Daniel Carr et le principe du AHLer

Hier, Daniel Carr a eu l’honneur, pleinement mérité, d’être nommé joueur le plus utile de la LAH en vertu d’une superbe campagne de 30 buts et 41 passes (71 points) en 52 matchs avec les Wolves de Chigaco. Il n’en fallait pas plus pour que les traditionnelles flèches dirigées envers Marc Bergevin fusent de nouveau.


Certains fans mécontents ont en effet avancé (encore) qu’il était étrange de voir un autre ancien joueur du CH produire ailleurs. Certains d’entre-eux qualifiaient même la chose de « vraie farce ». C’est effectivement une vraie farce; les anciens joueurs du Canadien ne produisant en réalité pas mieux ailleurs :

Mythe ou réalité, les joueurs produisent mieux ailleurs ?

D’autres dressaient un parallèle entre Carr et Charles Hudon… Selon eux, ces deux joueurs sont tout simplement trop offensifs pour se rendre justice avec le Tricolore, puisqu’on les fait évoluer sur une 4e ligne où le talent laisse à désirer. Ainsi, ils ne peuvent forcément pas réussir à produire dans de telles conditions. Toujours selon les mêmes personnes, ce genre de joueurs doit évoluer sur un Top-6 pour parvenir à se faire justice. Comme Scherbak et tout les autres qui ont déçu à Montréal, quoi… Le problème, c’est que tout ces joueurs ne sont pas parvenus à faire mieux ailleurs. Nikita Scherbak n’a pas vraiment explosé sur la 1ere ligne des Kings. 

À Montréal, je n’ai pas vu Andrew Shaw se plaindre lorsqu’on l’a placé sur le Bottom-6. Il a accepté son rôle et saisit sa chance lorsqu’on lui en a offert une nouvelle. Dans le même ordre d’idées, je pense aussi à Jordan Weal. Que ce soit à l’aile ou au centre de la 3e ou 4e ligne, il a parfaitement su se démarquer, terminant le dernier droit au 2e rang des meilleurs pointeurs parmi les joueurs transigés à la dernière date limite, grâce à ses 10 points en 16 rencontres dans son nouvel uniforme (0.63 Point par match). Après vérification, c’est Anthony Duclair qui vient au 1er rang avec 14 points – dont 8 buts ! – en seulement 21 matchs avec les Sens (0.67 PpM). Celui-là, s’il parvient enfin à se prendre en mains, pourrait accomplir de belles choses. Dommage qu’il ait rejeté l’offre du Canadien l’été dernier !



Enfin, ce qui est très drôle, c’est de voir à quel point on se plaint de ne pas avoir retenu les services de Daniel Carr. Ceci, alors même qu’on crie au scandale lorsqu’on signe un joueur de ce genre… Bravo, Bergevin ! ENCORE un joueur de 4e trio ! Sérieusement, je n’arrive pas à saisir comment on peut préférer Carr à Weal, par exemple.

Certes, Daniel Carr a connu quelques bons moments avec les Canadiens. Surtout la saison dernière avec une production de 16 points en 38 matchs. Le problème, c’est qu’il a démarré fort avant de tomber en panne sèche. En effet, sur ce total de 16 points, Carr en a produit 10 à ses 9 premiers matchs… La petite voiture a fini par manquer de gaz. Il s’est bien mieux démarqué avec le Rocket, en maintenant une moyenne de près d’un point par match (11 buts et 19 points en 20 matchs).

Puis, en novembre dernier, il a eu sa chance avec les Knights. Malheureusement, il n’a pas été en mesure de faire le travail, et ce n’est pas parce qu’il ne jouait pas sur le Top-6. C’est parce qu’il n’a rien fait pour mériter de jouer sur le Top-6… exactement comme ce fût le cas pour Charles Hudon avec le Canadien. Comme l’a souligné tout récemment Alain Vigneault, il n’y a aucun coach qui laisserait sciemment un joueur de côté en croyant que celui-ci pourrait l’aider à gagner. Sauf dans un cas d’exception comme une mesure disciplinaire, bien entendu…  

Peut-être que sa récente campagne dans la LAH suffira à le relancer. Après tout ça, il devrait logiquement se présenter au prochain camp avec un certain niveau de confiance. En présumant que McPhee lui proposera une nouvelle entente… Sauf que ça ne fonctionne pas tout le temps comme ça. Pour certains joueurs, il manquera toujours le petit quelque chose qu’il faut pour passer au niveau supérieur. Quand on parle de Carr, on est bien plus proche d’un Bud Holloway (deux campagnes de 61 points dans la Ligue américaine) et d’un Byron Froese que d’un Martin St-Louis. Il peut dépanner une équipe qui manque de profondeur, mais certainement pas occuper un rôle de premier plan sur une longue période.

Quant à Charles Hudon, pour le moment, je suis porté à le voir comme une sorte de Sven Andrighetto. Plus talentueux que des joueurs comme Holloway et Carr, mais pas suffisamment complet pour contribuer de façon régulière aux succès de son équipe… Par contre, je nourris tout de même certains espoirs en Hudon, que je n’ai jamais eu pour Carr. Tout de même pas au point de croire qu’il pourrait marquer 30 buts et faire 70 points en pilotant la 2e ligne du Canadien, cela dit. Je vous jure, j’ai vu quelqu’un avancer la chose il n’y a pas très longtemps… Selon cette personne, Hudon était rien de moins que le nouveau Guy Carbonneau ! Il y a des limites à charrier…

De plus, à 27 ans et exactement 100 matchs de disputés dans la LNH, je pense que nous avons déjà vu tout ce que nous avions à voir de Daniel Carr. J’ose croire que Claude Julien et Gérard Gallant sont suffisamment compétents pour savoir ce que ce joueur peut ou ne peut pas apporter dans la LNH. S’il était resté avec le Canadien, Carr aurait sans doute pu rendre de précieux services… dans la Ligue américaine.


Ailleurs dans la LNH
En grande partie grâce à Radulov, les Stars ont poussé les Preds dans leurs derniers retranchements :

Ça risque d’être très laid à Nashville si les Stars parviennent à les éliminer !


Crédit image entête, 13thForward.com


Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: