu’on se penche un plus  sur ce drôle de sujet. C’est que le 24 Juin dernier (2017), les Flames ont procédé à l’acquisition de Travis Hamonic (et d’un choix de 4e ronde 2019 OU 2020), en provenance des Islanders, en retour d’un choix de 1ere ronde 2018, ainsi que de 2 sélections de 2e tour (2018 et 2019 OU 2020). Si – déjà – on peut légitimement se demander comment un tel prix a pu être concédé pour mettre la main sur un arrière qui a atteint la barre des 30 points à une seule reprise (33 points en 2014-15), depuis son arrivée dans la Ligue nationale en 2010-11… Ça va encore plus loin !

En effet, outre cette année-là, la suivante (21 points) et ses deux premières campagnes dans la LNH (26 points en 2010-11, 24 points en 2011-12), Hamonic n’a même jamais franchi la barre des 20 points ! Bien sûr, il a été affecté par quelques blessures, et il faut tenir compte de la saison écourtée, mais quand même ! En terme de points par match, sur l’ensemble de ses 8 saisons, on parle d’une production moyenne, ajustée sur un calendrier régulier, de 25 points par campagne… et le droitier a terminé, à 27 ans (28 le 16 Août prochain), la dernière année avec une piètre récolte de 11 points, dont un seul but ! À ceci, il faut ajouter un différentiel de -7. Je vais profiter de la présente occasion qui m’est donnée pour vous partagez cette comparaison, issue d’un précédent article (disponible : ICI)

le Hockey Herald, 29 mars 2018 … Notez que Karl Alzner a par la suite ajouté une passe pour terminer la saison avec 12 points (-7) en 82 rencontres, tandis que Travis Hamonic disputait une seule joute de plus, n’ajoutant aucun point et terminant avec un différentiel de -9 en 74 parties.

Et puis, tant qu’à me recycler, je vais vous partager cet extrait d’un autre article (disponible : ICI)

le Hockey Herald, 17 novembre 2017

Bon, ça s’est gâté pour Jaromir Jagr, mais vous avez compris l’essence de ce passage ! Et puis, on a bien vu que Jeff Petry paraissait bel et bien mieux – offensivement parlant -, une fois le Canadien privé de sa profondeur de Shea Weber !

Mais là où le bât blesse vraiment, c’est lorsqu’on constate que le prix consenti pour les services de Travis Hamonic est exactement le même que celui cédé pour obtenir ceux de Dougie Hamilton, 2 ans plus tôt ( 1ere ronde 2015, 2 x 2e ronde 2015) ! Dans le cas de Dougie, cependant, on parle d’un arrière format géant qui sortait d’une campagne de 42 points, à seulement 21 ans !

HockeyDb.com

Et disons que, malgré un départ un peu plus difficile, il n’a pas déçu depuis ! Voici quelques-unes des raisons qui m’amènent à la conclusion que le fait de payer le même prix pour Hamilton et Hamonic constitue une incohérence…

Bien sûr, la production offensive ne fait pas foi de tout… mais ce n’est pas comme si Travis Hamonic était une machine défensive, non plus…

Maintenant, à l’aube de l’encan 2018, à moins d’une nouvelle transaction, les Flames ne parleront pas avant la 4e ronde ! C’est que, en plus des sélections envoyées aux Islanders pour Hamonic, ils ont également perdu leur choix de 3e ronde dans la transaction amenant le vieux Mike Smith à Calgary ! Si ça peut les consoler, cette sélection de 3e tour aura contribué à leur rapporter 2 gardiens… En effet, ce même choix a d’abord été cédé conditionnellement aux Blues, en retour de Brian Elliot, en 2016. La condition étant que le gardien signe une prolongation de contrat avec les Flames, le choix a été révoqué pour ensuite être transigé à Phoenix. Également conditionnel, le choix en question serait devenu un de 2e tour 2019 (!), si Smith avait aidé sa nouvelle équipe à se qualifier pour les plus récentes séries éliminatoires ! … Maintenant, il reste à voir si le DG des Flames offrira une prolongation de contrat à son gardien vétéran âgé de 36 ans (37 ans le 22 mars prochain). Évidemment, si tel est le cas, Smith devra probablement accepter une baisse de salaire conséquente, lui qui empochait en moyenne 5,67M par an depuis la saison 2013-14. 

En somme, Brad Trelivin peut bien avoir ignoré Marc Bergevin, sous l’œil des caméras (gros manque de respect), mais il devrait peut-être le remercier pour ne pas l’avoir délesté d’un nombre encore plus important de choix… (Pacioretty ?)

 Enfin, je me demande si ceux qui décriaient le fait que Bergevin n’avait pas mis la main sur Hamonic l’été dernier, s’en plaignent toujours ? 


Crédit image entête, Globalnews.ca

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: