1

Halakazam !

Quand Jaroslav Halak, le héros des séries 2010, s’est joint aux Bruins, certains fans ont tôt fait de souligner la possibilité que ce dernier performe mieux que Tuukka Rask, soulevant ainsi la question suivante : Rask ou Halak ?En Tuukka…


À ce moment-ci, il était facile de se moquer de ceux qui osaient poser la question. Pourtant, Halak a fait face à son lot d’adversité avant de se joindre aux B’s, et Rask est connu pour offrir des performances en dents de scie. On peut penser à la saison dernière, alors que le portier des Bruins a brièvement perdu son poste de partant aux mains de Khudobin avant de rebondir avec une longue série d’excellentes performances.

Bref, avant de pouvoir récolter les lauriers qui lui reviennent actuellement de droit, Halak eu un cheminement à tout le moins particulier. Je fais bien sûr allusion à son  passage houleux avec les Isles. Plus précisément au drôle d’épisode où on a jugé bon de le soumettre au ballottage et de l’envoyer dans la Ligue américaine en 2016-17.

Si ce dernier événement aurait pu sonner le glas du vétéran gardien, ce dernier a plutôt choisi de se retrousser les manches, maintenant une moyenne de buts alloués de 2.15 et un pourcentage d’arrêts de .925 en 27 avec les club-école des Islanders. Qui plus est, j’ai toujours cru que cette décision était à tout le moins discutable. Je ne sais pas trop ce qu’on trouve à Thomas Greiss…

En tout cas, ce passage avec cette équipe aura probablement mieux outillé Halak pour le reste de sa carrière. À force de recevoir toutes ces rondelles à Brooklyn, on dirait que c’est devenu très facile pour lui d’évoluer derrière le groupe plus homogène que forme les Bruins…

En effet, à son 5e départ avec sa nouvelle équipe, Halak a déjà récolté son 2e jeu blanc. Contre sa propre équipe, qui plus est ! :

Fort, très fort !

Fait à noter, Halak produit un jeu blanc tous les 10 matchs (9.97) depuis le début de sa carrière. Il mène d’ailleurs ses semblables (actifs) à ce chapitre, devant Elliot (10.5) et… Rask (10.6) ! Merci à mon chauve favori pour cette statistique fort intéressante !

 

Dès son arrivée à Boston, il a démontré confiance et aisance, en se démarquant même durant le calendrier préparatoire. À un tel point que même les fans locaux ont rapidement affiché leur préférence :

Échantillon des commentaires qu’on pouvait voir lorsque les Bruins ont annoncé que Rask allait entamer le match contre les Sens

Évidemment, Rask partait avec une longueur d’avance pour détenir le titre de gardien numéro 1, mais Halak n’aura pas eu à attendre longtemps, puisqu’il est venu en relève de son coéquipier dès le tout premier match.


Aujourd’hui, le Slovaque (Halak) domine le Finlandais (Rask) dans toutes les facettes du jeu :

1.43 vs 3.38 (!)
.945 vs .901

Aujourd’hui, plus que jamais, la question se pose : Rask ou Halak ? Certes, l’échantillon est mince et bien des choses peuvent se produire d’ici la fin de la saison, mais pour l’heure on peut dire que Jaroslav Halak fait de la magie et qu’il a bien évolué dans l’adversité. Comme un ami me le soulignait, il semble plus en confiance que jamais.

Abra, Kadabra… Halakazam !




Crédit image entête, BostonHerald.com



Tom L.D. MacAingeal