Bergevin/Timmins, un duo qui s’en sort bien en première ronde…

Pendant que plusieurs semblent vouloir profiter de la perte de Nikita Scherbak – fraîchement réclamé au ballottage par les Kings – pour critiquer le repêchage du Canadien, il faudrait souligner que ces derniers se tirent bien d’affaire en 1ere ronde depuis l’arrivée de Marc Bergevin :

D’entrée de jeu, il faut retirer les sélections de Fisher, McDonagh, Pacioretty (qui a tout de même rapporté Tatar, Suzuki et un 2e choix), Leblanc, Tinordi et Beaulieu de cette liste, puisqu’ils sont tous antérieurs à l’ère-Bergevin.


Ensuite, Galchenyuk (3e au total) demeure un joueur très talentueux qui a permis de soutirer Max Domi aux Coyotes, au grand dam de plusieurs équipes qui désiraient ardemment mettre la main sur le fougueux attaquant (Wild, Rangers, Penguins…).

Si on ne peut pas s’attendre à grand chose de la part de McCarron, malgré de bons moments avec le Rocket depuis quelques matchs, il faut dire qu’il s’agit d’une lointaine sélection de fin de 1ere ronde (25e au total). Certainement, Shea Théodore (26e au total) pourrait rendre de précieux services au Canadien à l’heure actuelle, mais ce sont des choses qui arrivent. Même si on aimerait vraiment ça un duo Shea-Shea ! 

En ce qui concerne Nikita Scherbak, sélectionné avec le 26e choix au total, on a choisi de prendre un pari. Un pari qui vient malheureusement de se solder par un échec, tandis qu’il poursuivra sa carrière à Los Angeles. Peut-être Fort probablement que Goldobin (27e), Ho-Sang (28e), Kempe (29e) ou même Quenneville (30e) auraient mieux servi les intérêts du Tricolore mais, encore une fois, ce sont des choses qui arrivent. Et ce, à toutes les équipes. Surtout lorsqu’elles parlent aussi loin en fin de 1ere ronde… Sur le coup, la sélection d’un ailier aussi talentueux se justifiait très bien. Évidemment, c’est tout de même fort dommage de le perdre pour rien… 

Également sélectionné au 26e rang, Noah Juulsen, bien qu’actuellement blessé, demeure une jolie prise pour la défensive du Canadien. Surtout tandis que l’équipe manque cruellement de profondeur à cette position… Après lui, en 1ere ronde, le seul autre joueur qui aurait pu être vraiment tentant, c’est Anthony Beauvilier. Pour la même raison invoquée précédemment, je préfère encore la sélection de Juulsen. Bien sûr, c’est plus facile à dire alors que l’attaque se porte bien.



Le choix suivant, Mihkail Sergachev, se passe de présentation ! Choisi au 9e rang – oui, c’est plus facile de repêcher du talent lorsqu’on parle plus tôt… comme c’est curieux ! – Sergachev a d’ores et déjà amplement justifié sa sélection. Même si c’est un peu plus difficile offensivement pour lui cette saison (9 passes en 27 matchs), il s’agit d’un gros arrière excessivement talentueux qui a permis d’arracher Jonathan Drouin au Lightning. Ce dernier, avec 21 points en 26 matchs, complète Max Domi à merveille !

Si certains auraient préféré voir le Canadien jeter son dévolu sur Eeli Tolvanen, ou encore Morgan Frost, avec son droit de parole en 2017, encore une fois au 25e échelon, il n’en demeure pas moins que Ryan Poehling est un choix qui se défend. Il n’est pas impossible de le voir rejoindre le Tricolore à la fin de son parcours scolaire… Moins talentueux que les deux autres, plusieurs le disent pourtant plus complet. À suivre !

Avec un autre 3e choix au total en main, Marc Bergevin, guidé par les conseils de Trevor Timmins, a jeté son dévolu sur ce qui devrait se révéler un joyau de grande valeur, en Jesperi Kotkaniemi. En tout cas, jusqu’à présent, le simple fait de l’avoir préféré à Filip Zadina est une bonne chose. Avant longtemps, Kotkaniemi devrait devenir un joueur de premier plan.

En somme, malgré des années difficiles au début des années 2000 (et même avant), le repêchage en 1ere ronde du Canadien se porte beaucoup mieux depuis que Marc Bergevin est arrivé à la tête de la concession. Aussi, il serait malavisé de considérer comme des « échecs » les choix de l’équipe qu’on a transigé contre d’autres bons joueurs. Il faut donner pour recevoir… Bref, sauf pour McCarron et Scherbak, ça va bien depuis 2012 !

Enfin, il est important de préciser que c’est la même chose un peu partout à travers la LNH… On ne le dira jamais assez : le repêchage est une science inexacte. Une science qui se pratique nettement mieux lorsqu’on peut repêcher haut à répétitions… Sauf, peut-être, pour les Oilers, hehe !


En Prolongation
Quand on a cumulé 3 coupes, c’est plus facile à avaler… Mais, depuis qu’ils repêchent en fin de première ronde, les Hawks peinent également à conserver leurs choix.

Chayka, à la recherche d’un premier centre…

Une science inexacte, vous dis-je ! 




Crédit image entête, RDS.ca



Tom L.D. MacAingeal
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: