Bilan de mi-saison chez les gardiens de la LNH

Bonjour à tous ! Nous sommes déjà rendus à la mi-saison du circuit Bettman et une chose me saute aux yeux : j’ai pris du poids durant les fêtes !

Blague à part, il y a beaucoup de surprises chez les portiers cette saison et j’ai pensé vous faire un petit compte rendu avec les 5 surprises, les 5 déceptions et les 5 gardiens qui répondent aux attentes.

Je vais aussi en profiter pour y ajouter un rappel de mes prédictions faites avant le début de la saison que vous pouvez consulter ici : Classement des duos de gardiens de la LNH

 

Les surprises :

5- Frederik Andersen des Maple Leafs de Toronto : 22 victoires, 13 défaites ,3 défaites en prolongation, 3 blanchissages, 0.922/2.67

Andersen démontrait déjà l’an passé qu’il était en voie de faire partie des meilleurs du circuit. Devant jouer derrière une jeune défensive, le grand Danois sort du lot, avec ses 22 victoires acquises en 36 rencontres. Il injecte une bonne dose de confiance au 9e plus jeune escadron défensif de la LNH. Les 6 premiers défenseurs des Leafs, qui ont en moyenne un peu plus de 26 ans, peuvent compter soir après soir sur leur portier et c’est ce qui fait en sorte que je dois le placer au 5e rang des surprises de la mi-saison.

Ma prédiction : 35-20-7 et 5 jeux blancs

4- Henrik Lundqvist des Rangers de New-York : 20 victoires, 11 défaites, 4 défaites en prolongation. 2 blanchissages, 0.924/2.54

Le roi est mort, vive le roi? Non, il est bien vivant! Après avoir joué sa pire saison du côté des statistiques en 10 ans, le roi Henrik est de retour bien en selle! Son âge étant un facteur, j’étais de ceux qui pensait qu’il devrait commencer a laisser la place pour son successeur, mais niet… je me trompais ! Et pour cause, il s’enligne vers une saison de 60 parties. Lundqvist est un fier compétiteur et les critiques envers sa personne à la fin de la saison dernière l’ont motivé durant le dernier tournoi printanier, et cette motivation se fait encore sentir au moment d’écrire ces lignes. De plus, il participera à son 3e match des étoiles, après y avoir été exclu les 5 dernières saisons, une belle surprise en soi! À noter que mardi le 16 janvier, King Henrik est devenu le premier gardien de l’histoire à cumuler 20 victoires ou plus au cours de chacune de ses 13 saisons dans la LNH.

Ma prédiction : 33-18-7 et 5 jeux blancs

 

3- Marc-André Fleury des Golden Knights de Vegas : 9 victoires, 3 défaites, 2 défaites en prolongation, 2 blanchissages, 0.942/1.77.

Suite à leur deuxième championnat printanier de suite, les Penguins ont eu à faire un choix qui ne surprenait personne sur la planète hockey. Il devait se départir d’un gardien, et le natif de Sorel fut naturellement celui sacrifié. Quelle surprise par compte : les Knights font trembler les équipes de la Ligue nationale et leurs gardiens ( 5 au total) surprennent match après match ! Fleury domine dans les statistiques chez les gardiens ayant 15 départs et plus et, ne serait-ce de sa blessure, il serait probablement en lice pour le Vezina à la fin de la saison.

Malgré le petit nombre de matchs joués, je me devais de mentionner Flower dans ce classement, car peu de gens le voyait réussir à Vegas, moi le premier… et cela est tout à son honneur!

Pendant ce temps à Pittsburgh…. 

Ma prédiction : 17-23-8, 2 jeux blancs

 

2- Andrei Vasilevskiy du Lightning de Tampa bay : 27 victoires, 7 défaites, 2 défaites en prolongation, 6 blanchissages, 0.930/2.18

Quel début de saison du Lightning, et Vasilevsky mérite sa part du mérite! Il démontre, sans surprise, qu’il a l’étoffe d’un no 1, mais je pense que personne ne s’attendait à des chiffres aussi éclatants! Certains diront que la force de frappe qu’il a devant lui fait en sorte que leurs opposants jouent sur les talons et ils n’ont pas tort, mais si on regarde le nombre de lancers reçus; 1131 en 37 apparitions devant le filet – bon pour le 4e chez les gardiens de la LNH – on constate que le jeune Russe fait face à beaucoup de tirs,  match après match. Malgré tout, rendu à ce point dans la saison, il parvient à maintenir son niveau d’excellence !

Ma prédiction : 31-18-6 et 4 jeux blancs

 

1- Connor Hellebuyck des Jets de Winnipeg : 23 victoires, 6 défaites, 6 défaites en prolongation, 3 blanchissages, 0.922/2.40

Voici, selon moi, LA surprise chez les gardiens, à la mi-saison. Non seulement Hellebuyck a l’un des  meilleurs % de gains vs défaite de la Ligue, mais sa tenue jusqu’à présent fait des Jets – qui sont déjà bien nantie à l’attaque et à la défense – une équipe prétendante aux grands honneurs. Le grand gardien, originaire du Michigan, qui aligne présentement les meilleurs chiffres de sa jeune carrière, démontre un calme et une assurance qu’il n’affichait pas lors de ses saisons précédentes, et cela fait en sorte que je ne pouvais pas terminer mon classement des surprises de la première moitié de ce calendrier sans le mettre au premier échelon!

Ma prédiction : 11-15-6, 2 jeux blancs

Gardiens qui ont été considérés : Mike Smith, Anton Khudobin et Jimmy Howard.

 

Les déceptions :

Les gardiens de cette liste ne sont pas nécessairement les pires à leur position, mais offres des chiffres en deçà des attentes et devront trouver un moyen de se replacer, car leurs équipes auront besoin d’eux pour se qualifier pour les séries.

 

5- Craig Anderson des Senateurs d’Ottawa : 12 victoires, 13 défaites, 5 défaites en prolongation, 0.899/3.22, 2 blanchissages.

Anderson fut, la saison dernière, une inspiration pour les Sens. Ayant manqué un peu moins de 3 mois pour rester au chevet de sa femme qui combattait un cancer, il termina sa saison avec ses meilleurs chiffres en carrière (saison de 40 matchs et plus) et aida les Sénateurs à se qualifier pour les séries par la porte arrière. Tout ça, sans oublier qu’ils passèrent à un seul but en prolongation de faire les frais de la Finale de la coupe Stanley! Cette année, Andi montre des chiffres décevants. Il semble être ailleurs, sans la persévérance caractéristique lui ayant permis de remporter le trophée Bill Masterton l’été dernier. Sans cette fougue, les Sens risquent de ne pas participer au bal d’après-saison.

Ma prédiction : 27-16-7, 5 jeux blancs

 

4- Carey Price des Canadiens de Montréal : 13 victoires, 14 défaites, 4 défaites en prolongation, 0.908/2.96, 1 blanchissage.

Le grand Carey a connu, selon moi, son pire début de saison en carrière : 3 victoires, 8 défaites, 0.822 et 3.55 en 11 matchs, avant sa mystérieuse blessure au bas du corps. Une tonne de rumeur sortirent alors, pour expliquer ce qui se passait, mais bon… Son retour au jeu se solda par un convaincant blanchissage (son seul, jusqu’à maintenant), et il semble avoir retrouvé ses moyens depuis. Je ne vous apprendrai rien, en affirmant que Price peut gagner des matchs à lui seul, mais il ne l’a pas démontré beaucoup depuis le début de la saison et ça transparaît dans la fiche du CH. Il a besoin d’appuis, ça on le sait, et ses signes de frustration montrés depuis le lancement de la campagne indiquent que la situation devient pressante. Car, Price n’a jamais vraiment été un gardien qui laissait transparaître ses émotions, par le passé, et ces signes de mécontentement pourraient être un message envoyé à la direction.

Ma prédiction : 38-19-6, 5 jeux blancs

 

3- Thomas Greiss des Islanders de New York : 10V.-6D.-2D.PROL. , 0.886/ 3.89 0 blanchissage et Jaroslav Halak 13V.-13D.- 2D.PROL. 0.906/3.22 0 blanchissage.

Les deux gardiens, qui font partie d’un des rares systèmes à deux partants dans le circuit, démontrent une feuille de route très décevante jusqu’à maintenant. Non seulement ils gardent les buts pour l’équipe ayant la meilleure moyenne de buts par match comptés de la Ligue, mais ils font également mal paraître leurs coéquipiers en étant au 31e et dernier rang en ce qui a trait aux buts accordés. Aucun des deux ne semble chercher à prendre les devants pour ce qui est tout de même une équipe plaisante à regarder jouer et – malheureusement – cela se résulte par beaucoup de points importants perdus au classement. Nos deux gardiens européens sont capables du meilleur comme du pire, mais devront faire quelque chose rapidement, car ils risquent tous les deux de se retrouver sans contrat, et ce même si Greiss a encore deux ans à son entente actuelle.

Mes prédictions : Greiss : 26-22-4, 3 jeux blancs, Halak : 14-13-3, 2 jeux blancs

 

2- Matthew Murray des Penguins de Pittsburgh : 15 victoires, 12 défaites, 1 défaite en prolongation, 1 blanchissage, 0.903/2.93.

Matt Murray connait ses premiers ennuis, depuis ses débuts chez les professionnels. Un début de saison loin des standards auxquels il nous a pourtant habitué, il démontre un grand manque de constance, en plus de sa fragilité bien connue qui l’a encore embêté à la fin novembre. Les Pens sont reconnus pour mettre les bouchées doubles à partir du mois de janvier; ce qui me fait penser que Murray pourrait améliorer ses chiffres. Mais le temps presse, car Tristan Jarry démontre une belle feuille de route jusqu’ à maintenant (9-3-2, 2 blanchissages, 0.923/2.33), et pourrait venir brouiller les cartes. De plus, l’absence indéfinie du double champion de la coupe Stanley risque de donner au jeune Jarry une grande chance de se faire valoir devant l’état-major de cette équipe.

Ma prédiction : 37-18-6, 4 jeux blancs

 

1- Cam Talbot des Oilers d’Edmonton : 16 victoires, 16 défaites, 2 défaites en prolongation, 1 blanchissage, 0.902/3.11

Cam Talbot et les Oilers étaient parmi les grandes surprises lorsque s’est conclue la dernière saison. Talbot venait de remporter 42 victoires, d’enregistrer 7 jeux blancs et permis au club Albertain de participer aux séries éliminatoires, pour la première fois après 10 ans d’absence! Quelque mois plus tard, c’est tout le contraire. Les Oilers peinent à gagner et Talbot a toutes les difficultés du monde à aligner deux victoires de suite. Quoi qu’il en soit, il devra faire des miracles d’ici la fin de la saison, car son club est déjà à 10 points de la dernière place donnant accès aux séries, et sa saison plus que décevante pourrait être signe que son poste est en danger. Il reste étonnant que le portier ne soit pas en mesure de montrer des chiffres semblables à sa dernière saison, car aucun changement majeur n’a été apporté à la défensive et l’attaque demeure l’une des plus dangereuses du circuit.

Ma prédiction : 40-18-8, 7 jeux blancs

 

Gardiens qui ont été considérés : Scott Darling et Martin Jones.

 

Les gardiens qui répondent aux attentes :

 

5- Mike Smith des Flames de Calgary : 20 victoires, 13 défaites, 3 défaites en prolongation, 2 blanchissages, 0.924/2.46

Mike Smith se retrouve enfin au sein d’une équipe digne de ce nom. Ayant passé la majorité de sa carrière en Arizona, il a participé qu’une seule fois aux séries, mais il y démontra tout de même des chiffres intéressants en jouant avec une équipe qui n’allait nulle part. Son arrivée en Alberta lui fut bénéfique : recevant enfin l’aide d’une défensive aguerrie et d’une attaque qui marque à un rythme régulier, il peut enfin se concentrer sur sa tâche principale. Celle de bloquer les lancer sans constamment avoir à se demander si le dernier but accordé sera néfaste pour son club. Sa venue à Calgary fut également salutaire pour les Flames, car ils faisaient face au néant devant les buts, depuis le départ de Mikka Kiprusoff il y a 6 ans. Cependant, puisque Smith a déjà 35 ans, il ne sera malheureusement pas devant le filet pour plusieurs années encore, mais disons que la saison en cours démontre de bien belles choses pour le gardien natif de Kingston en Ontario. Il pourrait même se retrouver parmi les gardiens en lice pour le Vezina à la conclusion de la saison.

Ma prédiction : 31-14-6, 5 jeux blancs

 

4- Jonathan Quick des Kings de Los Angeles : 19 victoires, 14 défaites, 2 défaites en prolongation, 3 blanchissages, 0.924/2.33

Quel beau retour pour Jonathan Quick, lui qui a raté la majorité de la dernière saison. En effet, de retour en santé, il démontre qu’il n’a pas perdu sa place parmi l’élite des gardiens du circuit. Jouant pour une équipe qui peine à marquer 3 buts par match, il réussit tout de même à remporter ses matchs en affichant la deuxième meilleure moyenne de buts accordés chez les partants ayant disputé plus de 30 matchs. De plus, Darcy Kuemper et lui montrent le meilleur total de buts accordés avec 107 filets en 44 parties. Quick est un habitué des nominations au Vezina et sa tenue pourrait faire en sorte qu’on voit une fois de plus son nom inscrit sur les bulletins de vote qui seront envoyés aux 31 DG de la Ligue!

Ma prédiction : 39-19-6, 6 jeux blancs

 

3- Sergei Bobrovsky des Blue Jackets de Colombus : 21 victoires, 14 défaites, 3 défaites en prolongation, 4 blanchissages, 0.920/2.43

Le récipiendaire du dernier trophée Vezina est encore bel et bien en selle cette saison. Il poursuit là où il a laissé l’an passé, en se présentant match après match. Il est deuxième pour les minutes jouées, seulement 3 minutes derrière Frederick Andersen des Leafs et, malgré l’essoufflement du club depuis la mi-décembre, Bob continu à soumettre des chiffres dignes d’un gardien élite. Bobrovsky est l’un des gardiens les plus constants du circuit Bettman, depuis son arrivé en Ohio, ayant cumulé au moins 30 victoires ou plus par saison – en plus de deux trophées Vezina – et ce en ayant à peine 29 ans! Je parie un vieux deux que notre souriant cerbère sera encore parmi les meilleurs pour plusieurs saison encore, et qu’il aidera les Jackets à se rendre un peu plus loin en séries que par le passé!

Ma prédiction : 41-18-4, 7 jeux blancs

2- Braden Holtby : 24 victoires, 9 défaites, 0.917/2.66

Je parlais de constance avec le gardien précèdent; voici l’exemple même de LA régularité. Il a enregistré 40 victoires ou plus au cours de ses trois dernières saisons, 3 nominations et une victoire pour le trophée Vezina, 2.22 de moyenne ou moins, 21 blanchissages et un % d’arrêts de 0.920 et plus! Holtby est déjà reconnu comme un des 3 meilleurs gardiens de la Ligue, et il mérite pleinement cet honneur. Certains diront qu’il joue derrière une des équipes les plus puissantes du circuit… mais selon moi il est une des pièces maîtresses du casse-tête, car il domine également dans l’une des statistiques les plus importantes : les départs de qualité (match avec un % d’arrêts au-delà de 0.885%) avec 124 durant les trois dernières saisons. La seule surprise cette saison chez le gardien natif de la Saskatchewan est qu’il est toujours à la recherche de son premier jeu blanc de la campagne!

Ma prédiction : 40-16-5, 7 jeux blancs

1-Pekka Rinne : 21 victoires, 8 défaites, 3 défaites en prolongation, 3 blanchissages, 0.925/2.43  

Quelle saison, pour le Finlandais qui figure parmi les 5 premiers dans toutes les catégories importantes chez les gardiens ayant joué 30 matchs ou plus! Rinne connait un regain de confiance, depuis la présence des siens en séries lors du printemps dernier… Confiance qui se ressent chez des Preds qui se sont complètement métamorphosé depuis et qui sont maintenant des sérieux prétendants au titre. Le grand gardien de 6’04 » a certainement quelque chose à y voir! Jouant avec hargne et confiance, le natif de Kempele, au nord d’Helsinki, est en mission et ça parait! Sa tenue lors des matchs est impressionnante, tel que mentionné plus haut, et il semble sur une lancée qui sera difficile à freiner d’ici la fin de la saison. De plus, la tenue du jeune Juuse Saros (5-3-3, 0.930/2.23, 3 jeux blancs) instaure une saine compétition à l’interne et cela ne pourra qu’être très bénéfique pour le club!

Ma prédiction : 34-16-5, 5 jeux blancs

Une mention spéciale pour les gardiens suivants, qui n’ont pas été inclus en raison des restrictions qui viennent avec ces classements : Corey Crawford, Tuukka Rask et Ben Bishop.  

Crédit image entête, RDS

Alexandre Mallette
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: