Carey Price, quelques comparaisons et autres faits utiles

Bien que l’équipe nous offre un excellent début de saison, le fan québécois moyen – les champions dans ce domaine – continue sa quête afin de dénicher des boucs émissaires. Sans surprise, Karl Alzner est le favori dans cette chasse ouverte. Il est cependant suivi de près par Carey Price…  Pour les plus purs et durs détracteurs du gardien du Canadien, voici un chandail qui saura certainement vous plaire :

6dollarshirts.com… Bitch !

Victime d’un contrat que plusieurs personnes – incluant l’auteur de ces lignes, bien que plus modérément – trouvent trop gros, le cerbère est la cible de moult critiques depuis quelques matchs. Effectivement, quand on regarde uniquement le pourcentage d’arrêts, on peut avoir l’impression qu’il n’en donne pas assez pour son argent : .910

Pourtant, si je suis moi-même un grand fan de cette statistique, il ne faut pas négliger un important bémol. C’est sur une longue période qu’elle devient solide, pas sur un court échantillon de moins de 10 rencontres… et, lorsqu’on observe cette dernière statistiques, il est important de tenir compte de la moyenne de buts alloués en même temps ! Fait à noter, durant cette période, 5 des 9 matchs du célèbre portier se sont soldés avec 25 (25) tirs ou moins, pour une moyenne globale d’environ 27 tirs par matchs. Pas mal, pour une défensive qu’on critiquait peut-être trop sévèrement. J’ai hâte de voir ce que ça donnera avec le retour de Weber… Bref, en ce qui concerne la fameuse moyenne, celle de Carey Price est fort acceptable : 2.43


Chez les gros noms qui éprouvent également quelques difficultés en ce début de saison, il est d’ailleurs le meneur dans ces deux catégories :

Price : 2.43 et .910/244 tirs (5-2-2)
Fleury : 2.74 et .888/259 tirs (5-5-1)
Bobrovsky : 3.25 et .899/248 tirs (2-5-0)
Holtby : 3.60 et .887/266 tirs (4-3-1)
Quick : 4.55 et .845/110 tirs (0-3-1)

Certes, plusieurs autres gardiens connaissent un début de saison du tonnerre, à commencer par Andrei Vasilevskiy (2.09 et .930), Rinne (1.91 et .940), Jaroslav Halak (1.52 et .947), ou encore Roberto Luongo (1.30 et .957… fraîchement remis d’une blessure, le bon vieux Bobby Lu vient tout juste de disputer son 2e match, par contre) !
Même le fameux King Lundqvist, dont le contrat est souvent utilisé (au pro-rata de la masse salariale/année de la signature) en guise de comparaison privilégié avec celui de Price, se débrouille assez bien : 2.77 et .917. Surtout compte tenu de l’équipe qui joue devant lui. Pour revenir à Halak; son coéquipier, Tuukka Rask en est un autre qui connait un début de saison plus difficile : 3.13 et .902… Rask ou Halak ? 

Halakazam !

Ici, il ne s’agit donc pas de niveler par le bas. Simplement de nuancer les statistiques de Carey Price, en constatant que plusieurs gros noms sont dans le même bateau, sans être franchement mauvais pour autant (Fleury, par exemple), et rappeler que le long calendrier régulier de la LNH constitue un marathon, pas un sprint.


En début de saison, lorsque les doigts des deux mains suffisent encore pour compter le nombre de rencontres disputés, une seule contre-performance peut gravement entacher les statistiques d’un gardien. L’inverse est tout aussi vrai. Le tout devrait se stabiliser, au fur et à mesure que la saison progressera. Et puis, il faut parfois prendre le temps de scruter le ou les buts accordés. De temps en temps, un gardien peut très bien accorder 4 ou 5 buts dans un match, sans avoir offert une mauvais performance pour autant… Tout comme il peut en allouer seulement 1 ou 2 buts, pourtant aussi mauvais l’un que l’autre.

En ce qui me concerne, après une saison à oublier, je suis présentement satisfait du travail de Carey Price. Bien qu’il n’ait pas eu à voler de match jusqu’à présent, je trouve qu’il fait ce qu’il a à faire pour aider son équipe à gagner. Et, dans les faits, je me fiche dorénavant bien de son salaire… actuellement, ça ne cause aucun tort à la masse salariale de l’équipe. Sans oublier que le plafond continuera de monter et, par conséquent, les salaires aussi. Il s’agit de la réalité actuelle. Pour terminer, je voudrais simplement rappeler que si on cible Price uniquement pour ses stats, c’est quand même mieux que celles de Niemi (3.26 et .898… en seulement trois matchs, bien entendu). Patience. D’ici la fin de l’année, les statistiques de tous ces gardiens auront sans doute beaucoup changées. La saison est encore jeune.



Sapristi, je viens de me souvenir que Jonathan Audet a déjà pris le temps d’expliquer pourquoi le contrat de Carey Price n’est pas un problème… À lire ! :

Quelques précisions sur le contrat de Carey Price et les comparaisons qu’on trouve un peu partout


En Prolongation 
Antti Raanta semble vraiment avoir trouvé sa niche en Arizona. Après une jolie campagne 2017-18 (2.24 et .930!), il poursuit sur sa lancée avec des chiffres quasi-identiques : 2.10 et .929 :


Ailleurs dans la LNH 
Pacioretty devrait prochainement renouer avec l’action… il ne reste plus qu’à lui souhaiter de retrouver sa touche :




Crédit image entête, NHL.com



 

Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: