Et si c’était Stammer, le chokeux ?

Hier, tandis que je naviguais tranquillement – que voulez-vous, je suis un gars tranquille – sur différents forums, je suis tombé sur un commentaire très intéressant de la part d’un internaute qui intervenait sur une publication portant sur le statut de prétendu chokeux d’Alexander Ovechkin. Le commentaire en question faisait état des performances de Steven Stamkos, en carrière, en 6 apparitions dans le cadre d’un 7e match… Elles se lisent comme suit :

Aucun but 
Aucune passe 
Aucun point

En effet, bien qu’il ait terminé les séries 2018 avec une jolie récolte de 16 points, dont 7 filets, en 17 joutes éliminatoires, le capitaine du Lightning s’est montré des plus silencieux lors du dernier match ultime. En fait, en remontant au duel #6 de cette même série contre les Caps, Stamkos n’a obtenu aucun point et cumulé un différentiel de -2, alors que son équipe profitait de deux occasions d’en finir avec l’adversaire…

On pourrait aller plus loin, et regarder toutes les parties où le Stammer et son équipe ont fait face à l’élimination. En 10 occasions, l’attaquant étoile a obtenu 2 buts et 1 passe… Ces 3 points étant cependant tous obtenus dans la première partie de cet échantillon. C’est donc dire qu’il est 0-en-9, depuis… Pourtant, la tête d’affiche de la concession de Tampa a récolté 51 points au cours de ses 57 autres duels éliminatoires !

On pourrait toujours arguer que Stamkos jouait blessé… Mais, comme plusieurs le soulignent avec justesse, lorsque cette excuse est utilisée : En séries, pratiquement tous les joueurs jouent avec un bobo ou un autre. Et puis, on ne me fera pas croire qu’il souffrait d’une blessure à chacun de ces matchs ultimes... Cela dit, je ne nie pas qu’il composait peut-être bel et bien avec une blessure grave durant le(s) dernier(s) match(s).

D’ailleurs, loin de moi l’idée de dénigrer cet excellent joueur; il est un athlète hors-pair et aura probablement encore bien d’autres occasions de graver son nom sur le trophée le plus précieux d’entre tous. Le titre est simple clin d’œil à tous ceux qui accusent le Tsar d’être le plus grand chokeux de l’histoire… Encore qu’on pourrait vraiment qualifier de chokage en règle les dernières performance des Bolts, misant pourtant sur un groupe outrageusement boosté. Et c’est peut-être là que la mât blesse, si on interprète librement les propos suivants du gardien des Capitals :

« Je crois que notre groupe comprend ce que c’est d’être une équipe et il sait comment gagner. On a peut-être déjà été plus talentueux par le passé et meilleurs sur papier, mais dans cette équipe, tout le monde connaît son rôle, tout le monde s’implique et tout le monde est à l’aise avec les autres. Je n’ai jamais été dans une équipe comme celle-là. Peu importe la situation, on peut faire confiance aux autres et personne ne blâme personne. C’est un groupe solide et c’est rare. On va avoir besoin de ça pour continuer. » – Braden Holtby via NHL.com

Quand un groupe réunit autant de talents, à l’attaque comme à la défense, il se peut qu’il soit un peu plus facile pour certains d’oublier le rôle qu’ils ont à jouer… En tout cas, quand un tel groupuscule mise sur des noms tels que Stamkos, Kucherov, Miller, Hedman, McDonagh et Sergachev, pour ne nommer que ceux-là, il est anormal de passer 159:27 minutes sans marquer, dans le cadre de rencontres aussi cruciales. Durant la dernière saison, ce même groupe, auquel se sont greffés plus tard McDonagh et Miller, a pourtant terminé le calendrier régulier avec une moyenne de 3.54 buts par match… (contre 2.14, en 7 parties éliminatoires face aux Caps)

Est-ce que je qualifierais Stamkos de chokeux ? Je n’oserais jamais agir de la sorte envers un joueur que j’accueillerais à bras ouverts dans mon équipe… Mais, quand on compare ses aux performances à celles d’Ovi, je me demande comment on a pu en arriver à un tel constat envers ce dernier.

Ok, on pourrait toujours dire que, malgré ses 112 points, dont 58 buts, en 116 joutes éliminatoires, le Tsar n’a peut-être pas toujours fait preuve de la même implication. Mais, je dirais que Stamkos ne m’a pas semblé très impliqué durant le dernier match. À un certain moment, je me suis demandé s’il jouait encore… Louis Domingue, le gardien substitut du Lightning a lui-même admis que son équipe n’avait peut-être pas eu le même désir de gagner que leurs vis-à-vis, dans le cadre d’une entrevue avec TVA Sports :

« On n’avait pas le feu dans les yeux ‘pantoute’. La grosse différence, c’est qu’eux (les Caps) l’avaient. On a eu beaucoup de misère à jouer 60 minutes de hockey dans tous les matchs de la série. Il y a beaucoup de réflexions sur ce qui s’est passé. (…) C’est un peu un gaspillage. On avait vraiment une chance de se rendre jusqu’au bout et de soulever la Coupe. Nous nous sentons un peu mal parce que nous avons déçu une ville qui nous a tellement supportés.»

D’ailleurs, pendant que Stamkos vantait les mérites des Capitals, Domingue louangeait les prouesses de Vasilevskiy :

« On a été très chanceux et on a bénéficié des prouesses de notre gardien. Il nous a offert une chance gagner en six matchs, mais on n’a pas réussi à le faire. C’est certain que sans lui on n’aurait même pas eu la chance d’aspirer à la finale de la Coupe Stanley. »

En effet, suite à l’élimination des Bolts, beaucoup de joueurs devront se regarder dans le miroir (entre autres, Victor Hedman)… Mais c’était également vrai, lorsque les Capitals ont été éliminés dans le passé ! Cela dit, comme Stamkos et Domingue l’ont souligné, il faut aussi donner le crédit aux Caps, qui ont offert de l’excellent hockey depuis le débuts des séries et qui ont su lever leur jeu d’un cran lorsque ça comptait le plus.  

Enfin, regardez moi ça, et osez prétendre qu’Ovi se fiche de gagner…

On ne saurait conclure un tel article, sans se pencher également un peu sur les performances du Russe dans les mêmes circonstances. Alors, je me suis amusé à regarder les points obtenus par Ovechkin, lorsque son équipe disputait un 7e match. En 12 occasions, ça se lit comme suit :

4 buts
4 passes
8 points

(Dans ces situations, il a été tenu à l’écart de la feuille de pointage à 4 reprises, quand même) … Évidemment, en séries, on sait tous que la contribution va bien au-delà des points seulement. Cependant, lorsqu’un joueur se nomme Stamkos ou Ovechkin, on est en droit de s’attendre à une production accrue dans les matchs cruciales… et, à ce niveau, force est d’admettre que le second a le dessus sur le premier. Et, vous savez quoi ? Je les prends les deux dans ma formation, demain matin (aujourd’hui, je suis occupé) ! Amenez-moi ces chokeux, et gardez vos Lars Eller… Ok, ok, je le lâche. Ou pas, c’est peut-être une farce

…Et il s’agira d’une première présence en Finale, en 19 campagnes, pour Barry Trotz (record) :

Bravo, Trotz ! … c’est un peu comme Poile, qui a dû attendre 19 ans pour voir ses Predators y parvenir (sans Trotz)… Dans 13 ans, les amis, le Tricolore aura sa Finale ! 


Ailleurs dans la LNH Devant le filet :
Avec l’élimination de Vasilevskiy, les trois finalistes au Vézina 2018 sont maintenant en vacances :

 


Crédit image entête, Getty Images

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: