Des Caps qui se portent mieux avec Holtby, des Leafs qui s’en sortent mieux avec Pleky

Nous avons, encore une fois, eu droit à du bon hockey hier, alors que les deux dernières séries encore actives étaient à l’action. D’abord, les Capitals ont empoché leur 4e victoire de suite, après avoir perdu les 2 premiers duels, pour enfin venir à bout des surprenants Blue Jackets. La bande à Ovi croisera donc le fer en 2e ronde pour la 3e fois consécutives avec celle de Crosby… Complètement renouvelé depuis son retour, après avoir été écarté au profit de Grubauer pour les deux premiers rendez-vous, Holtby a connu un autre bon match, en arrêtant 35 des 38 tirs dirigés vers lui (.921), dans une victoire 6-3. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Braden Holtby s’est ressaisi et fait le travail, comme en font foi ses excellentes statistiques depuis qu’il a retrouvé son filet : 1.92 et .932. Les Jackets ont d’ailleurs dominé la colonne des tirs 38 vs 28. Électrisant durant les premiers matchs, Artemi Panarin a été réduit au silence, terminant la rencontre sans être parvenu à s’inscrire à la marque (et cumulant un différentiel de -3) malgré le 2e plus gros temps de jeu chez les siens, derrière l’excellent Seth Jones. Il faut dire que Bob en a arraché, terminant la série avec des chiffres assez inhabituels pour lui : 3.18 et .900. Cependant, lorsqu’on observe ses stats en carrière, saison régulière vs éliminatoires, on constate que Bobrovsky en arrache toujours en séries : 2.44 et .920 (218-129-36) vs 3.49 et .891 (5-14)… voilà qui est très intéressant ! Chez les Caps, celui qu’on qualifie outrageusement de chockeux suprême, s’est pourtant levé en inscrivant 2 filets en moins de 6 min, portant alors la marque à 3-1. Le Tsar a maintenant 8 points, dont 5 buts, après 6 matchs… Avec cette performance, Alex Ovechkin a porté son total en carrière à 98 points, dont 51, en 103 joutes éliminatoires. Ovi est également le meneur, dans l’histoire des Caps, avec 7 performances éliminatoires de 2 buts ou plus, devant Peter Bondra et Dale Hunter (5). Pendant ce temps, Lars Supercluctch Eller a marqué dans un filet désert. Il s’agissait de son 2e buts – et points – de la série, et de son 3e seulement à ses 31 derniers matchs éliminatoires. Abstraction faite de ses séries miraculeuses en 2013-14, lorsqu’il a terminé les playoffs avec une jolie récolte de 13 points, dont 5 buts, en seulement 17 joutes, le gros danois ne totalise que 12 points, dont 3 buts, en 39 duels des séries… Mais bon, le Canadien aurait dû le garder, tout comme Plekanec (et Morrow, DSP, Andrighetto, Barberio, etc, etc… bring back Samsonov !!!!)  Je sais, je radote. J’ai l’doua.

 

Parlant de ça; à Toronto, on continu d’observer un phénomène des plus étrange… depuis que Babcock a décidé de faire confiance à Tomas Plekanec, après l’avoir pourtant ouvertement critiqué, les Leafs ont un tout nouveau visage… À commencer par Andersen qui se donne enfin des allures de gardien élite. Inconstant depuis le lancement des hostilités (depuis le mois de mars, en fait), le portier est capable du meilleur comme du pire… Après avoir accordé 5 buts lors du match initial (.875), il en a alloué 4 en seulement un peu plus de 10min de jeu (.400), avant de se relever avec un beau .952 le match suivant. Puis, il s’est encore incliné, en accordant 3 buts sur seulement 21 lancers (.857), avant de rebondir avec des performances de 42 arrêts sur 45 tirs (.933) et enfin 32 arrêts sur 33 tirs (.970), guidant les siens vers deux victoires consécutives. Malgré ces deux belles sorties, au total, en six départs, le danois a maintenu une moyenne de buts alloués de 3.30 et un pourcentage d’arrêts de .909… Pour remporter le 7e match, et repartir avec les honneurs de cette série, beaucoup reposera sur les épaules de ce dernier. De l’autre côté, chez les B’s, on assiste également à un intriguant revirement de situation ; après avoir démarrer la série sur les chapeaux de roues, les Pastrnak, Marchand, et autres Bergeron, sont devenus plutôt silencieux. David Pastrnak (9 points après 2 matchs) n’a pu faire mieux qu’une récolte de 2 aides – obtenus lors de la même joute – au cours des 4 dernières joutes… Brad Marchand (6 points, +6, après 2 matchs) n’a obtenu qu’un seul point (1 but), tout en montrant un différentiel de -6, depuis. Enfin, bien qu’il ait raté une partie (duel #4), Patrice Bergeron a d’abord récolté 5 passes (+6), avant d’être blanchi les 3 rencontres suivantes (-4)… Que se passe-t-il ? Serait-ce l’effet Plekanec ? Quant à Turtleneck, justement, il a terminé la dernière rencontre avec 1 but (filet désert) et 1 passe (différentiel de +2). À ses 4 derniers matchs, soit depuis que Babcock a fait le pari de miser sur le vétéran acquis à la dernière date limite des échanges, Plekanec montre une fiche de 4 points et un différentiel de +4. Content pour lui, mais très heureux d’avoir obtenu un choix de 2e ronde (plus Rychel et Valiev)… En tout cas, toujours à Toronto, Mitch Marner en est un qui semble avoir beaucoup de plaisir à affronter les Oursons : en incluant les parties de la saison régulière, l’attaquant des Leafs a cumulé 17 points, dont 5 filets et un différentiel de +10, en 10 parties cette saison, au cours desquelles il a dirigé 28 tirs sur le gardien adverse. Wow ! 

Avant que la 2e ronde ne se mettent enfin en branle, les Bruins et les Leafs régleront d’abord leurs comptes, demain à Boston… le gagnant de cette excitante série devra ensuite se mesurer aux puissants Bolts ! Je n’ose pas trop imaginer la colère qui se déferlera sur le Massachusetts, si leurs favoris devaient finir par échapper la série…

…Merci à nos amis de HSL de nous avoir à nouveau transmis plusieurs statistiques intéressantes… ce qui réduit considérablement la charge de travail à faire pour effectuer les recherches, en plus de pimenter l’article de quelques faits très intéressants. N’hésitez pas à vous abonner en suivant le lien ci-haut.   


Crédit image entête, B.H./Getty Image, T.P./NATHAN DENETTE, PC

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: